Ouvrir le menu principal

Lophorhothon atopus

Lophorhothon
Description de cette image, également commentée ci-après
Schéma du crâne de Lophorhothon atopus.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Sauropsida
Ordre  Ornithischia
Sous-ordre  Ornithopoda
Super-famille  Hadrosauroidea

Genre

 Lophorhothon
Langston[1], 1960

Nom binominal

 Lophorhothon atopus
Langston[1], 1960

Lophorhothon est un genre éteint de dinosaures ornithopodes appartenant à la super-famille des Hadrosauroidea. Il vivait en Amérique du Nord, à la fin du Crétacé supérieur, au Campanien, soit il y a environ entre 83,6 à 72,1 millions d'années.

Découverte et dénominationModifier

Les vestiges de ce petit dinosaure mal connu ont été découverts au cours des années 1940, dans de vastes affleurements de la partie inférieure d'une couche sans nom de la formation de Mooreville Chalk (groupe Selma ; Campanien inférieur et moyen) dans le comté de Dallas, à l'ouest de la ville de Selma, en Alabama. C'est le premier dinosaure découvert dans cet État. Le taxon a depuis également été signalé dans la formation de Black Creek (Campanien) en Caroline du Nord. Par ailleurs un second hadrosaure a été découvert en Alabama en 2016 ; c'est un {hadrosauridé basal, nommé Eotrachodon orientalis[2].

L'holotype, qui est abrité dans les collections du musée Field à Chicago, se compose d'un crâne fragmentaire et désarticulé et de restes post-crâniens incomplets. Après sa mort spécimen a été probablement transporté par une rivière vers la mer qui couvrait le centre de l'Amérique du Nord à cette époque, la Voie maritime intérieure de l'Ouest, où il s'est sédimenté dans des calcaires silteux.

ÉtymologieModifier

Le nom Lophorhothon signifie « nez d'aigrette » (le nom lophos signifiant « aigrette » en grec et rhothon signifiant « nez »). L'unique espèce (et espèce type) est Lophorhothon atopus. Le nom spécifique est dérivé du grec atopos : « rare » ou « étrange ».

DescriptionModifier

La longueur totale du spécimen holotype a été estimée à 4,50 mètres par son inventeur Wann Langston en 1960[1]. Cependant il précise que les restes de squelette retrouvés ne montent pas une ossification complète. Il en déduit qu'il s'agit d'un individu immature, et considère qu'adulte, il aurait pu concurrencer en taille les grands hadrosaures[1]. Thomas Holtz en 2011 évalue la taille adulte de Lophorhothon à 8 mètres pour une masse de l'ordre de 2 tonnes[3].

ClassificationModifier

La taxonomie de Lophorhothon a été très fluctuante. Dès la création du genre, plusieurs paléontologues ont émis des doutes sur la validité du genre qui cumulait le fait de n'être connu que par un seul spécimen, mal conservé et découvert dans une région où aucun autre hadrosaure n’était connu. Il a été envisagé qu'il s'agisse d'un jeune Prosaurolophus. En 1998, James Lamb propose de le reclasser comme un iguanodonte basal[4], une interprétation qui n'est pas suivie. En 2004, Horner, Weishampel et Forster le positionnent comme un hadrosauriné basal[5]. Ce n'est qu'à partir de 2010 que Lophorhothon est classé comme un hadrosauroïde basal[6],[7].

D'autres analyses phylogénétiques ultérieures ont fourni le même résultat[8], dont celle construite par Prieto-Márquez et ses collègues en 2016 qui conduit au cladogramme suivant[2] :

Hadrosauroidea 

Jinzhousaurus




Equijubus




Probactrosaurus





Jeyawati




Protohadros



Eolambia






Tanius





Bactrosaurus




Levnesovia






Gilmoreosaurus




Telmatosaurus





Jintasaurus




Lophorhothon






Claosaurus




Tethyshadros



Hadrosauridae













Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) Langston, W. 1960. The vertebrate fauna of the Selma Formation of Alabama, part VI: the dinosaurs. Fieldiana: Geology Memoirs 3(5): 315–359 | https://archive.org/stream/vertebratefaunao36lang/vertebratefaunao36lang_djvu.txt
  2. a et b (en) Albert Prieto-Marquez, Gregory M. Erickson et Jun A. Ebersole, « A primitive hadrosaurid from southeastern North America and the origin and early evolution of 'duck-billed' dinosaurs », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 36, no 2,‎ , e1054495 (DOI 10.1080/02724634.2015.1054495)
  3. (en) Holtz, Thomas R. Jr. (2011) Dinosaurs: The Most Complete, Up-to-Date Encyclopedia for Dinosaur Lovers of All Ages, Winter 2010 Appendix.
  4. (en) Lamb, J. P. 1998. Lophorothon, an iguanodontian, not a hadrosaur. Journal of Vertebrate Paleontology, 18 (3 Abstracts): 59A
  5. (en) Horner, J. R., Weishampel, D. B., and Forster, C. A. 2004. Chapter Twenty: Hadrosauridae. in The Dinosauria (2nd edition), Weishampel, D. B., Dodson, P., and Osmólska, H., editors. University of California Press
  6. (en) A. Prieto-Marquez and G. C. Salinas, 2010, "A re-evaluation of Secernosaurus koerneri and Kritosaurus australis (Dinosauria, Hadrosauridae) from the Late Cretaceous of Argentina", Journal of Vertebrate Paleontology 30(3): 813–837
  7. (en) Albert Prieto-Márquez et Mark A. Norell, « Anatomy and Relationships of Gilmoreosaurus mongoliensis (Dinosauria: Hadrosauroidea) from the Late Cretaceous of Central Asia », American Museum Novitates, vol. 3694,‎ , p. 1-49 (DOI 10.1206/3694.2, lire en ligne)
  8. (en) P. Cruzado-Caballero and J. E. Powell. 2017. Bonapartesaurus rionegrensis, a new hadrosaurine dinosaur from South America: implications for phylogenetic and biogeographic relations with North America. Journal of Vertebrate Paleontology 37(2):e1289381:1-16

Voir aussiModifier

Références taxinomiquesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier