Ouvrir le menu principal

Madeleine de La Tour d'Auvergne

Madeleine de La Tour d'Auvergne
Illustration.
Portrait d’une dame par Jean Perréal, galerie des Offices, Florence.
Titre
Comtesse de Lauragais

(18 ans et 1 mois)
Prédécesseur Jean III
Successeur Catherine Ire
Biographie
Dynastie Maison de La Tour d'Auvergne
Date de naissance
Date de décès
Père Jean IV d'Auvergne
Mère Jeanne de Bourbon-Vendôme
Conjoint Laurent II de Médicis
Enfants Catherine de Médicis

Madeleine de La Tour d'Auvergne est née en 1498, morte le . Fille du dernier comte d'Auvergne, elle épousera en 1518 Laurent II de Médicis, dont elle aura une fille, Catherine de Médicis.

BiographieModifier

Elle était la fille de Jean IV (1467-1501), comte d'Auvergne et de Lauragais (1497-1501), et de Jeanne de Bourbon-Vendôme (1465-1511).

Elle fut dame de La Tour-d'Auvergne et de Saint-Saturnin en Haute-Auvergne et, de 1501 à 1519, comtesse de Lauragais (tandis que sa sœur aînée Anne d'Auvergne hérite du comté d'Auvergne).

Le , elle épousa à Amboise Laurent II de Médicis (1492-1519), duc d'Urbin. Un seul enfant naquit de cette union : Catherine de Médicis (1519-1589), qui deviendra reine de France par son mariage avec Henri II de France, le 28 octobre 1533 (Catherine sera reine de France du 31 mars 1547 au 10 juillet 1559, date de la mort de son époux, puis régente jusqu'en 1563).

Madeleine mourut quelques jours après la naissance de Catherine, d'une mauvaise fièvre. Elle transmit à sa fille le Lauragais, que celle-ci apporta à son tour au roi de France Henri II.

Dans son étude Sur Catherine de Médicis, (1830-1842), Honoré de Balzac la met en scène sous le nom de : « Madeleine de la Tour-de-Boulogne, mère de Catherine de Médicis[1] », et il précise que « C'est par sa mère que Catherine était si riche et alliée à tant de familles ; car, chose étrange ! Diane de Poitiers, sa rivale, était aussi sa cousine. Jean de Poitiers, père de Diane, avait pour mère Jeanne de la Tour-de-Boulogne, tante de la duchesse d'Urbin. »

Notes et référencesModifier

  1. Édition Charles Furne de 1845, vol.15, p. 485.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier