Marcialonga

compétition sportive

La Marcialonga est une course longue distance de ski de fond qui se déroule annuellement le dernier dimanche de janvier depuis 1971 dans la Province de Trente en Italie. Cette course est inscrite au Worldloppet et dans la coupe Marathon.

La course se déroule en style classique sur une longueur de 70 kilomètres, éventuellement raccourcie pour manque de neige comme en 2007 et 2015, où la course n'a fait que 57 km.

En 2021, en raison de la Pandémie de Covid-19, la participation se voit fortement réduite avec seulement 1250 fondeurs[1], contre plus de 5.000 lors des éditions précédentes.

HistoireModifier

Le 1er mars 1970, à l'issue de la Vasaloppet, 4 amis italiens, (Mario Cristofolini, Giulio Giovannini, Roberto Moggio, et Nele Zorzi) décident de créer une course de ski de fond en Italie. Pour l'organisation, ils font le choix de nommer Roberto Moggio comme secrétaire général et Gorgio Grigolli, alors président de la Province de Trente, est nommé président du comité d'organisation.

Le 07 février 1971 a lieu la première édition de la Marcialonga, sous le nom de "Marcialonga di Fiemme e Fassa". Longue de 68,5 kilomètres, cette édition uniquement masculine est remportée par Ulrico Kostner devant le grand favori Franco Nones, médaillé d'or aux derniers jeux olympiques à Grenoble.

En 1974, le manque de neige conduit au premier raccourcissement de l'épreuve alors que plus de 15.000m³ de neige sont descendus de la montagne pour pouvoir disputer l'épreuve.

L'épreuve étant interdite aux femmes, certaines tenteront d'y participer dès 1972, en utilisant des faux noms masculins ou des fausses moustaches[2].
En 1977 se sont 14 femmes qui se retrouveront disqualifiées à l'arrivée, où une bannière affichait "Marcialonga vietata alle donne: perché?" (Marcialonga interdite aux femmes : Pourquoi ?).

En 1978, la course s'ouvre donc aux femmes et atteint pour la première fois le cap des 5.000 participants. La première femme à remporter la course est la Française Dominique Robert.

En 1975, 1989 et 1990, l'épreuve est annulée par manque de neige, et se retrouve également raccourcie de nombreuses fois.
En 1994, le manque de neige donne lieu à la plus courte édition de la Marcialonga, longue de seulement 45 kilomètres. Cette édition est également marquée par l'égalité parfaite à l'arrivée de l'Italien Silvano Barco et l'Allemand Johann Mühlegg. Johann Mühlegg, entre-temps naturalisé Espagnol, gagnera une nouvelle fois ex-æquo avec son compatriote Juan Jesús Gutiérrez en 1999, sur un parcours complet de 70km.

Le 1er Janvier 1984 est créée la minimarcialonga, épreuve réservée aux enfants de 6 à 12 ans et raccourcie à 3 kilomètres. Près de 500 enfants prennent le départ de cette première épreuve.

Le 22 février 2003, la province autonome de Trente remet aux quatre fondateurs de l'épreuve le sceau de Saint Venceslas.

Le 11 janvier 2004, la Marcialonga rejoint les épreuves du Worldloppet, et permet notamment à Gabriella Paruzzi qui remporte l'épreuve cette année là, d'obtenir un globe de cristal.

En 2013, à l'occasion de la quarantième édition de la Marcialonga, et avec le concours d'autres épreuves de ski de fond dans la région, la course réalise son record d'inscriptions avec 7.570 fondeurs inscrits et une distance rallongée de 2 km, pour atteindre 72 km, édition la plus longue à ce jour.

TechniqueModifier

En 1971, lors de sa création, la technique utilisée est la technique classique, étant alors la seule technique existante.

En 1985, suite à sa popularisation, le pas de patineur est utilisé par le vainqueur cette année, Giorgio Vanzetta.

En 2003, l'organisation décide d'interdire le pas de patineur pour revenir au style classique des débuts de l'épreuve. La même année, les frères Auckland utilisent pour la première fois sur la course le mouvement en poussée simultanée qui leur permet à Jørgen Aukland de remporter l'épreuve cette année, et à son frère Anders Aukland l'année suivante.

Le style en poussée simultanée est aujourd'hui encore le style utilisé par la majorité des fondeurs participant à la course.

