Magdalena Skipper

Rédactrice en chef de la revue Nature
Magdalena Skipper
Congreso Futuro - 2019-01-14 - 23 (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Springer Nature (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaines
Génétique, édition académique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Magdalena Skipper est rédactrice en chef de la revue Nature. Elle a un doctorat en génétique de l'université de Cambridge.

Jeunesse et éducationModifier

Skipper a obtenu un baccalauréat (bachelors degree) en génétique à l'université de Nottingham[1]. Elle a ensuite effectué un doctorat en génétique à l'Université de Cambridge, où elle a travaillé dans la laboratoire de Jonathan Hodgkin sur la détermination du sexe chez Caenorhabditis elegans (C. elegans)[2]. Elle a été membre du Corpus Christi College[3].

RechercheModifier

Après avoir terminé son doctorat, elle a rejoint le Conseil de la recherche médicale du laboratoire de biologie moléculaire de Cambridge. Elle a travaillé comme chercheuse postdoctorale à l'Imperial College London sur les poissons-zèbres et le développement intestinal[4].

Skipper a rejoint Nature en 2001 en tant que rédactrice en chef adjointe de Nature Reviews Genetics. Elle s'intéresse aux innovations dans l'édition scientifique[5],[6],[7]. En 2002, elle est devenue rédactrice en chef de Nature Reviews Genetics puis fut promue au rang d'éditrice adjointe en 2008[8],[9]. Elle fait partie du Conseil consultatif du Centre de médecine personnalisée de l'université d'Oxford[10]. Skipper a brièvement travaillé comme directrice de la communication scientifique à l'Institut Altius de sciences biomédicales à Seattle.

En 2018, elle a travaillé avec Nature et Estée Lauder pour le lancement d'un prix mondial pour les femmes en science[11],[12]. Elle est devenue la première femme rédactrice en chef de Nature en mai 2018[13],[14]. Elle veut s'assurer que la science est reproductible et robuste, ainsi qu'apporter plus de soutien aux chercheurs en début de carrière[15].

RéférencesModifier

  1. (en) Magdalena Skipper, « Magdalena Skipper », sur FORCE11, (consulté le 3 mai 2018)
  2. (en) « Dr Magdalena Skipper appointed editor-in-chief at Nature », sur thebookseller.com (consulté le 3 mai 2018)
  3. (en-US) « Magdalena Skipper », sur careersinscience.org (consulté le 3 mai 2018)
  4. Codrops, « Prof. Magdalena Skipper », sur igmc-cegmr.org (consulté le 3 mai 2018)
  5. (en) « Editors | Nature Communications », sur www.nature.com (consulté le 3 mai 2018)
  6. (da) « Publishing ENCODE: The Use of Interactive Graphics for Navigation and Exploration of Research - Biokemisk Forening », sur www.biokemi.org (consulté le 3 mai 2018)
  7. « "The Future of Scientific Publishing", Magdalena Skipper (Senior Editor, Nature) | OIST Groups », sur groups.oist.jp (consulté le 3 mai 2018)
  8. (en-US) « ENCODE Project Telebriefing Pariticipant Bios », sur National Human Genome Research Institute (NHGRI) (consulté le 3 mai 2018)
  9. NCCR Chemical Biology, Career discovery: Science publishing (Magdalena Skipper), (lire en ligne)
  10. « People - Centre for Personalised Medicine », sur www.well.ox.ac.uk (consulté le 3 mai 2018)
  11. (en-GB) « Spotlight on women in science with 2 global awards », Saudigazette,‎ (lire en ligne)
  12. « Nature Research and The Estée Lauder Companies launch global awards to celebrate inspirations for women in science | Group | Springer Nature », sur group.springernature.com (consulté le 3 mai 2018)
  13. (en) « Press release archive: About NPG », sur www.nature.com (consulté le 3 mai 2018)
  14. (en-US) « Glamour’s New EIC Makes New Hires | People on the Move - Folio: », Folio:,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Holly Else, « Nature announces new editor-in-chief », Nature,‎ (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/d41586-018-05060-w, lire en ligne)

Liens externesModifier