Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Kwanza.
Célébration de Kwanzaa - Allumage du kinara.

Kwanzaa (ou Kwaanza) est une fête des Afro-Américains, qui se tient pendant la semaine du 26 décembre au 1er janvier.

Sommaire

OriginesModifier

Kwanzaa a été créée en 1966 par l'activiste afro-américain Ron Karenga. Son but originel était de promouvoir et réaffirmer les liens entre les Noirs d’Amérique et l’Afrique, pour se démarquer des fêtes de Noël apporté par les Blancs européens[1].

Le mot « Kwanzaa » est dérivé de l'expression « matunda ya kwanza » en langues de la famille bantu, ici le cas de swahili, ce qui signifie « premiers fruits ». Il vient du verbe bantu, ici dans sa version luba, luluwa, lunda, songye, bemba ; anza « commencer le premier, précéder, faire d'abord ». Le choix d'un mot de la grande famille linguistique bantu, partant du Sud du Nigéria, du Tchad, du Soudan et de l'Éthiopie jusqu'en Afrique du Sud illustre son importance en tant que symbole du pan-africanisme des années soixante et sa popularité aux États-Unis.

Les préconisateurs de Kwanza s'inspirent des fêtes agricoles africaines suivant les récoltes, source des liens sociaux traditionnels africains. La fête des prémices ou des premières récoltes est répandue partout dans la zone dite bantu, les noms changent, mais l'événement est célébré partout.

FondementsModifier

Kwanzaa se base sur les sept principes fondamentaux (Nguzo Saba en swahili) :

  1. Umoja (Unité)
  2. Kujichagulia (Auto-détermination)
  3. Ujima (Travail collectif et Responsabilité)
  4. Ujamaa (Coopération économique)
  5. Nia (But)
  6. Kuumba (Créativité)
  7. Imani (Foi)

ÉlémentsModifier

Quelques objets associés à cette fête sont :

  • La coupe de l'Unité (Kikombe cha Umoja)
  • Le bougeoir à sept branches (Kinara), chacune de ces branches représente un des sept principes fondamentaux.
  • L'épi de maïs (Muhindi)
  • Les présents (Zawadi)
  • Le drapeau (Bendera)

Notes et référencesModifier

  1. Abdourahman Waberi, « Joyeux Kwanzaa, Monsieur Trump ! », lemonde.fr, (consulté le 7 janvier 2017).

Voir aussiModifier