Ouvrir le menu principal

Lelio Sozzini

théologien antitrinitaire italien
Lelio Sozzini
Lelio Sozzini.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 37 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Fratrie
signature de Lelio Sozzini
signature

Lelio Francesco Maria Sozzini ou Lelio (en latin : Laelius Socinus[1] ; en français : Lelio Socin), né à Sienne le et mort à Zurich le , est un humaniste italien.

Lelio Francesco Maria Sozzini

BiographieModifier

Lelio Sozzini est né à Sienne issu des Sozzo, une famille de banquiers et de notaires[2].

Lelio, qui a orthographié son nom de famille en Sozini est le sixième enfant du fils cadet de Mariano Socini le Jeune (1482 - 1556) et de son épouse Camilla Salvetti. Il a été formé comme un juriste à Bologne sous l'autorité de son père.

Sans être un étudiant brillant, il acquiert des connaissances aussi bien en hébreu qu'en arabe et en grec. Il donne ses premières conférences théologique à Vicence en 1546. À cette période le point de vue de Sozzini était celui de la réforme évangélique ; il exhibe une union singulière de piété enthousiaste avec la subtile spéculation théologique. Il poursuit ses voyages religieux, au cours desquels tant la réputation de sa famille que sa propre personne lui ont assuré un bon accueil en Suisse, France, Angleterre et Pays-Bas.

En 1548, il retourne en Suisse avec les lettres élogieuses[pas clair]. On le retrouve ensuite à Genève (1549 - 1550), à Bâle (avec Sebastian Münster ) et à Zurich (logeant chez Konrad Pelikan). Il est ensuite présent à Wittenberg (juillet 1550 - juin 1551), d'abord comme invité de Philippe Mélanchthon, puis avec, Johann Forster, auquel il délivre des cours d'hébreu. De Wittenberg, il retourne à Zürich (fin 1551), après un séjour à Prague, Vienne et Cracovie.

Les événements politiques le ramènent en Italie en juin 1552 ; deux séjours à Sienne où la liberté de parole était encore possible l'ont mis en contact avec son neveu Fausto. Il se trouve à Padoue[3] à la date d'exécution de Michel Servet à Genève le . De là il retourne à Bâle (janvier 1554), à Genève (avril) et à Zürich (mai), où il prend demeure.

À Genève (avril 1554), il fait des remarques imprudentes sur la doctrine, confirmées dans une lettre au pasteur italien Celso Martinengo (it). Bullinger, sur l'initiative de ses correspondants, dont Calvin, interroge Sozzini sur sa foi, et reçoit de lui une confession explicitement orthodoxe.

En 1556, il est confronté à des problèmes pécuniaires à la suite de la mort de son père qui le laisse sans le sou. Il bénéficie d'introductions influentes dont celle de Calvin auprès de la cour de Vienne (1558) et de Cracovie qui lui permettent d'obtenir le soutien du Maximilien II, duc régnant sur Florence concernant ses intérêts et ses domaines familiaux.

Bien reçu hors de l'Italie, Sozzini a été accueilli de manière très variable dans son propre pays. Le pouvoir en place surveillait sa famille : son frère Cornelio a été emprisonné à Rome ; ses frères Celso et Camillo et son neveu Fausto étaient reputati Luterani (« réputés luthériens ») ; et Camillo s'était enfui de Sienne.

En août 1559, Lelio Sozzini est de retour à Zürich, où il meurt le dans son logement dans la maison de Hans Wyss, un tisserand de soie.

Son neveu Fausto (1539 - 1604), lui aussi théologien, est averti de la mort de son oncle par Antonio Maria Besozzo (it) à Lyon. À Zürich Fausto ne parvient à récupérer que peu de documents reliés, mais trouve en revanche beaucoup de notes. Il n'existe aucun portrait authentique de Lelio Sozzini.

