Ouvrir le menu principal

Un lavement au café est une procédure d'injection de café par l'anus pour nettoyer le rectum et le gros intestin. Il n'existe aucune preuve médicale ou scientifique à l'appui d'une allégation de santé positive pour un lavement de café. Le processus peut entraîner une septicémie, un déséquilibre électrolytique grave, une colite, une rectocolite, une brûlure interne, une perforation rectale et même un abcès cérébral ou une insuffisance cardiaque.

HistoriqueModifier

Alors que l'idée du nettoyage rectal remonte aux anciens Égyptiens[1] la notion de café comme substance liée à un lavement n'est pas nouvelle. Il a été conçu en 1917 et est apparu dans le Merck Manual jusqu'en 1972[2].

En 1920, des scientifiques allemands ont étudié les effets de la caféine sur les voies biliaires et l'intestin grêle. Max Gerson a suggéré que les lavements au café avaient un effet positif sur le tractus gastro-intestinal. Gerson a déclaré que les lavements au café avaient des effets positifs de désintoxication qui ont contribué à la récupération de la santé de ses patients. Il a affirmé que, contrairement aux lavements salins, le café contenu dans le lavement passait par le muscle lisse du petit intestin et parvenait ensuite au foie. Ceci, a-t-il dit, stimule le système nerveux autonome de la même manière que la caféine lorsqu'il est consommé par voie orale et active la libération de bile dans le foie, libère encore plus le tractus gastro-intestinal et supprime plus de toxines qu'un lavement normal. Il a souvent dit à ses patients que "les lavements au café ne sont pas administrés pour la fonction des intestins mais pour la stimulation du foie"[2].

Les lavements au café sont apparus dans le manuel du Royal Army Medical Corps en 1944 en tant que lavement stimulant pour le traitement du choc et de l'empoisonnement, mélangés à du cognac[3].

La pratique du nettoyage du côlon a connu une renaissance dans les années 1990 et, à cette époque, les lavements au café étaient utilisés comme traitements alternatifs du cancer[4].

Effets et dangersModifier

Certains partisans de la médecine alternative ont affirmé que les lavements au café avaient un effet de désintoxication rapide en "détoxifiant" les produits métaboliques des tumeurs[5]. Il n'existe aucune preuve scientifique médicale à l'appui de la détoxification ou de l'effet anticancéreux des lavements au café[6],[7].

Les lavements au café peuvent provoquer des effets secondaires graves (certains communs à d'autres types de lavements), notamment des infections , une septicémie , un déséquilibre électrolytique grave, une colite, une rectocolite, une salmonellose, un abcès cérébral et une insuffisance cardiaque[5],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14]. Si le café est inséré trop rapidement ou est trop chaud, cela pourrait provoquer une brûlure interne[15] ou une perforation rectale[16].

Lorsqu'ils sont administrés toutes les deux heures, les lavements au café ont été associés à deux décès dus à un déséquilibre électrolytique grave, une hyponatrémie, une déshydratation, des épanchements pleuraux et péricardiques[9],[17]. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a décidé que les participants à l'étude devaient être avertis du risque de décès dû au lavage du café dans les études les utilisant[18],[19].

RéférencesModifier

  1. « Colon Therapy » [archive du ], American Cancer Society
  2. a et b Moss, Ph.D., Ralph W. "Les Chroniques du Cancer" 2e éd. Austin, Texas: 1994. (6-7)
  3. Gunter, « Did the military use coffee enemas? I had to know. », Dr. Jen Gunter, (consulté le 27 février 2018)
  4. Ernst, « Colonic irrigation and the theory of autointoxication: a triumph of ignorance over science. », Journal of Clinical Gastroenterology, vol. 24, no 4,‎ , p. 196–198 (PMID 9252839, DOI 10.1097/00004836-199706000-00002, lire en ligne)
  5. a et b Lee, Song, Jeon et Sung, « Coffee enema induced acute colitis », The Korean Journal of Gastroenterology = Taehan Sohwagi Hakhoe Chi, vol. 52, no 4,‎ , p. 251–254 (PMID 19077527)
  6. Shils ME, Hermann MG, « Unproved dietary claims in the treatment of patients with cancer », Bull N y Acad Med, vol. 58, no 3,‎ , p. 323–40 (PMID 7052177, PMCID 1805327)
  7. Cassileth B, « Gerson regimen », Oncology (Williston Park, N.Y.), vol. 24, no 2,‎ , p. 201 (PMID 20361473)
  8. Margolin et Green, « Polymicrobial enteric septicemia from coffee enemas », The Western Journal of Medicine, vol. 140, no 3,‎ , p. 460 (PMID 6710988, PMCID 1021723)
  9. a et b Eisele et Reay, « Deaths related to coffee enemas », JAMA: The Journal of the American Medical Association, vol. 244, no 14,‎ , p. 1608–1609 (PMID 7420666, DOI 10.1001/jama.1980.03310140066036)
  10. Keum, Jeen, Park et Seo, « Proctocolitis Caused by Coffee Enemas », The American Journal of Gastroenterology, vol. 105, no 1,‎ , p. 229–230 (PMID 20054322, DOI 10.1038/ajg.2009.505)
  11. « Livingston-Wheeler Therapy », Memorial Sloan–Kettering Cancer Center, (consulté le 13 mai 2011)
  12. William T. Jarvis, Ph.D., Conseil national contre la fraude en matière de santé, " Cancer Quackery ". Consulté le 11 juillet 2012.
  13. Ginsberg MM, Thompson MA, Peter CR et coll., "Septicémie à Campylobacter associée à une thérapie nutritionnelle en Californie". MMWR 30: 294-295, 1981.
  14. Keum et et al, « Proctocolitis Caused by Coffee Enemas », American Journal of Gastroenterology, vol. 105, no 1,‎ , p. 229–230 (PMID 20054322, DOI 10.1038/ajg.2009.505)
  15. Sashiyama, Hamahata, Matsuo et Akagi, « Rectal burn caused by hot-water coffee enema », Gastrointestinal Endoscopy, vol. 68, no 5,‎ , p. 1008–1009 (PMID 18657805, DOI 10.1016/j.gie.2008.04.017)
  16. Paran, Butnaru, Neufeld et Magen, « Enema-induced perforation of the rectum in chronically constipated patients », Diseases of the Colon and Rectum, vol. 42, no 12,‎ , p. 1609–1612 (PMID 10613482, DOI 10.1007/BF02236216)
  17. Centre commémoratif du cancer Sloan-Kettering, " Gerson Regimen ". Consulté le 17 novembre 2017.
  18. FDA, "Protections de sujets de recherche humains dans le cadre d'une assurance de projet multiple (MPA) M-1356 et de Federalwide Assurance FWA-2636", 2002.
  19. Atwood, Kimball, Science-Based Medicine, " L'éthique des essais" CAM ": Gonzo (Part I) ". Consulté le 11 juillet 2012.