Marcus Aurelius Cléandre

Commandant de la garde prétorienne et favori de l'empereur Commode
Cléandre
Fonction
Préfet du prétoire
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Allégeance
Activités
Chambellan, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata

Marcus Aurelius Cléandre (en grec moderne : Μᾶρκος Αὐρήλιος Κλέανδρος ; décédé en 190), également connu sous le nom de Cléandre, était un romain franchi qui possédait une influence considérable en tant chambellan et favori de l'empereur Commode. Il prit le commandement de la garde prétorienne et discrédita les principaux bureaux de l'État romain en les vendant au plus offrant. Sa carrière est racontée dans les écrits de Dion Cassius, Hérodien et dans l'Historia Augusta.

CarrièreModifier

La date de naissance de Cléandre est inconnue. Selon Hérodien, il était originaire de Phrygie (région d'Asie Mineure). Il faisait partie des "esclaves mis en vente par le commissaire-priseur public au profit de l'état [1]. Selon Dion Cassius, il aurait été vendu à Rome au sein d'un lot d'esclaves qui était destiné à être des porteurs de bagages[2]. En 182 cependant, il s'était assez élevé pour faire partie de la maison impériale et avait épousé la maîtresse de l'empereur Commode, Damostratia[2]. Cléandre joua ensuite un rôle crucial dans la mort du chambellan Saoterus, qui était alors le favori de Commode, ce qui lui permit de le remplacer à cette position et de bénéficier rapidement de la confiance totale de l'empereur. [2] Par la suite, il commença à comploter contre le préfet du prétoire Tigidius Perennis, qui exerçait les principales responsabilités du gouvernement, étant donné que l'empereur Commode ne souhaitait pas s'occuper de l'administration[3].

En 184, il permit à un détachement de soldats britanniques amené en Italie de réprimer le banditisme et de dénoncer Perennis à l'empereur. Commode leur a donné la permission d'exécuter le préfet[3]. De plus en plus influent, Cléandre entreprit de concentrer le pouvoir entre ses mains et de s'enrichir en devenant responsable de toutes les fonctions publiques: il vendait et octroyait selon son bon plaisir l'entrée au Sénat romain, à des commandements de l'armée, à des gouverneurs et, de plus en plus, à des consuls suffétes[2]. Au début de l'année 188, Cléandre se débarrassa du préfet du prétoire actuel, Atilius Aebutianus, et prit lui-même le commandement suprême de la garde prétoire, s'élevant au rang de pugione (porte-poignard) et en s'adjoignant deux préfets du prétoire subordonnés[4]. Cléandre était alors au zénith de son pouvoir. Profitant de sa position, il continua à vendre des fonctions publiques au plus offrant en tant qu'activité privée. Le point culminant fut atteint en 190, lorsque 25 consuls suffètes furent élus — un record dans les 1 000 ans d'histoire du consulat romain — à l'instigation de Cléandre (parmi ceux-ci se trouvaient le futur empereur Septime Sévère)[2]. Cléandre partageait les recettes avec l'empereur, mais en utilisait aussi une partie pour des bâtiments et des travaux publics[2].

En juin 190, Rome fut touchée par une pénurie de nourriture, que le préfet de l'annone Papirius Dionysius, responsable des approvisionnements en grains, avait contribué à aggraver et fit porter le blâme sur Cléandre[5]. Comme le raconte le sénateur et historien contemporain de Cléandre, Dion Cassius, une foule protesta à la fin du mois de juin, contre Cléandre lors d'une course de chevaux au Circus Maximus[5]. En réponse,Cléandre envoya la Garde prétorienne pour mettre fin aux troubles, mais Pertinax, le Praefectus urbi (préfet de la ville de Rome), envoya les Vigiles urbains pour s'y opposer. Cléandre s'enfuit alors chez l'empereur Commode pour se protéger, mais la foule le suivit et réclama sa tête. À la demande de sa maîtresse Marcia, Commode fit alors décapiter Cléandre et tuer son fils[5].

Edward Gibbon raconte ce qui suit :

« Le peuple en colère demanda la tête de l'ennemi public. Cléandre, qui commandait les gardes prétoriennes, ordonna alors à un corps de cavalerie de sortir et de disperser la foule séditieuse. Celle-ci s'enfuit avec précipitation vers la ville; plusieurs furent tués et beaucoup d'autres furent piétinés à mort; mais quand les cavaliers entrèrent dans les rues, leur poursuite fut arrêtée par une pluie de pierres et de fléchettes sur les toits et les fenêtres des maisons. Les gardes, qui avaient longtemps été jaloux des prérogatives et de l'insolence de la cavalerie prétorienne, embrassèrent la cause du peuple. Le tumulte se transforma alors en un engagement brutal entre les deux partis, qui allait probablement finir en massacre. Les prétoriens finirent néanmoins par céder, succombant sous le nombre. La fureur du peuple se porta alors une violence redoublée contre les portes du palais, où Commode était plongé dans le luxe et inconscient de la guerre civile qui avait éclaté... Commode sortit de son rêve de plaisir et ordonna que la tête de Cléandre soit apportée au peuple. Ce spectacle tant désiré apaisa instantanément le tumulte... »

FilmographieModifier

  • Cléandre fait partie des personnages de l'épopée cinématographique, La Chute de l'Empire romain, sortie en 1964. Dans celle-ci, Cléandre est interprété par Mel Ferrer. Il est dépeint comme un homme aveugle et sinistre qui empoisonne le père de Commode, l'empereur Marc Aurèle.
  • Dans la saison 1 de la série documentaire Roman Empire produite par Netflix, Cléandre est interprété par Jared Turner.

Notes et référencesModifier

  1. Hérodien, Histoire romaine, I.12.3
  2. a b c d e et f Cassius Dio, Histoire romaine LXXIII.12
  3. a et b Cassius Dio, Histoire romaine LXXIII.9
  4. Historia Augusta, La vie de Commode 6.12
  5. a b et c Cassius Dio, Histoire romaine LXXIII.13

Liens externesModifier