PalmarèsModifier

HommesModifier

Année Longueur Nom Temps Pays
1971 68,5 km Ulrico Kostner 3 h 12 min 51 s   Italie
1972 70 km Pauli Siitonen 4 h 13 min 51 s   Finlande
1973 70 km Lars Arne Bölling 3 h 45 min 01 s   Suède
1974 50 km Magnar Lundemo 2 h 16 min 14 s   Norvège
1975 Non disputée
1976 50 km Tonino Biondini[3] 2 h 13 min 56 s   Italie
1977 70 km Jean-Paul Pierrat 4 h 05 min 06 s   France
1978 70 km Ulrico Kostner 4 h 28 min 07 s   Italie
1979 70 km Jorma Kinnunen 4 h 19 min 04 s   Finlande
1980 70 km Ivan Garanin 3 h 31 min 23 s   URSS
1981 70 km Sven-Åke Lundbäck 3 h 19 min 36 s   Suède
1982 70 km Dag Atle Bjørkheim 3 h 18 min 44s   Norvège
1983 60 km Walter Mayer 2 h 47 min 52 s   Allemagne
1984 70 km Bengt Hassis 3 h 33 min 19 s   Suède
1985 70 km Giorgio Vanzetta 3 h 29 min 06 s   Italie
1986 70 km Maurilio De Zolt 3 h 04 min 29 s   Italie
1987 70 km Maurilio De Zolt 3 h 05 min 05 s   Italie
1988 64km Albert Walder 2 h 36 min 43 s   Italie
1989 Non disputée
1990 Non disputée
1991 70 km Maurilio De Zolt 2 h 54 min 13 s   Italie
1992 64 km Maurilio De Zolt 2 h 32 min 57 s   Italie
1993 55 km Mikhail Botvinov 2 h 02 min 01 s   Autriche
1994 45 km Johann Mühlegg
Silvano Barco
1 h 47 min 40 s   Allemagne
  Italie
1995 65 km Hervé Balland 2 h 34 min 10 s   France
1996 70 km Maurizio Pozzi 2 h 40 min 29 s   Italie
1997 70 km Mikhail Botvinov 2 h 49 min 52 s   Autriche
1998 63 km Mikhail Botvinov 2 h 28 min 31 s   Autriche
1999 70 km Johann Mühlegg
Juan Jesús Gutiérrez
2 h 56 min 10 s   Espagne
  Espagne
2000 70 km Fulvio Valbusa 3 h 08 min 33s   Italie
2001 70 km Juan Jesús Gutiérrez 2 h 43 min 29 s   Espagne
2002 60 km Juan Jesús Gutiérrez 2 h 13 min 03 s   Espagne
2003 60 km Jørgen Aukland 2 h 25 min 52 s   Norvège
2004 70 km Anders Aukland 3 h 09 min 03 s   Norvège
2005 70 km Stanislav Řezáč 2 h 56 min 52 s   République tchèque
2006 70 km Jørgen Aukland 3 h 24 min 47 s   Norvège
2007 57 km Jerry Ahrlin 2 h 07 min 17 s   Suède
2008 70 km Anders Aukland 3 h 09 min 32 s   Norvège
2009 70 km Jerry Ahrlin 2 h 56 min 52 s   Suède
2010 70 km Oskar Svärd 3 h 02 min 28 s   Suède
2011 70 km Jerry Ahrlin 2 h 49 min 10 s   Suède
2012 70 km Jørgen Aukland 2 h 55 min 37 s   Norvège
2013 72 km Jørgen Aukland 2 h 58 min 21 s   Norvège
2014 70 km Simen Østensen 3 h 10 min 16 s   Norvège
2015 57 km Tord Asle Gjerdalen 2 h 05 min 15 s   Norvège
2016 70 km Tord Asle Gjerdalen[4] 2 h 49 min 49 s   Norvège
2017 57 km Tord Asle Gjerdalen 2 h 08 min 36 s   Norvège
2018 70 km Ilia Chernousov 2 h 48 min 08 s   Russie
2019 70 km Petter Eliassen 2 h 45 min 54 s   Norvège
2020 70 km Tore Bjørseth Berdal 3 h 05 min 52 s   Norvège
2021 70 km Emil Persson 3 h 11 min 10 s   Suède

