Le Comœdia

ancien théâtre et espace d'art à Brest (France)

Le Comœdia (Espace d'Art) est une galerie d'art , qui propose la vente, de sculptures et de peintures d'art contemporain, située à Brest, dans le Finistère (France).

Le Comœdia
Comoedia.jpg
Entrée du Comœdia.
Présentation
Type
Architectes
Michel Ouchacoff (d), Jean-René Debarre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Restauration
Site web
Localisation
Adresse
35 rue du ChâteauVoir et modifier les données sur Wikidata
Brest
Flag of France.svg France
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Brest
voir sur la carte de Brest
Red pog.svg

HistoriqueModifier

Le Comœdia, est un lieu historique du patrimoine[1] datant de la Reconstruction[2] de la ville de Brest construit après la Seconde Guerre mondiale.

 
Le Comœdia en 1949.

ThéâtreModifier

Le Comœdia est bâti en 1949 par l'architecte français Michel Ouchacoff (1907-1981), lors de la reconstruction de la ville de Brest. Nommé au départ sur les plans de l'architecte « Théâtre de l'Onde »[3], en référence à la vocation maritime de la ville[4] , il prend définitivement le nom de "Comoedia" lors de sa construction.

Michel Ouchacoff collabore avec le sculpteur Jean-René Debarre pour construire un théâtre classique à l'italienne. Il fait appel à l'artiste pour les fresques intérieures et extérieures du Comœdia[5]. La frise de la façade du bâtiment reprend la métaphore du théâtre avec les masques de la comédie et de la tragédie antique. Les frises de l'intérieur dans le style rococo représentent des angelots et un Poseidon spectaculaire émergeant des flots est sculpté au plafond du théâtre[6].

CinémaModifier

En 1962, Le Comœdia devient une Salle de cinéma[7] labellisé « art et essai » avec une capacité de 500 Places. Les films Orange mécanique, Emmanuelle et Midnight Express sont régulièrement projetés. Il ferme ses portes en 1991.

L'espace d'artModifier

Rénovation et changement de vocation du ComœdiaModifier

 
Le Comoedia devient en 2019 espace d'art. Le plafond, est réalisé au début des années 1950 par l'artiste Jean-René Debarre.

En 2013 l'étage du bâtiment a été réhabilité en appartements, le rez-de-chaussée, resté à l'abandon, est quant à lui racheté en 2016 par Robert Lascar, qui décide de faire de l'ancien cinéma désaffecté un Espace d'Art. Le Comœdia rouvre ses portes le , après 28 ans de fermeture et 18 mois de travaux.

La rénovation conserve l'architecture du théâtre classique à l'italienne et le style 1940. Le Comœdia connaît un réaménagement de son espace (400 m2) [8] pour s'adapter à sa nouvelle activité.

Le parterre de l'ancien théâtre est mis à plat et la scène ainsi que la fosse d'orchestre sont supprimés [9]. Le balcon est à présent structuré avec des cimaises courbes qui permettent l'exposition de tableaux. Un puit de jour est créé et l'éclairage est entièrement revu afin de mettre les œuvres et les décors de Jean-René Debarre en valeur[10].

Aujourd'hui, la galerie d'art permet aux visiteurs et aux collectionneurs de découvrir des expositions temporaires, ainsi que des artistes exposés de manière permanente.

En 2019, c'est à nu[11] que Le Comœdia ouvre ses portes au public. L'Espace d'Art inaugure sa première exposition de peinture intitulée « Archiguille, peintre de la transfiguration » le [12],[8].

Expositions temporairesModifier

  • Archiguille, peintre de la transfiguration, du 04/04/2019 au 29/06/2019[13]
  • Yvon Daniel Peintre des éléments originels du 12/09/2019 au 09/11/2019
  • Noir est une Couleur du 21/11/2019 au 25/01/2020
  • Couleurs Sculptées du 21/11/2019 au 25/01/2020
  • Art Urbain du 6/02/2020 au 14/05/2020, exposition prolongée jusqu'au 25/07/2020

Notes et référencesModifier

  1. Patrimoinebrest, Brest dossier de candidature au label ville d'art et d'histoire, septembre 2017, page 116
  2. Pierre Le Goïc, Brest en Reconstruction. Antimémoires d'une ville, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p 203-222
  3. Patrimoines Brestois, Brest ville de cinéma, Archives Bibliothèque Musée, numéro 15, 2012
  4. Alain Boulaire et René Le Bihan, Brest. Histoire et géographie contemporaine, Editions Palantines, 2004, p.38-104
  5. « Brest. « Le noir, pour moi, c’est le dessin » », sur Ouest-France, (consulté le 2 février 2020)
  6. « Brest. Téléphérique, Comœdia, nettoyage des rues… trois infos pour lancer ce jeudi 7 février », (consulté le 2 février 2020)
  7. « Vieux cinémas. Lumière sur les salles obscures », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  8. a et b Frédéric Guiziou, « REPORTAGE. Brest. Magnifique, le Comœdia s’est réinventé en blanc et or », sur Ouest-France, (consulté le 2 février 2020)
  9. « Comœdia. Renaissance d’un lieu mythique », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  10. Christine Pennec, « Brest. Yvon Daniel, diable de peintre, expose au Comœdia », (consulté le 2 février 2020)
  11. Yann Guénégou, « À Brest, le Comœdia se mue en centre d’art », sur Actu.fr, (consulté le 2 février 2020)
  12. « Brest - Art contemporain. Le Comoedia entre en scène », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  13. Site de la ville de Brest, Exposition: Peintre de la transfiguration - François-Augustin Guille dit Archiguille

BibliographieModifier

  • René Le Bihan , Brest 1940, 1944, 1960, l'Occupation, la Libération, la Reconstruction, éditions Ouest France, 1994, 94 pages
  • Archiguille, Musée de l'Athénée, 1988, 128 pages
  • Marc Piano, sur les Traces du Minautore, Collection artstoarts, 2013, 79 pages
  • Dominique Dalemont, Les sculpteurs du métal, 66 portraits d'artistes, Somogy éditions d'art, 2006, p 298-302
  • Hugues Jacquet (dir.), Savoir & faire le métal, Actes Sud, 2018, 495 pages
  • Archiguille, travaux 1942-1998, éditions des catalogues raisonnés, 1999, 216 pages
  • G.M Thomas, Brest... en flânant, éditions de la Cité, 1984, 253 pages
  • Alain Boulaire et René Le Bihan, Brest. Histoire et géographie contemporaine, éditions Palantines, 2004, 303 pages
  • Le Télégramme, Vieux cinémas. Lumière sur les salles obscures ,
  • Alain Roy, Dictionnaire raisonné et illustré du théâtre à l'italienne, Actes Sud, 2001, 140 pages
  • Nathalise Moureaux et Dominique Sagot-Duvauroux, Le marché de l'art contemporain, La découverte, 2010,128 pages

Liens externesModifier