La Femme de l'année

film sorti en 1942
La Femme de l'année
Description de l'image Woman of the Year poster.jpg.

Titre original Woman of the Year
Réalisation George Stevens
Scénario Ring Lardner Jr.
Michael Kanin
John Lee Mahin
Garson Kanin (idée originale)
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Loew's
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 114 minutes
Sortie 1942


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Femme de l'année (Woman of the Year) est un film américain réalisé par George Stevens, sorti en 1942.

SynopsisModifier

Sam Craig, reporter sportif dans un quotidien new-yorkais, supporte mal les remarques sur le sport de sa collègue Tess Harding, fille de diplomate et chroniqueuse à la rubrique internationale. Ils se querellent car tout les oppose. Mais, au grand étonnement de leurs amis, ils se marient ! Commencent les difficultés. Leurs intérêts divergent, l'un raffole des matchs de baseball, de réunions intimes entre amis et de plaisirs simples, l'autre, plus sophistiquée, baigne dans les mondanités, les meetings féministes et la politique… En outre, Tess est nommée « femme de l'année » ! La vie privée des jeunes époux devient chaotique et Sam, excédé, quitte le domicile conjugal. Tess, se rendant compte de l'amour qu’elle porte à Sam, décide de le reconquérir et se glisse un petit matin chez lui, elle lui prépare un petit-déjeuner qui vire à la catastrophe. Touché par les efforts de Tess, Sam se réconcilie avec son épouse.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Acteurs non crédités :

Autour du filmModifier

  • Tournage du au . Scènes additionnelles décembre de la même année[1].
  • Le film engrangea une recette de 1,935,000 $ aux Etats-Unis et au Canada[2].
  • La première rencontre entre Spencer Tracy et Katharine Hepburn. Ce sera le coup de foudre et le début d'une longue histoire d'amour clandestine entre les deux acteurs qui durera jusqu'à la mort de l'acteur en 1967. L'actrice Myrna Loy, ancienne maîtresse de Spencer Tracy, raconte dans son autobiographie que l'acteur était allé la voir dans sa chambre d'hôtel pour lui dire : « Tu n'as plus de souci à te faire pour moi, j'ai trouvé la femme que je voulais »[3]. Toutefois, Spencer Tracy effectuera régulièrement des pauses avec Katharine Hepburn et profitera pour reprendre discrètement sa liaison avec Myrna Loy qui, cachant son amour pour son amant, lui rendit clandestinement et régulièrement visite dans sa chambre d'hôtel à Beverly Hills [4],[5],[6].
  • La scène finale fut retournée après que le film ait eu une opinion négative lors d'une préview[7]. Katharine Hepburn s'opposa, en vain[8].

Notes et référencesModifier

  1. (en) TCM.com
  2. The Eddie Mannix Ledger". Los Angeles: Margaret Herrick Library, Center for Motion Picture Study
  3. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, Myrna Loy: Being and Becoming, New York, Alfred A. Knopf, p. 154
  4. Four Hollywood Legends in World Literature: References to Bogart, Cooper - Henryk Hoffmann (2016) - Red Jacket Press
  5. Life 19 mars 1971 - p. 66
  6. Spencer Tracy (2011) - James Curtis - p.300
  7. On Writing. The Writers Guild of America, East, Inc. 7. August 1997. Retrieved September 5, 2011.
  8. Archive of American Television - EMMY TVLEGENDS Ring Lardner interview 2000
  9. L’image de la femme dans le cinéma américain contemporain, Sandra Laugier
  10. Les Comédies de remariage sur Le Perfectionnisme (philosophique)

Liens externesModifier