Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Marcos Carámbula

politicien uruguayen
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carambula.
Marcos Carámbula
Illustration.
Fonctions
Intendant de Canelones
En fonction depuis le
Président Tabaré Vázquez puis José Mujica
Gouvernement gouvernement Vázquez puis gouvernement Mujica
Prédécesseur Tabaré Hackenbruch
Député
Biographie
Nom de naissance Marcos Gustavo Carámbula Volpi
Date de naissance
Lieu de naissance Flag of Uruguay.svg Canelones, Uruguay
Nationalité uruguayenne
Parti politique Front large/Confa depuis 1992 (antérieurement PCU et encore avant Parti socialiste)
Conjoint Helena Pareja
Profession Médecin pneumologue

Marcos Carámbula

Marcos Gustavo Carámbula Volpi (né le à Las Piedras, Canelones, Uruguay) est le maire du département de Canelones, élu en 2005 et réélu le 9 mai 2010 (es) [1]. Médecin pneumologue, il était l'un des dirigeants du Parti communiste (PCU) lors de la transition démocratique, élu député à Canelones en 1984 et 1989. Il démissionna du PCU en 1992 avec d'autres dirigeants, pour former la Confluencia Frenteamplista (Confa), qui fait partie du Front large, la coalition de gauche au pouvoir depuis 2004. Carámbula est bien placé pour être réélu lors des municipales de mai 2010[2].

BiographieModifier

Fils d'un maçon batlliste et d'une catholique pratiquante, Carámbula milita d'abord au Parti socialiste (PS) tout en faisant ses études de médecine, devenant membre du comité exécutif de l'Association des étudiants de médecine en 1968. Peu de temps avant le coup d'État militaire de 1973, il fut expulsé du PS, ayant participé, avec cinq autres dirigeants, à un courant qui proposait de fusionner le PS avec le Parti communiste (PCU) en raison de la crise politique.

En pleine dictature militaire (1973-1985), il fonda, en novembre 1979, avec son père (qui passa de la liste 15 du Parti colorado au PCU), son frère et les jésuites Luis Pérez Aguirre et Juan Luis Segundo la revue La Plaza, qui cessa sa publication en 1982.

Lors de la transition démocratique, outre ses activités parlementaires, il fut secrétaire de 1985 à 1987, puis président de 2003 à 2005 du Syndicat des médecins de l'Uruguay (es), ainsi que président du Club Atlético Juventud de Las Piedras.

Il abandonna toutefois le PCU lors de la crise interne de 1992, fondant le Confa[3].

Carámbula resta toutefois en retrait de la vie politique lors de la campagne présidentielle de 2004, qui culmina dans la victoire massive du Front large et l'élection à la présidence de Tabaré Vázquez, se consacrant à ses activités syndicales. L'année suivante, il se présenta toutefois aux municipales sur les listes du Front large, étant élu à Canelones et remplaçant Tabaré Hackenbruch. Sous son mandat, le chômage baissa de 16 % à 6,2 % [4].

Aux élections internes du Front large de juin 2009, il se présenta, sans succès, en tant que précandidat à la présidentielle (8,27 % des voix du Front), qui fut remportée en novembre 2009 par José Mujica (52,09 % des voix). Carámbula était soutenu lors de ces primaires par des groupes hétérogènes, tels que l'Axe artiguiste (centre-gauche), le Parti ouvrier révolutionnaire (trotskyste) ou encore une minorité de l'Alliance progressiste (centre-gauche).

Notes et référencesModifier

Source originaleModifier