Ligne de défense d'Amsterdam

dispositif militaire de protection

La ligne de défense d'Amsterdam (en néerlandais : Stelling van Amsterdam) est une ceinture de fortifications édifiées autour de la ville d'Amsterdam. Le système, basé sur la maîtrise de l'eau comme moyen de défense, est unique et est désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Ligne de défense d'Amsterdam *
Image illustrative de l’article Ligne de défense d'Amsterdam
Le Fort Pampus situé dans le chenal homonyme dans l'IJsselmeer.
Coordonnées 52° 22′ 28″ nord, 4° 53′ 35″ est
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Subdivision Hollande-Septentrionale
Type Culturel
Critères (ii)(iv)(v)
Superficie 14 953 ha
Numéro
d’identification
759
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1996 (20e session)
Image illustrative de l’article Ligne de défense d'Amsterdam
La ligne de défense avec les forts (points noirs, certains n'ont jamais été construits) et les zones inondables (en bleu foncé).
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Ligne de défense d'Amsterdam
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO
Fort au sud de Spaarndam.
Fortifications sur l'île Pampus

PrésentationModifier

Ces fortifications sont constituées d'un ensemble de 45 forts, distants d'environ une vingtaine de kilomètres d'Amsterdam, entourés d'une zone pouvant être aisément noyée en temps de guerre. On pourrait considérer que le nombre exact de forts est d'une cinquantaine puisque certains n'ont pas été achevés. L'inondation a été calculée pour avoir une profondeur d'environ 30 centimètres, laquelle devait être insuffisante pour être accessible par des navires chargés. Dans un rayon d'un kilomètre, les constructions furent interdites ou rasées, sauf celles en bois, auxquelles on pouvait aisément mettre le feu.

La ligne de défense d'Amsterdam fut construite entre 1880 et 1914. L'invention de l'avion et du char de combat la rendit cependant obsolète dès la fin des travaux (comme en attesta la fin tragique du fort belge d'Ében-Émael (1932-1935) au début de la seconde Guerre mondiale).

La plupart des forts sont désormais propriété des communes sur lesquels ils sont établis, géré par leurs département de la nature ou du tourisme. Ils ne sont généralement pas visitables hormis lors des journées européennes du patrimoine (en néerlandais : Open Monumentendag), le deuxième samedi de septembre.

FonctionModifier

Le Stelling van Amsterdam était principalement une «ligne d'eau» défensive (en néerlandais : waterlinie). Dans le cas d'une attaque de l'ennemi, de vastes étendues de terre autour d'Amsterdam seraient inondées d'eau, empêchant l'ennemi de progresser. Amsterdam fonctionnerait comme une redoute nationale ou un réduit, comme dernier bastion des Pays-Bas. Des forts ont été construits où les routes, les chemins de fer ou les digues traversaient la ligne d'eau. Dans de tels endroits, il n'y aurait pas d'eau pour arrêter l'ennemi, et donc les forts avaient l'intention de conquérir l'ennemi.

ConstructionModifier

La loi pour la construction du Stelling van Amsterdam a été adoptée en 1874 - quelques années après l'Unification de l'Allemagne qui a placé une puissante grande puissance sur la frontière orientale des Pays-Bas. Au cours des préparatifs avant la construction, il est apparu que le design était déjà dépassé par les avancées techniques modernes. L'invention de la grenade brise (qui exploserait sur l'impact de la cible) nécessitait le passage de la maçonnerie aux forts de béton. Les Hollandais n'avaient pas l'expérience requise pour l'utilisation et la construction avec le béton; des tests si étendus devaient être effectués; Les structures en béton étaient bombardées avec l'artillerie la plus lourde disponible à cette époque. D'autres retards résultèrent du fait que les fondations de sable devaient s'établir plusieurs années avant que les forts ne puissent être construits sur eux. C'est seulement en 1897 que la construction réelle put enfin commencer.

ServiceModifier

Le Stelling van Amsterdam n'a jamais vu le service de combat et l'utilisation de l'avion l'a rendu obsolète après la Première Guerre Mondiale. Il a cependant été maintenu en service jusqu'à sa désaffectation en 1963.

La digue à travers le Haarlemmermeer, qui a permis d'inonder la partie sud du polder alors que la partie nord pourrait continuer à produire de la nourriture pour Amsterdam, est maintenant coupée par l'autoroute A4. Cette autoroute passe également sous le Ringvaart à Roelofarendsveen, ce qui rend l'inondation du Haarlemmermeer Polder et une réutilisation hypothétique du Stelling impossibles.

En 1996, l'ensemble Stelling van Amsterdam a été désigné comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Liste des fortsModifier

Front nordModifier

 
Fort de Spijkerboor

Front nord-ouestModifier

 
Fort d'IJmuiden.

Front ouestModifier

 
Fort nord de Spaarndam.

Front sud-ouestModifier

 
Fort d'Alsmeer.

Front sudModifier

 
Fort de De Kwakel

Front sud-estModifier

 
Fort d'Abcoude

Front du ZuiderzeeModifier

 
Muizenfort dans Muiden.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :