Ouvrir le menu principal

Le Garçon et l'Aveugle

Le Garçon et l'Aveugle est un « jeu », datant de la seconde moitié du XIIIe siècle, considéré comme la première farce française. Cette pièce fut composée à Tournai.

Armand Strubel considère ce texte comme inclassable, au « statut bancal ». E. Faral y voyait « une véritable pièce ».[réf. nécessaire]

« L'ensemble est cruel et sordide et les deux personnages n'attirent pas la sympathie » (B. Rey-Flaud).[source insuffisante]

« Le public médiéval riait des malheurs de l'aveugle et des mauvais tours du garçon » (J. Frappier).[source insuffisante]

ManuscritModifier

Le manuscrit est conservé à La BNF, sous la côte « Français 24366 ». Il contient : Alexandre de Bernay, ou de Paris, Roman d'Alexandre, Alexandre le Grand, Roman d'Alexandre, Alexandre le Grand, Vengeance d'Alexandre, Farce du garçon et de l'aveugle, Gui de Cambrai, La Vengeance d'Alexandre, Lambert le Tort, Roman d'Alexandre, Perre de Saint-Cloud, Roman d'Alexandre[1].

Le Garçon et l'Aveugle, 265 vers octosyllabiques à rimes plates, y occupe les folios 242b-245a[2] ; lire en ligne.

ArgumentModifier

Un aveugle prend à son service un garçon qui devra quêter pendant que lui-même chantera. Ils se disputent puis se réconcilient. Au cynisme et à l'avarice du maître répondent les mauvais tours de son aide qui le martyrise en se faisant passer pour un autre.

ÉditionsModifier

  • Le Garçon et l'Aveugle. Jeu du XIIIe siècle, texte traduit, présenté et commenté par Jean Dufournet, Paris, Champion, 2005.
  • Le Garçon et l'Aveugle. Jeu du XIIIe siècle, texte commenté par Mario Roques, , Paris, Champion, 1921 [lire en ligne]

Ouvrages critiquesModifier

  • Bernadette Rey-Flaud, La Farce ou la machine à rire. Théorie d'un genre dramatique, Genève, Droz, 1984, p. 208-209.
  • Marie-Claude Hubet, Le Théâtre, Paris, A. Colin, 2003.
  • Armand Strubel, Le Théâtre au Moyen Âge, naissance d'une littérature dramatique, Rosny, Bréal, 2003.

Lien externeModifier


RéférencesModifier