Langues eurasiatiques

super-famille proposée de langues, incluant typiquement les familles de langues altaïques, tchoukcho-kamchatkanes, eskimo-aléoutes, indo-européennes et ouraliennes

Les langues eurasiatiques sont une hypothétique superfamille de langues postulée par Joseph Greenberg, et qui regrouperait diverses familles de langues parlées en Eurasie :

À noter qu'il regroupe les langues japoniques, le coréen et l'aïnou dans une même sous-branche. C'est une hypothèse alternative à celle des langues nostratiques. Cependant, la possibilité même de démontrer la validité de regroupements généalogiques aussi vastes et anciens est mise en doute par de nombreux linguistes[1].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Lyle Richard Campbell, « How to Show Languages are Related : Methods for Distant Genetic Relationship », dans Brian D. Joseph et Richard D. Janda, The Handbook of Historical Linguistics, Malden (Maryland), Oxford, Melbourne, Blackwell, coll. « Blackwell handbooks in linguistics », , XVIII-881 p. (ISBN 1-4051-2747-3 et 978-1-4051-2747-9, OCLC 300479910, lire en ligne), partie II ch. 4, p. 262-282.

BibliographieModifier

(en) Joseph Greenberg, Indo-European and Its Closest Relatives : The Eurasiatic Language Family, Stanford (Californie), Stanford University Press, 2000-2002, VIII-326 & 216 p., 2 vol. (ISBN 978-0-8047-3812-5, 0-8047-4624-9 et 0-8047-3812-2, OCLC 41967249)

Voir aussiModifier

Langues nostratiques