Manuel de sabotage simple sur le terrain

manuel de l'OSS publié en 1944 (à la fin de la seconde guerre mondiale) et utilisé par la CIA compilant des techniques de sabotage sur le terrain utilisé par les anarchistes et les communistes contre les nazis

Le Manuel de sabotage simple sur le terrain (anglais : Simple Sabotage Field Manual) est un manuel de sabotage crée par le bureau des services stratégiques (anglais : Office of Strategic Services, OSS)), publié en 1944, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et déclassifié depuis, compilant des techniques pour entraver l'ennemi depuis l'intérieur. Il est également utilisé par l'agence du renseignement central (anglais : Central Intelligence Agency, CIA, organisme reprenant les officiers de l'OSS), le service de renseignement des États-Unis[1]. Il s'agit d'un guide simple pour pratiquer la subversion dans n'importe quelle organisation[2].

Manuel de sabotage simple sur le terrain
Titre original
(en) Simple Sabotage Field ManualVoir et modifier les données sur Wikidata
Langue
Auteur
Sujet
Date de parution
Pays

ContenuModifier

Sabotage des équipesModifier

Parmi les techniques enseignées par le manuel, on peut citer dans les techniques de sabotage des équipes[1], proche de ce que dit Charlie Munger, « Il est souvent plus facile de résoudre un problème après coup qu'avant »[3] :

  • Miner le moral en offrant des promotions au personne incompétent ;
  • Inciter à toujours suivre des canaux décisionnels, ne jamais les éviter pour accélérer les décisions ;
  • Parler fréquemment et longtemps en illustrant les différents points par des anecdotes ou des expériences personnelles, et mettre en avant, aussi souvent que possible des problèmes sans conséquences ;
  • Chipoter sur les mots précis de toutes les communications, comptes-rendus et résolutions ;
  • Tout renvoyer à des comités pour une étude approfondie avec des comités les plus larges possible, et tenter à chaque fois de rééxaminer les décisions prises dans les réunions précédentes ;
  • Interroger constamment, la permission du groupe dans lequel vous êtes à effectuer l'action pour laquelle il a été conçu. Cela pourrait être en conflit avec un supérieur ?
  • Défendre la précaution et encourager tout le monde à être raisonnable, afin d'éviter les urgences qui pourraient poser des problèmes plus tard.
  • Encourager la « terreur de l'erreur », en minant l'autorité, la bravoure ou les personnes dirigeantes, en remettant en question la véracité de ce qu'elles font, même si c'est très clair.

Sabotage des actionsModifier

Parmi les techniques de sabotage des actions[3] :

  • Ne pas réparer les moteurs à temps ;
  • Placer des outils à un mauvais endroit, les rendant dur à trouver, les oublier ou les faire se casser plus fréquemment ;
  • Pour les chauffeur de bus, rater un arrêt par inadvertance, où un officier pourrait se trouver, ou devrait descendre ;
  • Les opérateurs de train peuvent donner des mauvais tickets au voyageurs, afin de les faire arriver à la mauvaise destination, ou bien donner deux tickets pour le même siège, afin de provoquer des retards.
  • Les concierges peuvent s'assurer que l'environnement du lieu de travail soit désordonné, en laissant les éléments sales ou en plaçant du riz dans le système de refroidissement de l'eau.
  • Ceux n'ayant pas d'emploi peuvent également être impliqués, en donnant des mauvaises directions lorsqu'on leur demande, en changeant les panneaux de direction pour orienter dans la mauvaise direction, ou bien prétendre ne pas parler la langue qu'utilise la personne.

OuvrageModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier