Ouvrir le menu principal
Marie-Ange Guillaume
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
Nationalité
Activité

Marie-Ange Guillaume est une femme de lettres et scénariste française née le . Elle écrit des biographies, des romans pour adultes, des recueils de nouvelles et des ouvrages pour la jeunesse.

Sommaire

BiographieModifier

Marie-Ange Guillaume est née le 13 octobre 1945[1]. Son premier poste, dans les années 1970, est comme pigiste pour rédiger une rubrique de deux pages dans le journal Pilote pendant quatre ans[2]. Après avoir quitté le périodique, elle rencontre Gérard Lauzier, qui lui propose une trame de quinze pages ; ce scénario devient un roman, Le Voleur de dentelles (1986). Elle exerce de nouveau comme pigiste pour Libération , Le Monde de la musique, 20 ans... Par ailleurs, elle est rédactrice pour Cosmopolitan de 1999 à 2004. Elle écrit également des ouvrages jeunesse : le premier est Sacré Raoul[3], suivi d'autres (Comment chasser un monstre en 2003[2], Suzanne en 2004[4]...). Ses chroniques dans Cosmopolitan deviennent un recueil publié en 2005 sous le titre L'Odeur de l'homme et préfacé par Daniel Pennac. L'œuvre fait l'objet d'une adaptation au théâtre en 2015 par Christine Larivière sous le titre Un Chien de ma chienne[5]. Marie-Ange Guillaume participe à l'adaptation de bandes dessinée en films, comme pour Les aventures de Lucky Luke, Tous à l'Ouest[6]. Elle écrit des biographies sur Pierre Desproges[7] ou René Goscinny[8]. À partir de 2014, elle quitte Paris pour s'installer dans la région de Sète[6].

En 2012, elle publie Ça m'énerve, qui met en scène avec humour des situations énervantes ; cet ouvrage est remarqué[9],[10],[11],[12]. La même année est publié Qui dit chat, dit chien ! dessiné par Florence Cestac[13].

En 2013, son ouvrage Tout le cimetière en parle[14] reçoit le grand prix littéraire du Val Vert du Clain[15].

En 2014, Aucun souvenir de Césarée, ouvrage autobiographique, reçoit un accueil critique positif dans la presse, comme Le Monde[16], Aujourd'hui en France[17], L'Express[18], Le Télégramme[19].

ŒuvresModifier

RomansModifier

BiographiesModifier

  • Goscinny (scénario), Seghers, coll. « Les Auteurs par la bande », novembre 1987 (ISBN 2-232-10113-4)
  • Goscinny - Biographie (scénario), Actes Sud, novembre 1997
  • Goscinny, co-écrit avec José-Louis Bocquet, Babel Essai, octobre 2017 (ISBN 978-2-330-08712-8) - réédition du texte de 1997
  • Desproges, portrait, Seuil, 2000 (ISBN 2757803654)
  • William Sheller, Seghers, 1999.

Ouvrages jeunesseModifier

RéférencesModifier

  1. « Guillaume, Marie-Ange (1945-....) », sur BNF
  2. a et b   Marie-Ange Guillaume (interviewée) et Marylène Khouri, « Une femme, des hommes. Interview de Marie-Ange Guillaume », evene.fr,‎ (lire en ligne)
  3. La rédaction, « La langue en fête Basé sur Jean de La Fontaine. Les fables en prose de Raoul le Taxi », Le Soir,‎
  4. F. D., « Un amour de Suzanne », Le Figaro,‎
  5. Josette Besset, « Un Chien de ma chienne : un bonheur sans nuages ! », Le Progrès,‎
  6. a et b Lise Valette, « Sète : l'écrivain Marie-Ange Guillaume ne fait pas dans la guimauve », Midi Libre,‎
  7. Bertrand de Saint-Vincent, « Pierre Desproges, l'homme au rire cassé », Le Figaro Magazine,‎
  8. La rédaction, « René Goscinny : deux biographies vingt ans après », Le Figaro,‎
  9. Astrid de Larminat, « Document : Ça m'énerve, de Marie-Ange Guillaume », Le Figaro Littéraire,‎
  10. Jean-Christophe Buisson, « Le coup de coeur du Fig Mag : L'énervée », Le Figaro Magazine,‎
  11. Estebe, « Humour. Marie-Ange Guillaume, Ça m'énerve... », Tribune de Genève,‎
  12. La rédaction, « La semaine littéraire : « Oui, mais toi, tu es payée à lire des livres ! » », Le Soir,‎
  13. « Un livre au poil! », Aujourd'hui en France,‎ (lire en ligne)
  14. Tewfik Hakem, « À plus d'un titre. Première partie, littérature : Marie-Ange Guillaume, Tout le cimetière en parle », sur France Culture,
  15. Alain Licoine, « Marie-Ange Guillaume rafle le prix littéraire », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎
  16. Quentin Civiel, « Renouer avec sa mère défunte », Le Monde,‎ ,
  17. Pierre Vavasseur, « Autopsie de l'oubli », Aujourd'hui en France,‎
  18. Delphine Peras, « Session de rattrapage. Ma mère, ma mémoire », L'Express,‎
  19. Corinne Abjean, « Aucun souvenir de Césarée », Le Télégramme,‎

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • A. Perroud, « Fred. L'Histoire d'un conteur éclectique », sur BD Gest,
  • Pierre Vavasseur, « Un livre au poil! », Aujourd'hui en France,‎
  • Philippe Malric, « La vie sétoise de Marie-Ange, la Parisienne », Midi Libre,‎
  • Benjamin Fau, « Tout le cimetière en parle de Marie-Ange Guillaume », Le Monde,‎
  • La rédaction, « Trente façons d'ausculter la mort », Le Soir,‎
  • La rédaction, « Suzanne, de Marie-Ange Guillaume et François Roca », Les Échos,‎
  • Lucie Cauwe, « Impérial Monsieur », Le Soir,‎
  • La rédaction, « Jeunesse - merveilleux : Le Paradis des ours en peluche », Le Monde de l'Éducation,‎
  • Lucie Cauwe, « L'enfance d'un chat », Le Soir,‎

Liens externesModifier