FemmesModifier

Année Nom Temps Pays
1978 Dominique Robert 6 h 17 min 55 s   France
1979 Maria Canins 4 h 56 min 52 s   Italie
1980 Maria Canins 4 h 08 min 47 s   Italie
1981 Maria Canins 3 h 56 min 13 s   Italie
1982 Maria Canins 3 h 49 min 40 s   Italie
1983 Maria Canins 3 h 11 min 36 s   Italie
1984 Maria Canins 4 h 00 min 56 s   Italie
1985 Maria Canins 3 h 52 min 12 s   Italie
1986 Maria Canins 3 h 33 min 55 s   Italie
1987 Maria Canins 3 h 44 min 11 s   Italie
1988 Maria Canins 2 h 57 min 50 s   Italie
1989 Non disputée
1990 Non disputée
1991 Guidina Dal Sasso 3 h 16 min 29 s   Italie
1992 Tatiana Bondareva 2 h 59 min 42 s   Russie
1993 Tatiana Bondareva 2 h 21 min 35 s   Russie
1994 Elena Kalughina 2 h 05 min 20 s   Russie
1995 E. Bitchougova 2 h 59 min 15 s   Russie
1996 Guidina Dal Sasso 3 h 00 min 16 s   Italie
1997 Guidina Dal Sasso 3 h 08 min 32 s   Italie
1998 Guidina Dal Sasso 2 h 48 min 43 s   Italie
1999 Guidina Dal Sasso 3 h 24 min 29 s   Italie
2000 Svetlana Nageykina 3 h 14 min 49 s   Russie
2001 Irina Skladneva 3 h 01 min 55 s   Russie
2002 Anna Santer 2 h 29 min 00 s   Italie
2003 Lara Peyrot 2 h 29 min 00 s   Italie
2004 Gabriella Paruzzi 3 h 33 min 07 s   Italie
2005 Cristina Paluselli 3 h 24 min 52 s   Italie
2006 Cristina Paluselli 3 h 41 min 58 s   Italie
2007 Hilde Gjermundshaug Pedersen 2 h 25 min 00 s   Norvège
2008 Jenny Hansson 3 h 43 min 27 s   Suède
2009 Hilde Gjermundshaug Pedersen 3 h 22 min 58 s   Norvège
2010 Jenny Hansson 3 h 32 min 07 s   Suède
2011 Seraina Boner 3 h 15 min 07 s   Suisse
2012 Susanne Nyström 3 h 23 min 20 s   Suède
2013 Seraina Boner 3 h 29 min 25 s   Suisse
2014 Julia Tikhonova 3 h 27 min 54 s   Russie
2015 Katerina Smutna 2 h 20 min 32 s   Autriche
2016 Britta Johansson Norgren[4] 3 h 13 min 50 s   Suède
2017 Katerina Smutna 2 h 22 min 46 s   Autriche
2018 Britta Johansson Norgren 3 h 11 min 48 s   Suède
2019 Britta Johansson Norgren 3 h 11 min 17 s   Suède
2020 Kari Vikhagen Gjeitnes 3 h 21 min 59 s   Norvège
2021 Lina Korsgren 3 h 27 min 14 s   Suède

RecordsModifier

Le record de victoire sur l'épreuve est détenu par l'italienne Maria Canins qui remporte l'épreuve 10 fois consécutivement, écrasant souvent le concurrence, comme en 1980 où elle arrive avec plus de 46 minutes d'avance sur sa dauphine Silvia Giaccone.

Chez les hommes, l'italien Maurilio De Zolt et le norvégien Jørgen Aukland dominent le palmarès avec 4 victoires chacun. Tord Asle Gjerdalen est le seul homme à avoir remporté l'épreuve 3 fois consécutivement, finissant également deuxième en 2021.

En 1996, Maurizzio Pozzi réalise le meilleur temps sur la version classique de l'épreuve (70km) en 2 h 40 min 29 s, comme sa compatriote Guidina Dal Sasso la même année en 3 h 00 min 16 s.

En 1994, le manque de neige donne lieu à l'édition la plus courte : 45 km.

En 2013, pour célebrer la quarantième édition, l'épreuve est rallongée pour atteindre le record de 72 km. L'édition 2013 est également celle avec le record de participation avec 7.570 inscrits.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « SWEDEN'S PERSSON AND KORSGREN », sur www.marcialonga.it (consulté le 1er février 2021)
  2. (it) « L'anvanzata delle "marcialonghette" il coraggioso cammino delle donne nello sport », sur www.marcialonga.it (consulté le 1er février 2021)
  3. (it)La saga dei Biondini, famiglia simbolo dello sci di fondo publié le 21 février 2006
  4. a et b (sv) Johan Häll, « Tredje raka segern för Britta Johansson Norgren », SVT Sport, (consulté le 31 janvier 2016)