Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heydrich (homonymie) et Osten.
Lina Heydrich
Description de cette image, également commentée ci-après
Lina et Reinhard Heydrich, à un concert de musique classique au palais Wallenstein de Prague, le , la veille de l'attentat des suites duquel il meurt le .
Nom de naissance Lina Mathilde von Osten
Naissance
Fehmarn (Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand)
Décès (à 74 ans)
Fehmarn (Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest)
Nationalité Allemande
Conjoint

Lina Heydrich, née von Osten le sur l'île de Fehmarn (en mer Baltique dans le Schleswig-Holstein), où elle est également morte le , était l’épouse de Reinhard Heydrich, un des plus hauts responsables de la police du Troisième Reich, adjoint direct de Heinrich Himmler.

Elle a ultérieurement affirmé qu'elle n’avait jamais rien su des crimes dont son mari était responsable, lorsqu'il était chef du RSHA.

Quatre enfants sont nés de leur mariage.

Sommaire

BiographieModifier

Lina von Osten est la fille d'un petit aristocrate allemand, qui travaille notamment comme instituteur.

Lina von Osten rejoint le NSDAP en 1929, après avoir assisté à un discours d’Adolf Hitler. Son numéro de membre est 1201380. Elle est une fervente nazie.

Elle rencontre Heydrich, alors lieutenant de marine, le lors d'un gala organisé par un club d'aviron de Kiel. L'attirance est telle qu'ils se fiancent dès le . Elle a alors 19 ans, lui en a 26. Heydrich est peu après renvoyé de la Reichsmarine pour un problème de « conduite répréhensible » vis-à-vis d’une autre jeune femme[1] avec laquelle il aurait rompu : la famille de Lina s'oppose à leur idylle mais les deux fiancés se marient, dans une petite église de Großenbrode, le .

Lina persuade alors son époux de rejoindre la SS : grâce à Karl von Eberstein, un ami de sa femme, Heydrich parvient à rencontrer Heinrich Himmler qui le recrute rapidement. Ainsi dès 1931, Heydrich participe aux débuts du nouvel organe de renseignement de la SS, le Sicherheitsdienst (en français : « service de sécurité »), plus connu sous son sigle « SD ».

Lina a ensuite affirmé que son époux n'avait alors jamais lu Mein Kampf.

Lina donne naissance à Klaus le et à Heider le . Malgré plusieurs différends, le couple, qui envisage un temps le divorce, se réconcilie, notamment autour d'une troisième enfant, Silke, née le . Leur quatrième et dernier enfant est Marte, née le , soit un mois et demi après la mort de Heydrich à Prague.

De à , Lina Heydrich continue à vivre dans le château de Jungfern-Breschnan, près de Prague, qu'elle fait notamment entretenir par des détenus extraits du camp de concentration de Theresienstadt, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord.

C'est dans le parc du château qu'elle fait inhumer son fils Klaus, tué le dans un accident de la route[N 1], en présence de Himmler. Lors de la fuite devant les troupes soviétiques, elle réquisitionne les services du conducteur de car impliqué dans l'accident mortel de son fils[réf. souhaitée], dont la Gestapo avait pourtant déclaré qu'il n'avait aucune responsabilité dans le décès de Klaus : celui-là disparaît lors du voyage.

Poursuivie et condamnée lors du processus de dénazification en Allemagne, Lina Heydrich multiplie les procédures pour se voir finalement disculpée ; elle intente ensuite procès sur procès et finit par obtenir une pension sur la base d'un jugement déclarant que Reinhard Heydrich avait été victime d'un acte de guerre.

En 1965, elle rencontre, lors d'un voyage en Finlande, Mauno Mannigen, un directeur de théâtre, avec qui elle se marie. Elle continue de percevoir une pension de l'État allemand, et gère l'ancienne résidence secondaire de Reinhard Heydrich, sur l'île de Fehmarn[N 2], transformée en auberge-restaurant, jusqu'à son incendie en 1969. En 1976, elle écrit ses Mémoires : Ma vie avec un criminel de guerre (Leben mit einem Kriegsverbrecher).

Après avoir défendu la mémoire de son mari dans la presse et à travers ses mémoires, allant jusqu’à affirmer à maintes reprises qu'il n'avait eu aucune part de responsabilité dans l'extermination des Juifs, elle meurt sur son île natale de la mer Baltique en 1985, âgée de 74 ans.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Klaus est renversé sur la route devant le château par une camionnette conduite par un Tchèque. Le chauffard tchèque, selon Laurent Binet (voir son roman HHhH, p. 440) sera déporté. Le fils cadet de Lina, Heider Heydrich, a confirmé, en 2011 à l’âge de 76 ans, l'information selon laquelle son frère aîné y reposait toujours (voir : www.radio.cz Rubrique « Panorama » - 2011). Cette question divisait encore les historiens tchèques, d'aucuns pensaient que le corps du fils Heydrich avait été rapatrié après la guerre.
  2. Incidemment, il s'agit aussi de l'île où Lina est née.

RéférencesModifier

  1. Gerwarth 2012, p. 47.

AnnexesModifier