Méouge

rivière française

Méouge
Illustration
La Méouge dans les Hautes-Alpes
Carte.
Cours de la Méouge
Caractéristiques
Longueur 39,6 km [1]
Bassin 229 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Régime pluvial
Cours
Source au nord de la montagne d'Albion
· Localisation Barret-de-Lioure
· Altitude 1 603 m
· Coordonnées 44° 09′ 58″ N, 5° 31′ 47″ E
Confluence le Buëch
· Localisation entre Chateauneuf-de-Chabre et Antonaves
· Altitude 520 m
· Coordonnées 44° 15′ 46″ N, 5° 49′ 39″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Drôme, Hautes-Alpes
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales localités Séderon, Châteauneuf-de-Chabre

Sources : SANDRE:X1050500, Géoportail

La Méouge est une rivière du sud-est de la France qui prend sa source dans la Drôme sur la commune de Barret-de-Lioure et traverse les Hautes-Alpes (régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur).

Ce cours d'eau est un affluent de rive droite du Buëch, sur le territoire de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, donc un sous-affluent du Rhône par la Durance.

GéographieModifier

 
La Méouge à Sédéron

La longueur de son cours d'eau est de 39,6 km[1].

Sur la commune de Chateauneuf-de-Chabre, la rivière a formé des gorges naturelles sur près de 7 km dans un calcaire coloré sur un parcours sauvage et insolite où se succèdent petites plages de sable, énormes galets polis, trous d'eau et cascades[2]. Le lieu est réputé pour la baignade[3]. Dans ces gorges[4], le pont médiéval de Châteauneuf-de-Chabre classé monument historique permet de franchir la rivière. Ces gorges sont également classées Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique[5] dont la faune et la flore sont protégées.

Communes et cantons traversésModifier

Dans les deux départements des Hautes-Alpes et de la Drôme, la Méouge traverse onze communes[1], respectivement cinq et six communes[6], et deux cantons :

Soit en termes de cantons, la Méouge prend source sur le canton de Séderon, et conflue sur le canton de Ribiers.

AffluentsModifier

La Méouge a trente affluents référencés[1] :

  • le ravin de Touissas,
  • le ravin des Lèbrières,
  • le ruisseau du Défens,
  • le ravin du Lioron,
  • le ravin du Rivadet,
  • le Rieu,
  • le ruisseau de Villefranche, d'une longueur de 8 km avec quatre affluents
  • le ruisseau de Voluy, avec deux affluents
  • le ravin de Colombier,
  • le ravin de Front-Froide,
  • la ravin de Vignard,
  • la Saulce, avec un affluent
  • le Riançon, avec deux affluents
  • l'Auzance, d'une longueur de 12 km, avec deux affluents
  • le Mouessoron,
  • le ravin de grand Combe,
  • le torrent de Couzaut, avec un affluent
  • le torrent travers du Serre,
  • le ravin Fontaine Aillaud,
  • le ravin de Tramier,
  • le ravin de l'Eau Salée,
  • le torrent du Rif, avec trois affluents
  • le torrent de Bigarière,
  • le torrent des Fraches, avec un affluent
  • le torrent des Vignasses,
  • le torrent d'Ourse, avec un affluent
  • le torrent de Peysson,
  • le torrent de Gironde,
  • le torrent du Rif, avec un affluent

HydrologieModifier

Le bassin hydrologique a une superficie de 229 km2 pour le SANDRE et 225 km2 pour le SIEM[7]. Il concerne quatorze communes et entre 1 500 habitants et 2 000 habitants, la plupart dans la Communauté de communes du canton de Ribiers Val de Méouge.

HistoireModifier

Hydronymie, toponymes et évocationsModifier

HydronymieModifier

Son hydronyme est attesté sous la forme latine Mulgia en 1177, Melga en 1197 dans archives des Hautes-Alpes, Meuga 1365 dans les archives de l'Isère, Ripperia de Meusa en 1520 dans le Terrier de Mévouillon.

Meoujo en provençal.

ToponymesModifier

La Méouge attache son nom à deux communes : Vers-sur-Méouge (Drôme) et Barret-sur-Méouge (Hautes-Alpes).

ÉvocationsModifier

 
Michel Jonasz en 2017

L'auteur-compositeur-interprète français Michel Jonasz évoque cette rivière dans une chanson dénommée La Méouge, le Rhône, La Durance dont on peut entendre cet extrait

«  Et bientôt nous irons ombres parmi les ombres sans savoir où aller... Sans rien voir du chemin de rocaille qui descend vers la mer, la Méouge, le Rhône ou la Durance  »

Cette chanson est tirée de son album au nom identique, sorti en 2019[8].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - La Méouge (X1050500) » (consulté le 27 avril 2015)
  2. Balade en Provence, « le Sisteronais - les Gorges de la Méouge » (consulté le 22 avril 2011)
  3. Provence Balades, « Les gorges de ma Méouge, Alpes de Haute Provence » (consulté le 22 avril 2011)
  4. provenceweb.fr, « Les Gorges de la Méouge » (consulté le 22 avril 2011)
  5. Direction Régionale de l'environnement PACA, « GORGES DE LA MÉOUGE - RÉSERVE BIOLOGIQUE DOMANIALE » (consulté le 6 novembre 2010)
  6. le SANDRE 2011 ajoute Mison sur les Alpes-de-Haute-Provence qui est à 100 mètres à l'est de la confluence selon Géoportail
  7. mairie de Ribiers 05300, « Syndicat Intercommunautaire d'Entretien de la Méouge » (consulté le 23 avril 2011)
  8. Site Alpes1, page "Hautes-Alpes : "la Méouge, le Rhône , la Durance ", dernier album de Michel Jonasz", consulté le 28 octobre 2019