Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atlas.
Laureano Atlas
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Domicile
Activité

Laureano Atlas (ft., 1743-1773) est un graveur philippin.

Biographie et œuvreModifier

 
San Pedro Bautista y compañeros franciscanos mártires de Japón (1744).
 
Aspecto Symbólico del Mundo Hispánico (1761).

Laureano Atlas est lié dès ses premiers travaux à l'imprimerie que tenaient les franciscains des Philippines dans le convent de Notre Dame de Lorette à Sampaloc (en), tout près de Manille. Sa première œuvre connue est celle du portrait de l'archevêque Juan Ángel Rodríguez (en), qui illustrait la biographie du prélat publiée sous le titre El Moyses verdadero, d'Esteban de Roxas y Melo en 1743[1]. Un an plus tard, il réalise son chef-d'œuvre : la crucifixion des premiers martyrs du Japon, un groupe formé des vingt-six religieux franciscains japonais convertis, parmi lesquels trois enfants, qui ont crucifiés et frappés par des lances en 1597. Cette estampe a été publiée comme illustration de la troisième partie de l'œuvre de Juan Francisco de San Antonio : Chronicas de la apostólica provincia de S. Gregorio de religiosos descalzos de N.S.P.S. Francisco en las Islas Philipinas, China, Japón, &c.[2].

Il est l'auteur de Virgen de la Rosa, publiée dans Historia de la Provincia de Filipinas de la Compañía de Jesús, du père Pedro Murillo Velarde et imprimée à Manille dans l'imprimerie de la Compagnie de Jésus en 1749 ; il aurait aussi réalisé le dessin de la Virgen del Buen Viaje, gravée par Felipe de Sevilla[2]. Pour Adición a la Ordenanza de marina (1757) du gouverneur général Pedro Manuel de Arandía, il a gravé les deux plans des ports de Cagayan et Sisiran (ceb). Son œuvre la plus célèbre et complexe est Aspecto Symbólico del Mundo Hispánico, qui illustre les Theses Mathemáticas de Cosmographia, Geographia y Hydrographia en que el globo terráqueo se contempla por respecto al mundo hispánico de Vicente de Memije (Manille, 1761), une thèse présentée à l'université pontificale et royale de la Compagnie de Jésus dans laquelle il défendait une nouvelle route vers les îles Philippines. L'estampe, dont le dessin est probablement de Memije lui-même, s'inscrit dans le genre de la cartographie symbolique, où, selon son inventeur, l'Espagne est ainsi :

« la tête couronnée de ses très nobles royaumes : le corps la Mer du Nord ; le ventre, le sein mexicain ; la couverture royale pourpre les deux Amériques ; la Mer Pacifique est la très grande robe qui s'étend jusqu'aux archipels de l'Asie ; et les pieds sont ces Îles Philippines. Le petit bijou de sa poitrine est la Rose des vents, avec laquelle naviguent dans toutes les directions nos Flottes et Armées, comme propriétaires des plus grands Trésors de l'Orbe de la Terre ; les Vainqueurs de la Mer du Sud sont les plis de la très grande robe, signalés par leurs lignes sombres, qui montrent les vents dominants : ils servent de compléments aux panneaux précis à la perfection, qui peuvent admettre ce dessin maladroit de l'idée présente [...] et tout cela sans déménager, ni changer tout cela de place de leur véritable localisation connue[4]. »

Le dessin à la plume de la sépulture emmenée à l'église de San Nicolás de Manila pour les obsèques de Marie-Amélie de Saxe (Archivo General de Indias) est de la main de Laureano Atlas[5].

On ne sait rien de lui jusqu'en 1771, quand il publie la dernière de ses estampes connues, l'image de Saint François d'Assises dans Epítome du père Antonio Bozal[5].

Deux autres graveurs philippins portent le nom d'« Atlas » : Jerónimo et Vicente Antonio, qui est actif au début du XIXe siècle, mais entre lesquels il n'a pas été possible d'établir de lien familial[6].

Notes et référencesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en espagnol intitulée « Laureano Atlas » (voir la liste des auteurs).

  1. Díaz-Trechuelo Spínola 1962, p. 296.
  2. a et b (es) Juan Carrete Parrondo, Diccionario de grabadores y litógrafos que trabajaron en España. Siglos XIV a XIX, (lire en ligne).
  3. (es)Vicente de Memije, Theses de Mathemáticas, p. 113, cité dans Morales Martínez 2016.
  4. Texte original en espagnol : la cabeza coronada de sus nobilisimos Reynos: el cuerpo el Mar del Norte; el vientre, el Seno Mexicano; el purpureo Manto Real las dos Américas; el Mar Pacífico es la amplissima ropa talar, hasta los Archipiélagos del Asia; y los pies son estas Islas Philipinas. Es el joyel de su pecho la Rosa de los vientos, con que por todos rumbos navegan nuestras Flotas, y Armadas, como dueñas de los mayores Thesoros del Orbe de la Tierra; son los Derroteros del Mar del Sur los pliegues de la ropa talar, señalados con sombras de líneas, que muestran los vientos dominantes: Y sirven a todo de complemento los Letreros precisos a la perfección, que puede admitir este tosco diseño de la presente idea […] Y todo esto sin mudar, ni mover nada de lo dicho de su verdadera conocida situación[3]
  5. a et b Díaz-Trechuelo Spínola 1962, p. 298-299.
  6. Díaz-Trechuelo Spínola 1962, p. 299.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • De la Maza, Francisco, «Aspecto simbólico del mundo hispánico. Un grabado filipino del siglo XVIII», Anales del Instituto de Investigaciones Estéticas, vol. 9, nº 33 (1964), pp. 5-21.
  • (es) María Lourdes Díaz-Trechuelo Spínola, « Grabadores filipinos del siglo XVIII », dans Anuario de Estudios Americanos, t. 19, , p. 277-306.
  • Morales, Alfredo J., «Desde Manila. El “Aspecto Symbolico del Mundo Hispánico” de Vicente de Memije y Laureano Atlas», en Mínguez, Víctor y Rodríguez Moya, María Inmaculada (eds.), Arte en los confines del imperio: Visiones hispánicas de otros mundos, Castellón, Publicaciones de la Universitat Jaume I, 2014, pp. 353-372, (ISBN 9788415444466)
  • (es) Alfredo J. Morales Martínez, « Cartografía y cartografía simbólica. Las “Theses de Mathemáticas, de Cosmographia e Hidrographia” de Vicente de Memije », Varia historia, vol. 32, no 60,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :