Lac de saumure

Un bassin de saumure ou lac de saumure (Brine Pool pour les anglophones) est une étendue de saumure, plus ou moins vaste, située sur le fond d'une plaine abyssale océanique.

Cratères sur le fond marin abritant des eaux salées.
Quelques lacs de saumure dans des cratères.

Ces sortes de mares d'eau dense et très salée (3 à 5 fois plus que l'eau de mer) ne sont connues et explorées que depuis quelques années.

DescriptionModifier

Elles peuvent être groupées et correspondent éventuellement à des zones de « suintements froids » (par opposition aux sources hydrothermales chaudes). Ce sont des étendues d'eau possédant une salinité de trois à cinq fois plus élevée que l'eau environnante.

GéographieModifier

Les bassins de saumure seraient plus répandus sur le plateau de l'Antarctique, dans les zones sans ou à très faible courant. En effet, la saumure s'y forme plus abondamment avec le sel exclu par formation des glaces marines.

ÉcologieModifier

Les saumures elles-mêmes abritent des formes de vie extrémophiles, ainsi, dans le bassin de l'Atalante, trois espèces de loricifères ont été découvertes en 2010 dans les sédiments, les premières formes de vie multicellulaires connues vivant entièrement sans oxygène. De plus, quand elles sont aussi des sources de méthane ou d'autres hydrocarbures (« suintements froids »), elles sont parfois entourée d'une riche ceinture de moules où d'autres espèces des grands fonds vivent aussi.

Les bassins de saumure les plus denses sont toxiques pour les animaux marins. Les cadavres de ceux-ci ne s'y enfoncent pas et restent accessibles à des décomposeurs.

OriginesModifier

Ces bassins ont une origine géologique. Ils se forment par dissolution des dépôts de sel via la tectonique du sel. La saumure contient souvent également des concentrations élevées de méthane, ce qui attire les communautés bactériennes et animales aux métabolisme chimiosynthétiques ou vivant en association ou symbiose avec des organismes chimiosynthétiques. Ces animaux font partie des espèces dites extrêmophiles [1].

Intérêt scientifiqueModifier

Des phénomènes de salinisation altèrent de nombreux environnements (sol) terrestres. Des lacs d'eau hypersalée pourraient exister sur Mars ou d'autres planètes. Le méthane est courant dans l'espace et sur d'autres planètes[2]. Comprendre comment des espèces peuvent vivre dans ces environnements ou à leurs abords intéresse donc les responsables de l'exploration spatiale, les exobiologistes et les écologues.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • J. Frederick Grassle, « The Ecology of Deep-Sea Hydrothermal Vent Communities », Advances in Marine Biology, Volume 23, 1987, pages 301-362 (Résumé)
  • C. Mary R. Fowler, Verena Tunnicliffe, « Hydrothermal vent communities and plate tectonics », Endeavour, Volume 21, no 4, 1997, pages 164-168 (Résumé)
  • P. A. Tyler, C. M. Young, « Reproduction and dispersal at vents and cold seeps », J. Mar. Biol. Assoc. UK, no 79, 1999, p. 193–208.
  • C. M. Young, E. Vazquez, A. Metaxas, P. A. Tyler, « Embryology of vestimentiferan tube worms from deep-sea methane/sulfide seeps », Nature, no 314, 1996, p. 514–516.

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier