LIG Nex1

entreprise sud-coréenne

LIG Nex1 Co., Ltd.
Ancien nom NEX1 Future
LG Innotek
Goldstar Precision
Création 25/02/1976
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Yongin, Gyeonggi
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Activité industrie de défense
Produits Missiles, missiles antichars, torpilles, radars, électronique, avionique, systèmes de conduite de tir, systèmes de communication
Société mère LIG Group
Site web www.lignex1.com/web/eng/main.do
Chiffre d'affaires 1,3 G$ ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

LIG Nex1 Co., Ltd. (en coréen : 엘아이지넥스원 주식회사), anciennement connu sous le nom de NEX1 Future[2] et LG Innotek) est un fabricant aérospatial et une société de défense sud-coréenne. Elle a été créée en 1976 sous le nom de Goldstar Precision. LIG Nex1 appartenait auparavant à LIG Holdings Company, elle-même détenue par le groupe LIG. En 2013, un consortium dirigé par la société de capital-investissement sud-coréenne STIC Investments a acquis une participation de 49% dans LIG Nex1 pour 420 milliards de wons coréens[3].

Elle développe et produit une large gamme de systèmes électroniques de précision avancés, notamment des missiles, des systèmes d'armes sous-marins, des radars, la guerre électronique, l’avionique, des systèmes de communication tactique, des systèmes de conduite de tir, des systèmes de combat naval et de l’électro-optique[4]. C’est l’un des principaux fournisseurs de systèmes d’armes pour les forces armées de la république de Corée, ainsi qu’un exportateur international de systèmes d’armes.

Produits modifier

Missiles modifier

Torpilles modifier

Voir aussi modifier

Notes et références modifier

  1. SIPRI Arms Industry Database, (base de données), SIPRI 
  2. « Defense & Security Intelligence & Analysis: IHS Jane's – IHS », sur www.janes.com
  3. « South Korea's LIG to Sell Stake in Weapons Firm to Local Consortium », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  4. Sung-ki Jung, « LIG Nex1 Systems: First Look, Strike Precisely », The Korea Times,‎ (lire en ligne).

Liens externes modifier