Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lee.
Lee Kyun-young
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
Romanisation révisée
Yi Gyun-yeongVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Yi KyunyŏngVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités

Yi Kyun-yeong[1] (hangeul : 이균영), né le 30 décembre 1951 dans le Jeollanam-do et mort le 10 novembre 1996 (à 44 ans), est un auteur sud-coréen[2].

BiographieModifier

Yi Kyun-yeong est né le 30 décembre 1951 dans la province du Jeollanam-do. Il sort diplômé de l'université Hanyang avant de travailler en tant que professeur d'histoire coréenne à l'université des femmes Dongduk[3]. Il a remporté le prix littéraire Yi Sang, décerné par le journal Dong-A Ilbo, en 1984[4]. Ses travaux importants comportent un recueil de nouvelles intitulé La lumière au lointain (Meolli inneun bit, 1986) et le roman Le Pays de Lao-tseu et Tchouang-tseu(Nojawa jangja-ui nara). Il est décédé dans un accident de voiture en 1996.

CarrièreModifier

De 1986 jusqu'à sa mort prématurée, il a exercé la fonction d'éditeur et de critique d'histoire, ses essais étant publiés par l'Institut de recherche d'histoire de la Corée. Il s'est essentiellement penché sur le mouvement de l'indépendance en Corée. Son travail sur Shinganhoe, un groupe de Coréens ayant lutté pour l'indépendance du pays, lui a permis de remporter le prix pour la recherche "Danjae". Son étude de Singanhoe est considérée comme le premier document ayant fourni une vision impartiale et objective du groupe indépendantiste Shinganhoe. En 1993, il publie un long roman intitulé Le Pays de Lao tseu et Tchouang tseu (Nojawa jangja-ui nara). Un autre roman, Les feuilles ont des lueurs de nostalgie (Namunnipdeureun geuriun bulbicheul mandeunda), est paru dans le numéro printanier de la revue Littérature mondiale (Segye munhak) en 1997 à titre posthume. Il a publié des travaux dans plusieurs genres notamment des livres pour enfants, Danse effrayante (Museo-un chum, 1986) et La couleur du rêve d'hiver (Gyeo-ul kkumui saeksang, 1986) ainsi qu'un travail de recherche intitulé Le Mouvement patriotique pendant la période Daehanjeguk (Hanmal aeguk gyemong undong, 1991).

Ses récits comportent trois aspects distincts. Tout d'abord, les sujets et les thèmes qu'il aborde se concentrent souvent sur des personnes qui ont été dépossédées de leurs biens et qui finissent dans l'errance. Ensuite, ses histoires ont tendance à adopter un style biographique : il s'agit souvent de l'histoire d'un homme ou d'une famille. Enfin, comme beaucoup d'écrivains de l'époque, ses histoires manifestent une conscience profonde de l'histoire douloureuse de la Corée[5].

BibliographieModifier

Essais
  • 신간회 연구 Étude sur "Singanhoe" (1993)
  • 한말 애국계몽 운동 Mouvement patriotique pendant la période Daehanjeguk (1991)
Romans
  • 노자와 장자의 나라 Le pays de Lao-tseu et Tchuang-tseu (1995)
  • 나뭇잎들은 그리운 불빛을 만든다 Les feuilles ont des lueurs de nostalgie (1995)
Livres de jeunesse
  • 무서운 춤 Danse effrayante (1986)
  • 겨울 꿈의 색상 La couleur du rêve d'hiver (1986)
Nouvelles
  • 멀리 있는 빛 Une lumière dans le lointain (1986)

RéférencesModifier

  1. selon la Romanisation révisée du coréen
  2. Lee Gyunyeong sur le site LTI Korea Library
  3. The Other Side of Dark Remembrance, Jimoondang Publishing, 2001, p. 104
  4. Anthology of Korean Literature Volume 3. Dongsuhmunhaksa, Inc. p. 304
  5. Anthology of Korean Literature Volume 3. Dongsuhmunhaksa, Inc. p. 304-5