Ouvrir le menu principal

Dans le monde de la tauromachie, la manoletina est une passe de muleta haute, qui est une interprétation de la bandera[1].

DescriptionModifier

 
José Tomás, manoletina à Madrid en 2002

L'invention de cette passe est attribuée par Casanova et Dupuy à Pepe Ortiz, matador mexicain. Popularisée par « Manolete » dont elle a gardé le nom, cette passe haute de la droite se fait tandis que le bras gauche du matador est replié derrière son dos et que la main gauche vient saisir l'étoffe[2]. Quand le taureau arrive sur la muleta, le torero l'élève au-dessus des cornes en effectuant un tour complet sur place dans le sens contraire à la course du taureau[3].

Notes et référencesModifier

  1. Auguste Lafront - Paco Tolosa : Encyclopédie de la corrida, éditions Prisma, 1950, p. 159
  2. Casanova et Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Jeanne Laffitte, 1981, p. 101
  3. Auguste Lafront - Paco Tolosa : Encyclopédie de la corrida, éditions Prisma, 1950, p. 160

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :