La Chorale des péquenots

épisode des Simpson

La Chorale des péquenots
Saison 18 Épisode no 14

Titre original Yokel Chords
Titre québécois Chanson des colons
Code de production JABF09
1re diffusion aux É.-U.
1re diffusion en France
Tableau noir Aucun
Gag du canapé Le canapé est remplacé par une distributeur de figurines des personnages secondaires des Simpson. Ralph sélectionne C5 et fait tomber une figurine d'Homer, et s'en va après avoir croqué la tête.
Scénariste Michael Price
Réalisateur Susie Dietter
Invités Meg Ryan
James Patterson
Peter Bogdanovich
Stephen Sondheim
Andy Dick
Chronologie
Listes
Liste des épisodes de la saison 18
Liste des épisodes des Simpson

La Chorale des péquenots (France) ou Chanson des colons (Québec) (Yokel Chords) est le 14e épisode de la saison 18 de la série télévisée d'animation Les Simpson.

SynopsisModifier

Bart raconte l'histoire de Stanley le noir, un cuisinier mangeur d'enfants. Il réussit à faire évacuer l'école après avoir fait croire qu'il s'est fait tuer par Stanley le noir. Après avoir rattrapé les enfants, Chalmers remarque un groupe d'enfants non scolarisés : ce sont les enfants de Cletus. Skinner charge alors Lisa de les scolariser.

Durant une visite en ville, Krusty remarque leur don pour la chanson et décide de les faire passer dans son émission...

NotesModifier

  • On apprend que le prénom de Chalmers est Gary.
  • Dans cet épisode, Aurélia Bruno prête sa voix à Lisa lorsqu’elle chante alors que d’habitude c’est à Joëlle Guigui, la doubleuse de Bart, que revient cette tâche.

Références culturellesModifier

Cet épisode, qui marque le retour, après 9 ans d'absence, en tant que réalisatrice de Susie Dietter, contient un petit film d'horreur, 3 scènes du genre comédie musicale et de nombreuses allusions visant les "péquenots" de la campagne (ce que le titre fait clairement prévoir) mais aussi les Juifs, les Asiatiques et les Noirs.

  • Allusion moderne de l'ogre lorsque Bart, qui cherche à terrifier les autres élèves pour leur voler leurs sandwichs, leur raconte l'horrible histoire de Stanley le noir, un cuisinier de l'école qui aurait décapité des élèves et fait cuire leurs têtes. La séquence associe un graphisme angoissant à une musique au tempo allegro pesante : "Introducción" de la Suite Punta del Este d’Astor Piazzolla, dont une adaptation est entendue dans le film L'Armée des douze singes. L'évocation est si efficace qu'elle provoque la panique et la fuite générale, non seulement des élèves, mais aussi de la psychologue scolaire. L'inspecteur Chalmers, qui assiste à la ruée (et y perd d'ailleurs sa collection de rares flacons de parfum) assigne à Bart cinq séances d'analyse psychologique chez une psychanalyste réputée, ce qui va certainement corriger le comportement asocial de l'enfant
  • Willie, chargé de rassembler les écoliers en fuite, part en campagne avec son tracteur, sur une musique qui évoque le rassemblement des veaux ("mavericks round-up") en vue de leur marquage : celle de la parodie de western "Allelujah Trail" (Sur la piste de la grande caravane) de John Sturges (1965).
  • Stanley le noir est un référence au célèbre tueur en série John le rouge de la série Mentalist ("Red John" en anglais)
  • Les trois chœurs et ballets évoquant des comédie musicales (en particulier "The Sound of Music", dont a été tiré le film La Mélodie du bonheur) n’apportent pas grand chose à l’intrigue, en particulier le chœur-ballet "Oh how do we motivate them" qui réunit les 15 enseignants de l'École Supérieure de Springfield. Alf Clausen et Michael Price ont reçu en 2008 le Annie Award pour leur musique.
  • Dans cet épisode on peut voir des références aux films suivants : La Mélodie du bonheur, Quarante-Deuxième Rue et Lisa et les péquenots vont voir le film de Luis Bunuel Un Chien andalou.
  • La scène où la psychologue de Bart va voir un psychologue est une référence aux Sopranos.
  • Le jeu vidéo Death Kill City II est une parodie du jeu Grand Theft Auto.
 
Les qualités olfactives du chien de Saint-Hubert ("bloodhound" en anglais) ont été utilisées pour la recherche des criminels et des esclaves fugitifs. Il apparait dans de nombreux films américains (Dans la chaleur de la nuit, Des souris et des hommes, etc.) . Cletus, qui ne sait plus quoi faire de l'argent gagné par ses enfants, fait dorer son "bloodhound"

Les "guest stars" :

  • Meg Ryan (46 ans en 2007) prête sa voix à Mme Swanson, attrayante psychologue, docteur en philosophie, qui prend Bart en charge. Bart résiste, mais la thérapeute arrive à lui faire baisser sa garde en se distanciant et en jouant avec lui à un jeu vidéo hyper-violent, "Death Kill City II", qui ressemble fortement à G.T.A. (Grand Theft Auto). Bart se prend si bien au jeu qu'il ne supporte pas que l'analyse s'arrête après seulement 5 séances, et il fait une dépression nerveuse consécutive au sevrage de soins. Marge intervient alors : elle demande à la psychologue de continuer à suivre Bart, et lui verse comme honoraires l'argent qu'elle a économisé afin de payer à Homer une opération de chirurgie esthétique : une réduction mammaire. Bart peut terminer son analyse : il réalise alors en particulier que son comportement anarchique est une réaction aux conflits familiaux des Simpson et à l'alcoolisme d'Homer... Et pour impressionner Mme Swanson il en rajoute dans l'histrionisme : s'il a nommé "Black Stanley" l'ogre qu'il a inventé, dit-il, c'est que le marteau avec lequel son père le frappe porte la marque Stanley… Et il lui affirme aussi (cf Wikiquote) qu'"il a rêvé que toute sa famille n'est qu'un dessin animé, dont le succès a bénéficié à une espèce de chaine TV de propagande appelée Fox News "…
  • James Patterson (l'écrivain le mieux payé du monde en 2010 selon le magazine Forbes, 60 ans en 2007) apparaît en personne au début dans un rêve de Marge. Il la prend en croupe sur son cheval blanc (alors que, sur une plage exotique, elle est en train de lire son roman Kiss the Girls (Le Collectionneur) et lui demande de l'aider à trouver un titre en forme de comptine pour son prochain roman : les titres des romans de Patterson sont en effet souvent tirés du début de comptines anglo-saxonnes classiques: "Roses are red" - "Big bad wolf", etc. Ils vont échanger un baiser quand le réveil sonne, Marge se réveille : il est tard, les enfants sont déjà partis à l’école, et Homer a mis dans leur panier à déjeuner un dessin de sandwich (pour Lisa) , et les pilules du grand-père (pour Bart)…Grand-père qui a d’ailleurs pris le volant du "Seniors' bus" dans lequel sont montés les pensionnaires de la maison de retraite ("Retirement Castle") , et qui roule à tombeau ouvert, tout comme Otto.
  • Peter Bogdanovich, (célèbre acteur et cinéaste, 68 ans en 2007) personnifie le confrère psychiatre que Mme Swanson va consulter : l'histoire de Bart l'a ébranlée, d'autant plus que son fils a apparemment été victime d'un tueur psychopathe. Bogdanovich a déjà joué dans Les Soprano le rôle du confrère que la psychothérapeute de Tony Soprano, fortement perturbée par son patient, va consulter.
  • Stephen Sondheim (célèbre compositeur et librettiste de comédies musicales, 77 ans en 2007) est le musicien payé par Krusty pour accompagner la séquence publicitaire (vamp) que les enfants de Cletus (le groupe The Smashing Bumpkins, "l'Éclatante Famille de cloches") vont enregistrer. Krusty lui attribue la musique de la comédie musicale Cats, alors qu'elle est d'Andrew Lloyd Webber. Puis il exige que Sondheim lui joue quelque chose de "peppy" (bondissant), et Sondheim emprunte un petit air à la comédie musicale Pippin (selon WP english; mais à la fin de l'épisode Sondheim est crédité de cette pub pour Buzz Cola…).
  • Andy Dick (42 ans en 2007) est un acteur fantaisiste connu pour ses nombreuses cures de désintoxication, et qui a déjà été brocardé dans l'épisode Boire et déboires (Les Simpson)). Il fait partie de la troupe "No Collar" que Krusty veut envoyer en tournée avec les enfants Spuckler.
 
Le raton laveur, "raccoon" en anglais, que Cletus pend à un arbre... "Coon" est une injure raciale désignant un noir (cf sur WP english : "List of ethnic slurs")

Les "péquenots" sont ici représentés par les parents Spuckler et leurs 7 enfants, dont 3 sont roux (le pic à tête rouge de Virginie est le symbole des campagnards aux États-Unis). Les gamins ont pour prénom (dans l'ordre d'âge décroissant) : Whitney (Blanche-île), Jitney (Taxi collectif à 2 balles), Dubya (Jojo Bush) , Incest, Crystal Meth (Cristal de Métanf') , International Harvester (McCormick), et Birthday (Anniversaire) . Leurs prénoms sont censés reflêter tout à la fois la sexualité débridée, le racisme, le manque d'imagination, l'orientation politique à droite et en général la pauvreté intellectuelle et culturelle habituellement attribués par la série à la classe paysanne américaine.

Lisa s'émeut en leur faveur, obtient qu'ils soient scolarisés (en menaçant Skinner et Chalmers de les dénoncer, s'ils refusent, dans le journal de l'école dont elle est rédacteur), est nommée leur mentor, et vient leur donner des cours à domicile. Elle les emmènera ensuite en une ébouriffante tournée d'acculturation, avec l'autorisation de Cletus, qui aura ainsi le temps de boire du vernis à bois sous son porche (stéréotype classique...) , et aussi de pendre un raton-laveur à un arbre (allégorie évoquant un petit-blanc du sud lynchant un noir...) .

Les enfants Spuckler ne manquent pas de qualités : adaptabilité, ouverture d'esprit (ils absorbent bien les nourritures intellectuelles hétéroclites dont Lisa les bourre), perspicacité (le plus jeune, Birthday, vêtu d'un sac à patates et coiffé à la huron, détecte immédiatement les traits sémites de Krusty, pourtant lourdement maquillé...) , enfin sens de la cohésion familiale, sens du rythme et oreille musicale.

Ces derniers atouts poussent Krusty à en faire un groupe de variétés à sa solde : les "Smashing Bumpkins" (jeu sur les Smashing Pumpkins, groupe de rock alternatif). Il obtiendra sans peine que Cletus Spuckler, le père putatif des enfants, signe (d'une croix, alors qu'il a montré dans L'Herbe médicinale et dans La Chasse au sucre qu'il sait calligraphier son nom ...) un contrat d'exclusivité en leur nom : leur mère, Brandine, s'est engagée dans l'armée et participe à la guerre d'Irak. Le nouveau groupe a beaucoup de succès, d'autant plus que les idiots (comme Homer) adorent les voir à la TV chanter "Moonshine Drinkers" ("(Nous sommes) Les buveurs d'alcool frelaté") : ils les trouvent encore plus débiles qu'eux...Krusty engrange l'argent, et Cletus dépense follement : il achète un manteau de fourrure, des bijoux, un chapeau à plume d'autruche et un monstrueux S.U.V. (4X4), ne boit plus que des alcools de marque, fait plaquer en or son chien... Il va même accepter que les enfants partent en tournée en bus avec les membres patibulaires de la troupe "No-collar" (Sans-cravate) quand heureusement Brandine, alertée par Lisa, revient d'Irak et débarque, fusil d'assaut en main, d'un hélicoptère de l'armée. Et elle fait valoir que le contrat signé par Cletus est nul et non avenu : seulement 2 des 7 enfants sont vraiment de Cletus, et de plus ce sont ceux qui ne peuvent ni chanter ni improviser ("ad lib"). Brandine récupère les enfants et se réconcilie avec Cletus sur un final (compliment susurré, baiser en gros plan, feu d'artifice, pleine lune affichant un profil souriant en effigie...) inspiré de la sit-com des années '50 The Honeymooners.

Les tenanciers du restaurant chinois situé en face du cabinet du Mme Swanson sont décrits comme sournois, rapaces (il volent le portefeuille de Homer, qui certes a bu outre mesure) et opportunistes (l'homme profite du désarroi de la psychothérapeute pour la séduire : un soir Bart en pleine déprime les voit danser un slow, et l'asiatique lui fait le signe de la victoire en affichant un sourire satisfait...). Quant au juif Krusty, il est décrit dans cet épisode comme encore plus brûtal, inculte, avide et exploiteur d'enfants que d'habitude...

Lisa veut trop bien faire : quand elle se rend compte que ses cours théoriques ne touchent pas les enfants Spuckler (il faut dire qu'elle leur a démontré au tableau noir comment la chambre des représentants peut contourner le veto présidentiel...), elle entraîne ses pupilles en une ahurissante tournée culturelle. Pour qu'ils voient le vaste monde dans sa réalité, elle leur présente (tout en chantant et dansant avec eux sur "Cultural Things Experience") des jongleurs et des rappeurs ; la bibliothèque et ses livres; le cinéma : Un chien andalou, film surréaliste de Luis Buñuel et Salvador Dalí (1929); la peinture moderne (la Folle-aux-chats projette ses animaux enduits de peinture sur des toiles blanches...); l'opéra : La Walkyrie de Richard Wagner ; la comédie musicale : Mme Skinner mère (en robe du soir et peau plissée) joue dans Mame (comédie musicale); les posters de Jim Carey et de Dario Fo.

Notes et référencesModifier