Marie Isabelle

modiste, dresseuse de chevaux, femme d'affaires et autrice française

Marie Isabelle, née Marie-Stéphanie Simonin à Paris en et morte le dans le 7e arrondissement de Paris[1], est une dresseuse de chevaux et femme d'affaires française.

Marie Isabelle
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Dresseuse de chevauxVoir et modifier les données sur Wikidata

Biographie

modifier

Fille de cordonnier, modiste puis figurante au théâtre du Gymnase, elle épouse en 1836 un fonctionnaire du ministère de l'instruction publique, Étienne Isabelle[2],[3].

Elle invente en 1854 une méthode de dressage de chevaux appelée le « surfaix-cavalier[4] ». Elle l'enseigne à l'école de cavalerie de Saumur de novembre 1854 à avril 1855[3], puis, à partir de 1856, à l'école de cavalerie de Maidstone Barracks, au Royaume-Uni.

Elle meurt d'une méningite le 15 septembre 1875, au 42 rue de Sèvres à Paris, dans un hôpital temporaire[5].

Œuvres

modifier
  • Marie Isabelle, Surfaix cavalier, a new system of breaking-in and training horses, Londres, Bosworth et Harrison,
  • Marie Isabelle, Dressage par le surfaix-cavalier des chevaux de cavalerie, d'attelage et de course en six et douze leçons, nouvelle méthode, Paris, Plon, , lire en ligne sur Gallica

Bibliographie

modifier
  • Gabrielle Houbre, Histoire de la grandeur et de la décadence de Marie Isabelle, modiste, dresseuse de chevaux, femme d'affaires, etc., Perrin, (ISBN 2-262-01889-8)

Notes et références

modifier
  1. Acte de décès (avec âge et lieu de naissance) à Paris 7e, n° 1816, vue 14/31.
  2. Rebecca Rogers, « Notes bibliographiques », Revue historique,‎ (lire en ligne).
  3. a et b « Madame Isabelle », sur Saumur-jadis (consulté le ).
  4. Yannick Ripa, « Le manège désenchanté », sur Libération, (consulté le ).
  5. Gabrielle Houbre, « Les lois du genre. Identités, pratiques et représentations sociales et culturelles, France, XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle. Société d'histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, no 25,‎ , p. 262–270 (ISSN 1265-1354, DOI 10.4000/rh19.454, lire en ligne, consulté le ).

Liens externes

modifier