Ligne 3 Scarborough

ligne de métro

Ligne 3 Scarborough
image
Carte

Réseau Métro de Toronto
Ouverture 1966
Dernière extension 1980
Exploitant Toronto Transit Commission
Conduite (système) Automatique avec conducteur en cabine
Matériel utilisé 28 Bombardier Mark 1
Points d’arrêt 6
Longueur 6,4 km
Distance moyenne entre points d’arrêt 1066 m
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD

La ligne 3 Scarborough Rapid Transit est une ligne du métro de Toronto de capacité intermédiaire. La ligne a six stations sur 6,4 kilomètres. Elle a été ouverte en mars 1985. Finalement peu fréquentée, la continuité de cette ligne fait l'objet de débats. La solution actuellement préconisée est de remplacer la ligne 3 en 2026 par une extension de la ligne 2 vers Scarborough[1],[2].

HistoriqueModifier

En 1972, le gouvernement provincial a annoncé le plan GO-Urban pour construire un réseau de transport en commun de capacité intermédiaire dans la banlieue de Toronto. Il s'agissait de promouvoir un système de transport en commun de capacité intermédiaire (ICTS) entre les métros lourds et les tramways dont une partie du programme fut financée par le gouvernement fédéral.

En 1977, la TTC décida de la construction d'une ligne de tramway sur le tracé vers Scarborough. Bien que la construction du tramway ait déjà commencé, en 1980, la TTC a accepté une demande conjointe de l'arrondissement de Scarborough et de la province de l'Ontario pour convertir le tramway de Scarborough vers le nouveau système de transport en commun de capacité intermédiaire (ICTS) de haute technologie, alors en cours d’élaboration par UTDC, entreprise créée par le gouvernement de la province[3]. La TTC fut convaincue lorsque le gouvernement fédéral menaça de supprimer les subventions pour la construction de la ligne[4].

La ligne Scarborough a ouvert ses portes en mars 1985 sous le nom de Scarborough RT. Trois ans après son ouverture, la TTC a rénové son terminus sud-ouest à la gare Kennedy, car la voie de contournement en boucle, conçue pour les tramways unidirectionnels selon le plan précédent et non nécessaire pour les trains ICTS bidirectionnels, causait des déraillements du fait de l'utilisation des anciennes voies prévues pour le tramway. D'une manière plus générale, les premières années d'exploitation révélèrent quelques problèmes de bruit et de fiabilité du service à cause d'usures prématurées des rails en particulier du fait des rails, y compris du rail d'arrivée du courant[5]..

StationsModifier

La voie est sur viaduc à l’est de la station Ellesmere, et le terminus Kennedy est également sur voie aérienne.

Liste des stations de l’intérieur vers la périphérie
Stations Ouverture Correspondances
Kennedy 1985 ligne 2 Bloor-Danforth, GO Transit
Lawrence East 1985
Ellesmere 1985
Midland 1985
Scarborough Centre 1985 GO Transit
McCowan 1985

Caractéristiques techniquesModifier

Matériel roulantModifier

Le matériel roulant de la ligne 3 se compose de trains plus petits que ceux des autres lignes du métro de Toronto, entièrement automatisés et de capacité moyenne, désignés par la Toronto Transit Commission (TTC) comme la série S. Ces véhicules pour système de transport en commun de capacité intermédiaire (ICTS) furent construits par UTDC. Les trains sont propulsés par des moteurs à induction linéaire, fonctionnant sur des voies à écartement standard de 1 435 mm, contrairement aux autres lignes du métro de la ville et au réseau de tramway de Toronto, qui utilisent un écartement de 1 495 mm.

A l'ouverture la ligne disposer de six trains de quatre voitures de la série S qui n'est exploitée que sur cette ligne. En 1985 un septième train fut livré..

En 2015, la TTC a commencé à travailler sur les véhicules pour les maintenir opérationnels jusqu'à ce que la ligne soit remplacée par un autre mode de technologie ferroviaire. En avril 2017, la TTC a attribué un contrat de 6,8 millions de dollars à Bombardier pour réparer les dommages causés par la corrosion sous les planchers des voitures de la série S. Si le problème n'avait pas été pas résolu, il y aurait un risque de dommages structurels graves aux voitures. Ces travaux furent finalisé en 2018.

SignalisationModifier

Les trains pouvaient être exploités automatiquement avec l'une des premières installations du système "SelTrac IS" de Standard Elektrik Lorenz (successivement Alcatel et désormais détenue par Thales Rail Signaling Solutions), supprimant ainsi le besoin de tout opérateur humain. Cependant, en raison de l'opposition du syndicat des travailleurs du transport en commun, la solution automatisme intégral n'a pas été retenue, le syndicat s'est fermement opposé aux trains sans conducteur. Les trains de la ligne Scarborough n'ont qu'un seul opérateur. En pratique, ils sont à conduite automatique, l'opérateur surveille les opérations et contrôle les portes. L'une des fonctionnalités, qui n'était pas implémentée au moment de l'ouverture de la ligne de Scarborough, est le système automatisé d'annonce du prochain arrêt, introduit en janvier 2008.

ExploitationModifier

ProjetsModifier

La continuité de cette ligne à moyen terme est remise en cause. Depuis 2006 plusieurs études furent lancées pour évaluer l'avenir de la ligne, compte-tenu de l'arrivée en fin de vie du matériel roulant. Les recommandations semblent pencher vers le remplacement de la ligne par une extension de la ligne 2 vers le centre de Scarborough avec un tracé différent[6],[2].

Notes et référencesModifier

  1. « Metrolinx: For a Greater Region - Scarborough Subway Extension », sur www.metrolinx.com (consulté le 23 décembre 2019)
  2. a et b (en) « Line 2 East extension », Toronto's Transit Expansion Program - Update and Next Steps,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Scarborough RT Strategic Plan - Study Report: Final Report, Toronto, TTC, , 83 p.
  4. (en) Chris Bateman, « A brief history of the Scarborough RT », sur www.blogto.com, (consulté le 23 décembre 2019)
  5. (en) Michael Smith, « TTC seeking $27 million to repair Scraborough Line », The Toronto Star,‎
  6. (en) Scarborough Transit Planning Update, Toronto, , 24 p. (lire en ligne)

Lien externeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier