Le Troisième Anneau

livre de Costas Taktsis

Le Troisième Anneau
Auteur Kóstas Takhtsís
Version originale
Langue Grec
Titre Το τρίτο στεφάνι
Date de parution 1962
Version française
Traducteur Jacques Lacarrière
Éditeur Gallimard
Collection Du monde entier
Date de parution 1967
Nombre de pages 267

Le Troisième Anneau (en grec moderne : Το τρίτο στεφάνι) est un roman de l'écrivain grec Kóstas Takhtsís (1927-1988). Takhtsís a écrit ce roman alors qu'il errait hors de Grèce à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Il l'a proposé à trois maisons d'édition, mais elles l'ont refusé. Le livre a finalement été publié en 1962 aux frais de l'auteur[1], mais n'a pas été un succès à l'époque. Réédité en 1970 par Ermís Publications à Athènes, il a été alors un grand succès commercial et a établi Takhtsís parmi les prosateurs les plus connus de sa génération. En 1995-1996, il a été adapté à la télévision par la chaîne ANT1 .

IntrigueModifier

L'histoire du roman se déroule principalement pendant l'entre-deux-guerres et l'Occupation. Les protagonistes et narratrices sont deux femmes, Nina et son amie Ekavi, qui vivent ces périodes et décrivent fidèlement le climat de l'époque à travers leurs histoires personnelles. Successivement, Nina contracte trois mariages, d'où le titre de l’œuvre.

L'œuvre comporte de nombreux éléments autobiographiques. Takhtsís a révélé que, pour l'essentiel, le personnage d'Ekavi Longou est entièrement basé sur sa grand-mère, qui l'a élevé.

RéceptionModifier

Dans la première période de sa publication, pas plus de dix exemplaires avaient été vendus, mais pendant la junte, le livre a commencé à être connu principalement par les prisonniers politiques. Il a donc finalement été réédité en 1970 par les éditions Ermís[2].

En raison de son style narratif spontané, Le Troisième Anneau a suscité l'intérêt de nombreux acteurs du théâtre et du cinéma. Takhtsís lui-même a déclaré que même Melina Merkouri avait manifesté un vif intérêt pour une adaptation cinématographique du roman [3] .

Le roman a été adapté pour le Troisième Programme (en) de la radio en 1979, produit par Giórgos Pavrianós, avec les narrateurs Réna Vlachopoúlou et Smáro Stefanídou (en)[4]. La production radiophonique du livre a également été un point de conflit entre l'auteur et la production. Au départ, les rôles d'Ekavi et de Nina ont été proposés à Melina Merkouri et Déspo Diamantídou, qui ont refusé. Plus tard, le rôle d'Ekavi a été confié à Georgía Vassiliádou, mais après les objections de l'auteur, Stefanídou a finalement pris le rôle. Takhtsís avait également des objections à la participation de Réna Vlachopoúlou dans le rôle de Nina.

En 1995-1996, le livre a été adapté à la télévision par la chaîne ANT1, dirigée par Yánnis Dalianídis, avec Néna Mentí (el) dans le rôle de Nina et Lída Protopsálti (el) dans celui d'Ekavi. Il a été créé le lundi et a duré 16 épisodes.

À l'hiver 2009, Stamátis Fassoulís (el) et Thanásis Niárchos ont mis en scène son adaptation théâtrale pour le Théâtre National, cette fois avec Néna Mentí dans le rôle d'Ekavi et Filaréti Komninoú (el) dans le rôle de Nina. Le spectacle durait près de quatre heures. A partir du texte de Fassoulís et Niárchos, le groupe de théâtre Carpe Diem a mis en scène une version de deux heures de la pièce en 2014, avec un grand succès et des récompenses dans des festivals de théâtre[5],[6].

Le roman prend la forme d'une fable. Il s'agit d'un double récit à la première personne[7], situé dans un décor exclusivement urbain[8]. La principale qualité du livre, qui a également été soulignée par les critiques grecs et les hellénistes hors de Grèce, était l'idiosyncrasie linguistique de la fable de son héroïne centrale : c'est un mélange de démotique et de katharevousa[9].

CritiqueModifier

Apóstolos Sachínis (el) souligne une série de caractéristiques positives, mais aussi des faiblesses de ce roman particulier. Il classe parmi les éléments positifs les silhouettes distinctes des deux femmes qui se parlent, leur pittoresque, leur bavardage, leur nervosité et leur vivacité, qui les font devenir des types sous la plume de Takhtsís. Il considère comme des faiblesses l'obsession de détails petits et insignifiants, leur petitesse et leurs défauts, qui ne servent pas à mettre en valeur le psychisme intérieure de ses héroïnes, mais à les dégrader[10],[11].

RéférencesModifier

  1. Beaton (1996), σελ. 312, υποσ. 92.
  2. Παπαγεωργίου (1992), σελ. 252-253.
  3. Βασιλακάκος (2014).
  4. Γιώργος (σκηνοθέτης) Παυριανός, « Θέατρο. Το τρίτο στεφάνι. Ρένα Βλαχοπούλου (α΄ μέρος) », youtube.com,‎ (consulté le )
  5. « 4ο Πανελλήνιο Φεστιβάλ Ερασιτεχνικού Θεάτρου "Δίστομο 2014" », theatrofreneia.blogspot.gr,‎ (consulté le )
  6. « 15ο Πανελλήνιο Φεστιβάλ Ερασιτεχνικού Θεάτρου - Νέα Ορεστιάδα Έβρου » [archive du ], dionysos-net.gr,‎ Σεπτέμβριος 2014 (consulté le )
  7. Κούρτοβικ (1999), σελ. 245.
  8. Beaton (1996), σελ. 312.
  9. Βίττι (1994), σελ. 442.
  10. Σαχίνης (1985), σελ. 199.
  11. Καϊσίδου (2015).

BibliographieModifier

  • Yannis Vassilakakos, Correspondance inédite de Kostas Takhtsis, Athènes, Odos Panos,
  • Mario Vitti, Histoire de la littérature grecque moderne, Athènes, Odysséas,‎
  • Vassiliki Kaïssidou, « "Le Troisième Anneau de Kostas Takhtsis, une oeuvre controversée », diastixo.gr, (consulté le )
  • Dimosthenis Kourtovik, Ecrivains grecs de l'après-guerre : guide critique, Athènes, Patakis,‎
  • Kostas Papageorgiou, Volume 6 : De la guerre de 40 à la dictature de 67, Athènes, Editions Sokoli, coll. « Prose d'après-guerre »,
  • Apostolos Sachinis, Prosateurs de la guerre et de l'après-guerre, Athènes, Librairie Estia,‎
  • Roderick Beaton, Introduction à la littérature grecques moderne, Athènes, Néféli,

Liens externesModifier