La doctrineModifier

Lelio Sozzini militait pour un christianisme raisonné et tolérant, caractérisé par la simplicité évangélique du culte et de la foi. Calvin et Melanchthon ont reçu Sozzini avec les bras ouverts. Lelio, impulsif et investigateur, était à la recherche de la terre spirituelle et des vérités religieuses. Bien que des soupçons et des divergences théologiques existaient, les rapports restaient amicaux. De tous les réformateurs, Henri Bullinger était celui avec lequel Sozzini était le plus proche. Les divergences théologiques de Sozzini concernaient la résurrection du corps, le prédestination, la terre de salut (sur ces points il a correspondu avec Calvin), la base doctrinale de l'évangile, (ses questions à Bullinger), la nature du repentir (à Rudolph Gualther), les sacrements (à Johann Wolff).

Michel Servet orientera également sa pensée vers le problème de la trinité[réf. souhaitée].

PostéritéModifier

Lelio Sozzini passe pour être l'un des fondateurs du mouvement intellectuel anti-trinitaire. Une postérité à ces idées existe dans les églises unitariennes.

PublicationsModifier

  • De sacramentis dissertatio (1560), en quatre parties, et De resurrectione (un fragment)[4].
  • Confessione (1555)[5]
  • Environ 24 lettres, non rassemblées que l'on peur retrouver in Iligen, in Friedrich Trechsel, dans le Corpus reformatorum édition des travaux de Calvin, et in E. Burnat, L. Socin (1894).
  • Christopher Sandius ajoute une Rapsodia ne profeta Isaia, dont on ne sait rien.
  • Théodore de Bèze écrit que Sozini aurait participé à De haereticis, una persecuzione di un santo (1533); et Contra libellum Calvini (1554); deux travaux deSébastien Castellion, il n'y a aucun élément concret pour confirmer ces dires.
  • Commentario del prologo del Vangelo di San Giovanni (écrit à Zurich v.1559)[6]
  • Théodore de Bèze lui a attribué en 1567, un anonyme Commentario del prologo del Vangelo di San Giovanni (écrit Lyon, v.1562) qui était un travail de Fausto Sozzini[7]. Cette erreur[8], faite aussi par Girolamo Zanchi, est l'une des principales sources de l'idée selon laquelle Lelio serait un hérésiarque[9]. Mais en réalité, son interpretation du Prologue de l'évangile selon Jean constitue la base de celle de Fausto.

Notes et référencesModifier

  1. Le nom de famille est aussi transcrit en d'autres termes: Sozzini, Sozini, Sozino, Socini ou Socinus. Ce fut Lelio Sozzini même qui a transcrit son propre nom de famille en Sozini, par la suite le latinisant en Socinus.
  2. Un Mino Sozzi, est repertorié comme notaire à Sienne en 1304 et le fils de celui-ci, Sozzino, mort en 1403, est le fondateur d'une ligne des juristes, de patriciens et d'hommes d'église. Son fils aîné Mariano Sozzini (1397-1467) le plus connu est traditionnellement considéré comme le premier libre penseur de la famille
  3. Et non Genève comme il est souvent dit à tort
  4. Ceux-ci ont été d'abord imprimés in F. e L. Socini, voce del trattato di E. Soneri (Amsterdam, 1654).
  5. Imprimé in Hottinger, Hist. eccles. N.T. ix. i6, 5 (1667)
  6. Sozzini, Lelio; Brevis explicatio in primum Iohannis caput in De falsa et vera unius Dei Patri, filii, et spiritus sancti 1568, Alba Iulia
  7. Sozzini, Fausto; Brevis explicatio in primum Iohannis caput in Biblioteca Fratrum Polonorum, Amsterdam 1565?
  8. Attribué aussi par erreur à Lelio par Ferenc Dávid in Refutatio propositionum Melii Alba Iulia, 1568
  9. Britannica 1911

SourcesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Louis Moreri, Le grand dictionaire distorique, ou Le Mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, chez George Gallet, Amsterdam, 1698, tome 4, p. 402-404 (lire en ligne)
  • Delio Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento, Einaudi, Turin, 1939, 1992 et 2002.
  • (en) Socinus dans Encyclopædia Britannica, 1911 (lire en ligne)
  • (en) Lælius Socinus, dans Robert Wallace, Antitrinitatian biography or sketches of the lives and writtings of distinguished antitrinitarians, E. T. Whitfield, London, 1850, volume II, p. 63-96 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier