Ouvrir le menu principal
Léon Poirier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
UrvalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Archives conservées par

Louis Marie Léon Alfred Poirier, né le à Paris 16e[1] et mort le (à 83 ans) à Urval (Dordogne). est un réalisateur français

BiographieModifier

Léon Poirier fait ses études secondaires à Sainte-Croix de Neuilly où il obtient son baccalauréat en 1901[2].

Neveu de Berthe Morisot, peintre impressionniste, il commence sa carrière dans le monde du théâtre comme secrétaire du théâtre du Gymnase grâce à son directeur, Alphonse Franck . Il devient veuf au bout de huit mois de mariage et se remarie en 1908 avec Jeanne. Il ouvre deux salles de théâtre Le Théâtre et La Comédie des Champs Élysées, où il présente la revue de Mistinguett En douce.

À la suite d'un grave accident d'automobile, et de la faillite d'une de ses salles, Léon Gaumont le contacte pour réaliser un film en 1914. L'essai est concluant et il réalise alors cinq films. Au cours de la Première Guerre mondiale, malgré les séquelles de son accident qui l'exemptent d'obligations militaires, il s'engage dans les transports militaires et devient lieutenant à la fin de la guerre. Toute sa vie durant, il est animé d'un grand patriotisme français, ce qui transparaît dans certains de ses films.

Après la guerre, en 1919, il est promu directeur artistique des productions Gaumont, succédant à Louis Feuillade. Parmi ses films à succès du début, Le Penseur, La Brière. Après avoir réalisé des films de fiction, il s'oriente vers le documentaire. Les terres lointaines d'Afrique ou d'Asie l'ont toujours fasciné[3]. C'est grâce à La Croisière noire qu'il découvre l'Afrique en 1925 (film sorti en mars 1926) et qu'il connaît la gloire, alors qu'il traverse une crise conjugale. L'année 1930 voit pour lui l'arrivée du parlant, mais il faut attendre 1936 pour retrouver la faveur du public, tant en France qu'à l'étranger, avec son film L'Appel du silence sur la vie du Père de Foucauld ; ce film est considéré comme son chef-d'œuvre. Il réalise son dernier film en 1947 avec La Route inconnue (film sorti en 1949[4]) qui le ramène sur les traces du Père de Foucauld. Il se retire ensuite à Urval, commune dont il fut le maire de 1959 à sa mort en 1968.

Il laisse une autobiographie intitulée À la recherche d'autre chose.

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Metteur en scène

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance n° 998 (vue 6/31) avec mentions marginales des mariages et du décès. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 16ème arrondissement, registre des naissances de 1884.
  2. Annuaire de Sainte-Croix de Neuilly, édition 1982, promotion 1901.
  3. Biographie de l'encinémathèque
  4. Les indépendants du premier siècle

Voir aussiModifier