Louis-Charles Sapey

personnalité politique française

Louis-Charles Sapey est un homme politique français né le au Grand-Lemps (Isère) et décédé le à Paris.

Louis-Charles Sapey
Jean Charles Sapey (1775-1857), by Élisabeth-Louise Vigée Le Brun.jpg
Fonctions
Député
Sénateur du Second Empire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Jean Charles Sapey (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Angélique-Eulalie Boby, veuve Penne
Autres informations
Distinctions
Blason Sapey.png
blason

BiographieModifier

Fils de Jean-Baptiste Sapey (1734 - 1812), notaire royal et châtelain de Lemps et de Marianne Mingrat (1733 - 1776), il est sorti de l'école militaire en 1794. Il quitte l'armée en 1798 et devient directeur général de la société de navires entre la Corse et le continent. Il est ensuite secrétaire particulier de Lucien Bonaparte en 1800, secrétaire de la légation française en Espagne en 1801. Il est député de l'Isère de 1802 à 1808, en 1815 pendant les Cent-Jours, de 1819 à 1824 et de 1828 à 1848. Il soutient le Premier Empire, siège dans l'opposition sous la Restauration, signant l'adresse des 221. Il siège dans la majorité soutenant la Monarchie de Juillet. Il est conseiller maitre à la Cour des comptes de 1832 à 1851, puis sénateur du Second Empire de 1852 à 1857.

Vie privéeModifier

Il épouse à Paris, le , Angélique-Eulalie Boby, veuve du général-baron Penne[1] et fille de Jean Boby (1750 - 1845), avocat au parlement de Paris, et de Henriette Courveils. Il aura trois filles :

  • Caroline qui épousera Pierre Henry de La Croix (1811 - 1885), maire de Gacé, conseiller général de l'Orne,
  • Eugénie Aglaé Adèle qui épousera Charles Eugène Feydeau, Marquis de Brou,
  • et Angélique qui épousera Henri Mathieu Quesné (1813 - 1887), industriel, député de la Seine-Inférieure et drapier à Elbeuf.


Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Léonce de Brotonne, Les sénateurs, du consulat et de l'empire, H. Champion, (lire en ligne)

SourcesModifier

Liens externesModifier