Ouvrir le menu principal

Location en temps partagé

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Travail à temps partagé et temps partagé.

La location en temps partagé, ou immobilier à temps partagé ou timeshare, ou parfois de manière erronée « multipropriété »[1], est un type de location principalement à but touristique qui consiste à occuper un logement durant une période courte en échange d'une participation financière inférieure à l'achat du bien.

Le logement est codétenu (« jouissance à temps partagé »[2])par plusieurs personnes au travers ou non d'une société régisseuse.

PrincipeModifier

Une personne peut acheter le droit d’occuper un appartement (souvent pour une semaine, ou plusieurs semaines, toujours à la même période de l'année). Le montant des droits est proportionnel à la taille (1 à 3 chambres) et au lieu d’implantation de l’immeuble, à la durée (1 à plusieurs semaines) et à la période de l’année (montant plus élevé lors des jours fériés ou des fins de semaine).

Ce droit d’occupation est lié à une bourse d’échange qui permet d'échanger son droit d'occupation d'appartement avec un autre détenteur de droit similaire (à d’autres périodes de l’année et dans d’autres sites, voire dans d’autres pays)

HistoireModifier

Le principe serait né en Allemagne, au début des années 1960 où Alexander Nette, l'a mis en place dans un hôtel de Ticino, dans les Alpes suisses[3].

Ce système s'est rapidement imposé aux États-Unis (et dès les années 1970 au Royaume-Uni) comme l'une des nouvelles dimensions du tourisme[4] et est devenu très populaire et fiable où depuis l'époque des cottages partagés, il a fait l'objet d'une certaine concentration dans l'industrie touristique et hôtelière[5]. Il s'est développé dans de nombreux pays.

Il est connu en France depuis les années 1960 mais s'est surtout développé dans les années 1980-1990. Le "timeshare" est en France controversé, suite à des escroqueries, ayant généré des plaintes d'associations de consommateurs[1].

Avantages et inconvénientsModifier

Un avantage est de permettre une occupation théoriquement plus complète dans l'année (avec donc un investissement mieux amorti et théoriquement globalement moins impactant sur l'environnement), ainsi qu'un accès à d'autres appartements que le "sien", via les bourses d'échanges, à condition de pouvoir être flexible dans les choix de dates de vacances.

Un gros inconvénient, actuellement, est « la difficulté à se libérer du contrat. Certaines personnes, dans l'incapacité de payer leurs charges, n'arrivent pas à sortir de la société. "La vente des parts est quasi impossible, l'assignation en justice coûte environ 2.500 euros en frais d'avocat, et le vote de l'ensemble des associés est assez compliqué à mettre en place, puisqu'il faut réunir 52 personnes" » selon Lise Nicolle, de l'APAF-VTP[6].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bati-Actu 2014 : dossier : Qu'est-ce que l'immobilier touristique à temps partagé ?
  2. Sannier, F. (1999). La jouissance à temps partagé: les vertus du droit de propriété ; DEA de droit immobilier public et privé 1998-1999 (Doctoral dissertation, Université de Nice Sophia-Antipolis, faculté de droit, de sciences économiques et de gestion).
  3. Woods, R. H. (2001). Important issues for a growing timeshare industry. Cornell Hotel and Restaurant Administration Quarterly, 42(1), 71-81 (résumé).
  4. Stabler, M., & GOODALL, B. (1989) Timeshare: a new dimension in tourism. Built Environment (1978-), 101-124.
  5. Pryce, A. H. (2002). Timeshare industry structure and competitive analysis. International Journal of Hospitality Management, 21(3), 267-275
  6. Les inconvénients de l'immobilier touristique à temps partagé, in Bati-Actu 2014 : dossier : Qu'est-ce que l'immobilier touristique à temps partagé ?

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Durand-Pasquier, G. (2010) Le renouveau de la jouissance d'immeubles à temps partagé: la réforme des contrats de commercialisation et de la société d'attribution. Revue Construction-Urbanisme, (5), 16-19.
  • Elawady, A. (2001) La propriété à temps partagé (timeshare): étude comparative de droit français et de droit égyptien (Doctoral dissertation, Paris 1).
  • Grébert, J., Toupin, F., Beauvais, J. M., & Gibout, C. (2000) Automobilité et habitat partagés. (résumé)
  • International Journal of Hospitality Management Volume 21, Issue 3, Pages 209-300 (September 2002) The State of Resort Timesharing in the Twenty First Century Edited by Randall S. Upchurch (Via ScienceDirect)
  • Pryce, A. H. (2002) Timeshare industry structure and competitive analysis. International Journal of Hospitality Management, 21(3), 267-275.
  • Desurvire, D., & Lechau, M. (2000) Les vacances en temps partagé : Guide d'achat et d'utilisation de la multipropriété. Éditions L'Harmattan.