Page d’aide sur l’homonymie Pour les autres navires du même nom, voir La Résolue.

La Résolue
Image illustrative de l’article La Résolue (1778)
L'engageante et La Résolue lors d'un combat contre le navire anglais HMS Concord le
Type Frégate de 12
Classe Iphigénie (en)
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Architecte Léon Guignace
Constructeur Lemarchand
Chantier naval Saint-Malo
Quille posée [1]
Lancement
Armé
Statut  : capturée
 : désarmée
Caractéristiques techniques
Longueur 44,2 m
Maître-bau 11,2 m
Tirant d'eau 4,9 m
Tonnage 620 tonnes
Caractéristiques militaires
Armement 26 canons de 12 livres
6 canons de 6 livres

La Résolue est un navire de guerre français. C'est une frégate de 12 (c'est-à-dire avec des canons de 12 livres), mise en service en 1778. Capturée par les Anglais en 1798, elle est transformée en ponton l'année suivante avant d'être désarmée en 1811.

HistoriqueModifier

La construction de La Résolue commence à Saint-Malo en [1]. Construite par Lemarchand sur des plans de l'ingénieur Léon Guignace[2], elle est lancée le avant d'entrer en service dans la Marine royale en [1].

En 1779, le navire participe avec une escadre à la reprise de Saint-Louis du Sénégal aux mains des anglais. La frégate est commandée par le comte de Pontevès-Gien sous les ordres du comte de Vaudreuil[3]. Puis le navire prend part à la destruction de forts et comptoirs anglais sur les côtes de Sierra Léone et Gambie. Une douzaine de bâtiments de guerre ennemis sont pris[4].

 
Fort de l'île de Bense qui se rend sans combat le 11 février 1779.

Ce navire est présent dans l'arrière ligne de l'escadre qui prend part à la Bataille d'Ouessant en 1778 mais n'y participe pas[réf. nécessaire]. En 1780, la frégate participe à la Guerre d'indépendance des États-Unis. Le vicomte de Langle est le commandant du navire en 1781. Le navire transporte John Laurens à Boston ainsi qu'un don de 4,3 millions de livres pour soutenir les insurgés[5].

En 1791, la frégate escorte des navires marchands aux environs de Thalassery dans l'océan Indien. Deux frégates anglaises (HMS Phoenix (en) et HMS Perseverance (en)) tentent d'arraisonner le convoi. Un combat (en) a lieu et La Résolue se rend mais est restituée aux français, le convoi ne transportant rien d'illégal.

En 1793, la frégate, avec comme second le lieutenant de vaisseau L'Hermitte, capture le HMS Thames[6].

Le , La Résolue participe à un combat naval entre cinq navires anglais et trois autres navires français. Elle éperonne le HMS Concord. Toujours poursuivie, la frégate parvient à s'échapper alors que les trois autres navires sont capturés.

La frégate participe à l'expédition d'Irlande en 1796. Le navire est commandé par le Contre-amiral Joseph-Marie Nielly. La frégate est démâtée lors d'une collision avec Le Redoutable lors d'une bataille en baie de Bantry et rentre à Brest le [7].

Le , La Résolue est capturée après la bataille de l'île de Toraigh par le HMS Melampus (en) sans combat suite à une méprise lors de la nuit.

Le navire n'a jamais eu de service actif car jugé obsolète. Il sert de caserne flottante aux nouveaux marins. Le navire est retiré du service en [2].

HommageModifier

Une yole de Bantry, réplique de son annexe, construite en 1999 et nommée Tolérance[8].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Alain Demerliac, MARINE DE LOUIS XVI : Navires Français de 1774 A 1792, Omega, , 238 p. (ISBN 978-2906381230)
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 1 : 1671-1870, (ISBN 978-2952591706)
  • (en) Sir William Laird Clowes et Sir Clements Robert Markham, The Royal Navy : A History from the Earliest Times to the Present, vol. 4, Chatham Pub, , 639 p. (ISBN 9781861760135)
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'histoire, Marines Editions, , 620 p. (ISBN 9782357430778)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier