La Donna

Revue italienne publiée de 1868 à 1890

La Donna
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Zone de diffusion Royaume d'Italie
Langue Italien
Périodicité bimensuel
Genre presse féminine
Diffusion 500 ex. (1890[1])
Fondatrice Alaide Gualberta Beccari
Date de fondation 1868
Date du dernier numéro 1890
Ville d’édition Padoue (jusqu’en 1878)
Bologne (à partir de 1878)

Directrice de publication Alaide Gualberta Beccari

La Donna est une revue bimensuelle féministe italienne publiée de 1868 à 1890. Elle fut le principal organe pour l’émancipation des femmes en Italie à la fin du XIXe siècle[2].

HistoriqueModifier

Alaide Gualberta Beccari, féministe italienne, fonde La Donna en 1868 à 26 ans. Elle le dirige pendant toute son existence. C’est le premier périodique rédigé exclusivement par des femmes[3]. En 1878, la revue suit Beccari lors de son déménagement à Bologne[4].

Son objectif est l'émancipation des femmes, montrant qu'elles pouvaient rivaliser avec les hommes. Dans le but d'accroître les connaissances de ses lecteurs, la revue publie de nombreux ouvrages poétiques.

La revue est influencée par les enseignements de Giuseppe Mazzini, notamment que rien ne s'obtient sans sacrifice et travail acharné. Peu conventionnelle, la revue propose de briser les normes de la société ou les femmes avaient pour rôle : se marier, procréer, s'occuper de la famille et s'engager dans des activités caritatives.

Les journaux conservateurs et catholiques accusent la revue de semer la confusion.

La publication de La Donna cesse en 1890, à la suite de difficultés financières et du mauvais état de santé de Becarri[5].

CollaboratricesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Katharine Mitchell, « La Marchesa Colombi, Neera, Matilde Serao: Forging a Female Solidarity in Late Nineteenth-Century Journals for Women », Italian Studies, vol. 63, no 1,‎ , p. 63-84 (DOI 10.1179/007516308X270137), p. 81
  2. a b c d et e (it) Liviana Gazzetta, « Gualberta Alaide Beccari », sur enciclopediadelledonne.it (consulté le )
  3. (it) Francesca Forzan, « 'La donna' e la lotta ai pregiudizi di fine ‘800 », sur ilbolive.unipd.it, (consulté le )
  4. a b c d et e (it) Elena Musiani, « Beccari Gualberta Alaide », sur storiaememoriadibologna.it, (consulté le )
  5. (it) Ginevra Conti Odorisio, Salvatore Morelli (1824-1880) : emancipazionismo e democrazia nell'Ottocento europeo, Edizioni Scientifiche Italiane, , 469 p. (ISBN 978-88-7104-454-5), p. 192
  6. (it) Nadia Maria Filippini, Donne sulla scena pubblica : società e politica in Veneto tra Sette e Ottocento, FrancoAngeli, , 334 p., p. 144
  7. (en) Bruce Merry, « Contessa Lara (1849-1896) », dans Rinaldina Russell (dir.), Italian Women Writers: A Bio-bibliographical Sourcebook, Greenwood Publishing Group, , 476 p. (ISBN 9780313283475, lire en ligne), p. 96.
  8. (en) Perry Willson, Women in Twentieth-Century Italy, Macmillan International Higher Education, , 176 p. (ISBN 978-1-137-12287-2, lire en ligne), p. 27
  9. (it) Roberta Scorranese, « Maria Antonietta Torriani, la signora dell’editoria paladina delle donne », sur 27esimaora.corriere.it, (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier