Kurde (cheval)

race de chevaux

Kurde
Cheval kurde bai à Bismil
Cheval kurde bai à Bismil
Région d’origine
Région Drapeau du Kurdistan irakien Kurdistan
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle ou poney
Taille 1,32 m à 1,42 m
Autre
Utilisation équitation et bât

Le cheval kurde, Kurdi, Anatolien de l'Est ou Jaf, est une race de petit chevaux de selle ou poneys originaire du Kurdistan, une région historique partagée entre l'Irak, l'Iran, la Turquie et la Syrie. Influencé par le cheval arabe, il est employé tant sous la selle qu'au bât. Son élevage décline en Turquie.

HistoireModifier

« Kurdi » est le nom employé au Kurdistan, mais en turc, il est nommé Dogu Anadolu, ce qui signifie « Anatolien de l'Est »[1]. En Iran, une variété équine du Kurdistan est localement nommée « Jaf », et comptabilisée parmi les chevaux du plateau persan, mais il est également fait mention de la présence du Kurdi[2]. Ce petit cheval pourrait être influencé par l'Arabe turc et l'Arabe persan[3].

L'explorateur Ernest Ayscoghe Floyer témoigne en avoir vu lors de son voyage dans les zones inexplorées du Baloutchistan, au XIXe siècle[4].

DescriptionModifier

La base de données DAD-IS le classe comme « poney léger »[5], mais d'autres sources le citent comme un « petit cheval de selle », mesurant de 1,32 m à 1,42 m[1],[6]. