Maître du Fitzwilliam 268

Enlumineur brugeois du XVe siècle
Maître du Fitzwilliam 268
Période d'activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Influencé par

Le Maître du Fitzwilliam 268 un maître anonyme enlumineur actif à Bruges des années 1470 à 1480. Il doit son nom à un livre d'heures aujourd'hui conservé au Fitzwilliam Museum de Cambridge.

Éléments biographiques et stylistiquesModifier

 
Le martyr de sainte Catherine d'Alexandrie, Livre d'heures Fitzwilliam Museum Ms.268.

Le style du maître a été isolé par Bodo Brinkmann, conservateur au Kunstmuseum de Bâle en 1992 et 1997[1]. Il a distingué son style de celui du Maître du Livre de prières de Dresde dont il a été un collaborateur. Il a aussi participé à la décoration de manuscrits en collaboration avec d'autres enlumineurs brugeois comme Willem Vrelant et Simon Marmion[2]. Selon Scot McKendrick, il aurait été aussi un proche collaborateur du Maître de Marguerite d'York. Enfin, son style doit beaucoup à un autre enlumineur flamand, Liévin van Lathem, dont il reprend de nombreux motifs[3].

D'un style très proche de celui du Maître de Marguerite d'York, il s'en distingue par un style plus tendu et des compositions plus agitées. Ses personnages possèdent des petites têtes au menton pointu et aux cheveux frisés[4].

Bodo Brinkmann et Gregory Clark ont proposé de l'identifier avec Philippe de Mazerolles, qui est signalé à Bruges pendant la période de réalisation des manuscrits attribués[5]. Cette identification est contestée par plusieurs historiens dont Pascal Schandel, pour qui cette attribution comporte des incohérences entre le style des miniatures et des autres manuscrits attribués par ailleurs à Mazerolles[6].

Œuvres attribuéesModifier

 
Ordonnances militaires de Charles le Téméraire, British Library.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Gregory Clark, « Master of Fitzwilliam 268 : new and revisited hypotheses », dans Elizabeth Morrison et Thomas Kren, Flemish manuscript painting in context : recent research, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, , 198 p. (ISBN 0-89236-852-7), p. 123-134
  • (de) Bodo Brinkmann, Die flämische Buchmalerei am Ende des Burgunderreichs: der Meister des Dresdener Gebetbuchs und die Miniaturisten seiner Zeit, Turnhout, Brepols, coll. « Ars nova », , p. 164-169 et 271-274
  • Bernard Bousmanne et Thierry Delcourt (dir.), Miniatures flamandes, Bibliothèque nationale de France/Bibliothèque royale de Belgique, , 464 p. (ISBN 9782717724998), p. 295-309
  • (en) Scot McKendrick et Thomas Kren, Illuminating the Renaissance : The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, Getty Publications, , 591 p. (ISBN 978-0-89236-704-7, lire en ligne), p. 218-221, 252-255

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier