Ouvrir le menu principal

Lungtok Gyatso

neuvième dalaï-lama

Lungtok Gyatso
Image illustrative de l’article Lungtok Gyatso

Nom de naissance
Nom de réincarnation Lungtok Gyatso
Date de naissance
Lieu de naissance Denma Thubten Chökor, Kham, Tibet
Date de décès (à 9 ans)
Lieu de décès Lhassa, Tibet
Successions (dalaï-lama)

Lungtok Gyatso (tibétain : ལུང་རྟོགས་རྒྱ་མཚོ་, Wylie : Lung-rtogs rgya-mtsho), né le à Dan Chokhor et mort le à Lhassa[1], est le 9e dalaï-lama.

BiographieModifier

 
Représentation de l'identification en 1808 de Lungtok Gyatso comme 9e dalaï-lama, auprès des ambams de la dynastie Qing, dans le rouleau illustré À la recherche du dalaï-lama[2]

Lungtok Gyatso est né à Dan Chokhor, un petit village du Kham au Tibet oriental. Son père se nommait Tenzin Choekyong et sa mère Dhondup Dolma. Reconnu comme la réincarnation de Jamphel Gyatso, 8e dalaï-lama, en 1807, il est escorté à Lhassa par le prince de Mongolie-Intérieure, Manjubazar (满珠巴咱尔 / 滿珠巴咱爾, mǎnzhūbāzáněr, jazag, fils de Dönjübsebden et petit-fils de Radnasidi[3], ses successeurs sont Gungsangnorbu (1872 - 1931) et son père Vandudnamjil Вандуднамжил, mort en 1898[4]), des Mongols qaracin, nommé l'année précédente ambassadeur par l'empereur Jiaqing, et intronisé au palais du Potala en 1809 (14e année de l'ère Jiaqing (zh))[5], ou en 1810 (d'après le site de Tenzin Gyatso). Il remet ses vœux de moine novice auprès du 7e panchen-lama, Palden Tenpai Nyima, qui lui donne son nom religieux de Lungtok Gyatso. Il meurt en 1815, à l'âge de 9 ans[6].

L'explorateur anglais Thomas Manning (1772–1840), qui a atteint Lhassa en 1812, a décrit sa rencontre avec le 9e dalaï-lama, âgé alors de sept ans, dans des termes rhapsodiques : « Le beau et fascinant visage du lama a absorbé toute mon attention. Il avait des manières simples et sans affectation d'un enfant prince bien instruit. Je pense que son visage était affectueusement beau. Il était d'une disposition joyeuse et heureuse. J'ai été extrêmement affecté par cet entretien avec le lama. J'aurais pu pleurer par l'étrangeté de cette sensation[7]. »

Notes et référencesModifier

  1. Roland Barraux, Histoire des dalaï-lamas, Albin Michel, 1993, (ISBN 2-226-13317-8)
  2. (en) Max Gordon Oidtmann (en) sous la supervision de Mark C. Elliott, « Patrons and Priests in Amdo Tibet 1791-1911 », sur Dissertation reviews, « Image: Finding of a Dalai Lama, Harvard Art Museums, Arthur M. Sackler Museum, Bequest of the Hofer Collection of the Arts of Asia, 1985.863.5. The album is undated. It likely depicts the identification of the ninth Dalai Lama in 1808. », « The recognition process, he finds, was significantly altered by the Manchu ambans and held, not at the Jokhang, but at the Potala Palace in front of an image of the Qianlong emperor »
  3. (Charleux, Even et Lacaze 2004, p. 167)
  4. (Charleux, Even et Lacaze 2004, p. 158)
  5. (Charleux, Even et Lacaze 2004, p. 151) « Le texte, daté de la 14e année de l’ère Jiaqing (1809), relate la mission à Lhasa d’un prince de Mongolie-Intérieure, Manjubazar des Qaracin, nommé en 1808 ambassadeur par l’empereur afin de superviser l’intronisation du 9e dalai lama (1806-1815). »
  6. Lungtok Gyatso sur dalailama.com
  7. Brown, Mick. The Dance of 17 Lives: The Incredible True Story of Tibet's 17th Karmapa, p. 28-29. (2004) Bloomsbury Publishing, New York, N.Y. (ISBN 1-58234-177-X).

BibliographieModifier

  • Roland Barraux, Histoire des Dalaï-lamas, Albin Michel, 1993, (ISBN 2-226-13317-8)
  • Glenn H. Mullin, Les quatorze Dalaï-Lamas (2001), préface du 14° Dalaï-Lama, trad. Philippe Beaudoin, Éditions du Rocher, 2004, 616 p.
  • Martin Brauen, Les Dalaï-lamas. Les 14 réincarnations du bodhisattva Avalokiteśvara (2005), trad. de l'all. par Jean-Daniel Pellet, Éditeur Favre, 2005, 303 p. (ISBN 2828908402) et (ISBN 9782828908409)
  • (en) William Woodville Rockhill, The Dalai-Lamas of Lhassa and their relationships with the Manchu Emperors of China, 1644-1908, Leyde, T'oung Pao, 1910, t. 11, p. 1-104.
  • Gaëlle Lacaze et Isabelle Charleux, « L'intronisation du IXe dalai lama vue par un prince mongol : un rouleau peint conservé à la bibliothèque de l'Institut des Hautes Etudes Chinoises », Arts asiatiques, t. 59,‎ , p. 30-57 (DOI 10.3406/arasi.2004.1514, lire en ligne)
  • Isabelle Charleux, Marie-Dominique Even et Gaëlle Lacaze, « Un document mongol sur l'intronisation du IXe Dalai lama », Journal asiatique, Leuven, Peeters Publishers, t. 292, nos 1-2,‎ , p. 151-222 (présentation en ligne, lire en ligne)

Voir aussiModifier