Lady L. (roman)

livre de Romain Gary

Lady L. est un roman de Romain Gary écrit en anglais en 1959 et paru en 1963. Il s'agit de l'un de ses premiers ouvrages écrits directement en langue anglaise.

Lady L.
Titre original
(en) Lady LVoir et modifier les données sur Wikidata
Langues
Auteur
Traduction
Genre
Date de parution
Pays
Éditeur
Michael Joseph (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Derrière Lady L., difficile de ne pas voir une évocation de Lesley Blanch, avec qui Romain Gary fut marié de la fin de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1960. De nationalité britannique, et de 10 ans son aînée, Lesley menait une vie aisée en dépit de la guerre. Elle et Gary s'étaient rencontrés en Grande-Bretagne, où ce dernier avait rejoint les Forces françaises libres. Leur union ne fut pas malheureuse, Lesley tolérant les nombreuses liaisons et les mondanités imposées par les fonctions de secrétaire d'ambassade, puis de consul, de Gary. En revanche, leur séparation fut particulièrement douloureuse[1].

Selon Bernard Pivot[2], c'est Jean Rosenthal qui a effectué la traduction, revue par l'auteur.

RésuméModifier

Une vieille dame très respectable de l'aristocratie britannique fête son anniversaire en compagnie de toute sa famille, enfants et petits-enfants, ayant tous plus que bien réussi socialement. Pourtant, tout ceci n'est qu'une aimable façade, un rôle qu'elle a choisi de jouer et qui la déçoit amèrement, car la vérité est bien plus noire et bien plus ardente. Elle décide, lassée de tous ces secrets, de conter son histoire à son confident Sir Percy, typiquement anglais, qui la vénère.

AnalyseModifier

Ce roman plein de surprises et d'humour, est une critique de la société britannique au temps de la reine Victoria, de la lutte des classes, avec portraits d'un côté des révolutionnaires anarchistes et de l'autre des aristocrates.

AdaptationModifier

Le roman a été adapté au cinéma par l'auteur et réalisé par Peter Ustinov en 1965, avec Sophia Loren dans le rôle de Lady L.

Notes et référencesModifier

  1. Romain Gary, Le Caméléon par Myriam Anissimov, Folio, 2006.
  2. Bernard Pivot dans Apostrophes : Romain Gary et Emile Ajar, 3/07/1981, à la 32 min 39 sec.