Les Sabots (Maupassant)

nouvelle de Guy de Maupassant

Les Sabots est une nouvelle de Guy de Maupassant, parue en 1883.

Les Sabots
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue français
Parution
dans Gil Blas
Recueil
Intrigue
Genre Nouvelle
Nouvelle précédente/suivante

HistoriqueModifier

Les Sabots est initialement publiée dans la revue Gil Blas du , sous le pseudonyme Maufrigneuse, puis dans le recueil Contes de la bécasse en 1883[1]. La nouvelle est dédiée à Léon Fontaine, un des plus anciens amis de Guy de Maupassant.

RésuméModifier

À la fin de la messe, le vieux curé fit des publications : « M. Césaire Omont voudrait bien trouver une jeune fille honnête comme servante ». De retour chez eux, les Malandain discutent de l'annonce. Le père dit « on devrait peut-être envoyer Adélaïde ! », leur fille âgée de vingt et un ans, peu dégourdie et très naïve. Le soir même, après le repas, la mère et Adélaïde se rendirent chez M. Césaire Omont, ils tombèrent d'accord et elle commença le travail le lendemain.

Elle arriva chez son maître et tout de suite, il lui dit qu'il était hors de question qu'ils "mêlent leurs sabots" ; elle prépara le dîner, il l'obligea à manger avec lui idem pour le souper. Le soir, M. Césaire Omont, étant un homme de cinquante cinq ans très autoritaire la menaçant constamment de la renvoyer, lui ordonna de dormir dans son lit, car il n'aimait pas dormir tout seul. Elle tomba enceinte, ne sachant pas que c'était ainsi qu'on faisait des enfants. Ils se marièrent quelques mois plus tard.

ExtraitModifier

" Le vieux curé bredouillait les derniers mots de son sermon au-dessus des bonnets blancs des paysannes et des cheveux rudes ou pommadés des paysans. Les grands paniers des fermières venues de loin pour la messe étaient posés à terre à côté d'elles ; et la lourde chaleur d'un jour de juillet dégageait de tout le monde une odeur de bétail, un fumet de troupeau." ( Incipit)

PersonnagesModifier

  • M. Malandain
  • Mme Malandain
  • Adélaïde Malandain
  • Césaire Omont
  • Le curé

Notes et référencesModifier

  1. Volume Maupassant, contes et nouvelles, page 1504, Bibliothèque de la Pléiade

ÉditionsModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :