Ligue de Venise

coalition regroupant la République de Venise, le duché de Milan, les États pontificaux, le Saint-Empire romain germanique, et la Couronne d'Aragon

La ligue de Venise est une coalition italienne anti-française regroupant la république de Venise, le duché de Milan, les États pontificaux, le Saint-Empire romain germanique, et la Couronne d'Aragon.

Cette « Sainte-Ligue », car étant une initiative du pape Alexandre VI, est conclue à Venise, le durant la 1re guerre d’Italie malgré les efforts diplomatiques français de Philippe de Commynes. Elle sera officiellement publiée le 12 avril mais la nouvelle de création de cette ligue arriva dès le 5 avril 1495 à Naples et mit Charles VIII dans une grande colère[1].

Remise en vigueur partielle de la ligue italique de 1454, elle a officiellement pour but la lutte contre les Turcs, la défense de l’Italie et la préservation des États concernés. En réalité, elle permet effectivement en 1495, par son attitude menaçante et malgré une défaite à la bataille de Fornoue, d'inciter le roi de France Charles VIII à abandonner Naples et à rentrer dans son royaume.

Elle se disloque après la signature de la trêve d’Alcalá de Henares entre la France, l’Espagne et le Saint-Empire romain germanique, le .

RéférencesModifier

  1. Noemi Rubello, « Una bella et caritativa cosa. Épisodes de thaumaturgie royale pendant la période des Guerres d'Italie », Le Moyen Age (Tome CXX),‎ , p 53-77 (lire en ligne)

AnnexeModifier

BibliographieModifier