Ouvrir le menu principal

Les Longs Murs (en grec ancien : τὰ μακρὰ τείχη) sont une double muraille fortifiée, érigée entre 461 et 456 av. J.-C.[1], afin de garantir les communications entre Athènes et son port du Pirée.

Ce fut une idée de Thémistocle qui voulait renforcer la puissance d'Athènes sur mer et ainsi créer d'une certaine manière la thalassocratie athénienne, mais ces murs ne virent le jour qu'après l'ostracisme de Thémistocle.

Les deux premières murailles furent construites, l'une allant directement au Pirée, l'autre beaucoup plus au sud vers l'ancien port de Phalère. Mais en 445 av. J.-C., Périclès fit abandonner le mur de Phalère et fit construire un troisième Long Mur reliant lui aussi le Pirée parallèlement au premier, à deux cents mètres de distance. L'architecte Callicratès participa à l'érection de ce rempart.

En cas de guerre, Athènes et le Pirée devenaient une forteresse inexpugnable ravitaillée par mer, qu'aucun siège ne pouvait réduire par la famine. Cette enceinte entre les deux murs servait aussi de refuge aux paysans de l'Attique, durant les ravages des champs et des vignes par les armées ennemies. Mais la concentration de cette population est sans doute la cause de la peste de 431 av. J.-C. qui ravagea Athènes et causa la mort de Périclès.

Ces murs furent détruits après la défaite d'Athènes dans la guerre du Péloponnèse, par Lysandre et le roi de Sparte Agis II, qui les firent démolir au son des flûtes, selon Xénophon[2]), et détruisirent par la même occasion la flotte athénienne : c'est la fin de la thalassocratie athénienne.

En 394 av. J.-C., le stratège athénien Conon, après la défaite d'Aigos Potamos, prit le commandement de la marine perse et détruisit la flotte spartiate à Cnide, ce qui lui permit l'année suivante, revenu à Athènes, de reconstruire les Longs Murs avec l'aide financière des Perses.

RéférencesModifier

  1. Pierre Cuvelier « Athènes et la mer à l’époque classique » http://www.normalesup.org/~pcuvelier/wwwgrece/ExposeAthenesMerV2.pdf
  2. Xénophon, Les Helléniques, livre II Chapitre 2

Voir aussiModifier