Ouvrir le menu principal

Marie Lannelongue

philanthrope française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lannelongue.
Marie Lannelongue
Marie Lannelongue (1836-1906).png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie Aglaure CibielVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Fratrie
Conjoint
Autres informations
Propriétaire de
Plaque Marie Lannelongue, 127 rue de Tolbiac, Paris 13.jpg
Plaque commémorative au 127, rue de Tolbiac à Paris, où la Ligue fraternelle des enfants de France construisit en 1908 le premier dispensaire hôpital pour enfants portant le nom de Marie Lannelongue.

Marie Lannelongue, née à Rouen[1] le et morte à Paris le [2], est une philanthrope française.

BiographieModifier

Née Marie Cibiel, fille de Vincent Cibiel, elle est issue d'une famille bourgeoise solidement implantée dans le commerce et l'industrie des tissus. En 1857, elle épouse en premières noces le vicomte Pierre de Rémusat (1829-1862), fils de Charles de Rémusat. Veuve à 25 ans, elle se consacre aux autres et crée deux écoles gratuites pour filles dans la Haute-Garonne, à Lafitte-Vigordane et à Fabas.

Au cours de la guerre en 1870, elle fait de son hôtel un hôpital pour soldats blessés et y rencontre le brillant chirurgien Odilon Lannelongue qu'elle épousera en 1876. Le docteur Lannelongue étant d'origine modeste, elle n'hésite pas à financer les projets de son nouvel époux, ce qui a pour effet de le propulser au sommet de la médecine française avec la création de deux hôpitaux et d'une spécialisation dans la chirurgie du cœur et du poumon. Elle hérite du château de Valmont en 1877.

Odilon et Marie n'eurent pas d'enfants.

Un peu dans l'ombre médiatique de son mari, elle meurt en 1906 dans son hôtel particulier du 1 rue François-1er à Paris.

Le centre chirurgical Marie-Lannelongue au Plessis-Robinson a été nommé en sa mémoire.

Notes et référencesModifier

  1. Née au no 49 boulevard Cauchoise.
  2. Claude Vanderpooten, Le bistouri et la fortune à la Belle Époque : Odilon et Marie Lannelongue, éditions Charles Corlet, 1986, [lire en ligne]

Article connexeModifier