Louis-Camus Destouches

Louis-Camus Destouches, né en 1667, mort à Paris[1] le , est un militaire français, général d'artillerie.

Louis-Camus Destouches
Biographie
Naissance
Décès
Allégeance
Activité
Enfant
Autres informations
Arme
Grade militaire
Distinctions

BiographieModifier

Fils de Jacques Camus Destouches (écuyer, conseiller du Roi, contrôleur général de l’artillerie, frère de (Le) Camus de Beaulieu qui lui succède au contrôle général de l'Artillerie), frère de Joseph (1662-1713, contrôleur général de l'Artillerie après son oncle) et de Michel Camus-Destouches (1668-1731, aussi contrôleur général de l'Artillerie et colonel du régiment d'infanterie Destouches), Louis-Camus Destouches accomplit une carrière militaire assez brillante dans l’artillerie, ce qui lui valut le surnom de « Canon », et le fit appeler « Destouches-Canon[2] ». Chevalier de l’ordre de Saint-Lazare depuis 1690, il devint chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis en 1720, puis commandeur en 1725[3]. Il fut capitaine général des Bombardiers de France, lieutenant général de l’Artillerie de France et maréchal des camps et armées du Roi, et directeur général des Écoles et Instructions des bataillons du Régiment Royal artillerie[3].

Homme de confiance du duc d’Arenberg, il s’occupa du jeune Jean le Rond d'Alembert (1717-1783), fils illégitime de Claudine Guérin de Tencin et, très probablement, du duc, qu’il fit placer chez une nourrice et à qui il laissera à sa mort une rente annuelle de 1 200 livres ; le bénéficiaire de cette rente était désigné sous le nom de Jean d'Aremberg, et après la mort de Louis en 1726, elle fut servie par son frère cadet Michel — très proche de son frère, ils avaient vécu ensemble à l'Arsenal — puis la veuve de ce dernier, Jeanne Mirey, disparue après d'Alembert[4],[5],[6].

Fénelon, dans une lettre qu'il lui écrit en , en brosse le portrait suivant :

« Pourquoi ce vieil évêque[7] aime-t-il tant un homme si profane ? La vérité est que je trouve deux hommes en vous ; vous êtes double comme Sosie, sans aucune duplicité pour la finesse ; d'un côté vous êtes mauvais pour vous-même, de l'autre vous êtes vrai, noble, tout à vos amis. Je finis par un acte de protestation tiré de votre ami Pline le Jeune : Neque enim amore decipior[8]. »

Beaucoup plus tard, Sainte-Beuve publiera, dans le second volume de ses Causeries du Lundi, une suite de lettres familières adressées, lors de leur rencontre, par Fénelon au chevalier Destouches, lettres formant, selon leur éditeur, la « plus intéressante partie [de ce] volume[8] » : « Destouches, alors âgé de quarante-trois ans servait dans l’artillerie et avec distinction ; il était homme d’esprit, cultivé et goûtait fort Virgile. Avec cela il était dissipé, adonné aux plaisirs[8]. »

Notes et référencesModifier

  1. D'après Coll., « Camus », Gazette de France, no 16 mars,‎ (lire en ligne) : « Louis Camus-Destouches, maréchal des Camps & armées du Roi,... meurt à Paris le 11 mars 1726, âgé de cinquante-neuf ans ou environ ».
  2. Louis Figuier, Vies des savants illustres du dix-huitième siècle, Paris, Librairie internationale, , 496 p., 25 cm (lire en ligne), p. 81.
  3. a et b Mercure de France, Morts, naissance, mariages, Paris, Guillaume Cavelier, (lire en ligne), p. 610.
  4. (en) Joseph Rosenblum (dir.) et Frank N. Magill, The 17th and 18th Centuries : Dictionary of World Biography, t. 4, Londres, Routledge, , 1534 p. (ISBN 978-1-135-92414-0, lire en ligne), p. 30.
  5. Françoise Launay, « Les Identités de D'Alembert », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, no 47,‎ , p. 243-289 (ISSN 1955-2416, lire en ligne)
  6. « Lettre de Fénelon au chevalier Destouches du 15 janvier 1713 , p. 98-100 », sur Correspondance de Fénelon commentée par Jean Orcibal, t. XVII, Droz, 1999
  7. Fénelon avait alors soixante-trois ans.
  8. a b et c Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. II, Paris, Garnier frères, , 564 p., 15 vol. in-8° (lire en ligne), p. 12.

Liens externesModifier