La Maison de la mort certaine

livre d'Albert Cossery

La Maison de la mort certaine
Image illustrative de l’article La Maison de la mort certaine

Auteur Albert Cossery
Pays Égypte
Genre Roman
Éditeur Éditions Masses
Lieu de parution Le Caire
Date de parution
Nombre de pages 192

La Maison de la mort certaine est un roman de l'écrivain égyptien francophone Albert Cossery paru en aux éditions Masses au Caire puis en 1947 aux éditions Charlot à Alger.

Historique du romanModifier

Publié en 1944 au Caire par Georges Henein et son épouse Boula, des amis d'Albert Cossery qui fondent à cette occasion une petite maison d'éditions cairote – les éditions Masses –, le roman parvient jusqu'à Albert Camus qui le recommande à Edmond Charlot, éditeur à Alger, afin de le faire connaître auprès du public français[1]. Après une première publication en feuilleton dans Les Lettres françaises, le roman est publié en 1947 par les éditions Charlot, ce qui lancera la carrière de l'écrivain en France où il viendra s'installer à Paris à la même époque pour ne plus en repartir jusqu'à sa mort[1],[2].

RésuméModifier

Dans la venelle des Sept-Filles située dans l'un des quartiers les plus miséreux du Caire, l'immeuble insalubre de Si Khalil, un propriétaire peu scrupuleux, menace de s'effondrer. À chaque étage, de la cour à la terrasse, différentes familles cohabitent dans ce taudis mais mènent malgré tout une vie heureuse où fatalisme, dérision, et humour se jouent des difficultés et des puissants. Pour tenter d'obtenir gain de cause et forcer le propriétaire à agir, ils décident d'écrire au gouvernement.

Réception critiqueModifier

Éditions et traductionsModifier

Notes et référencesModifier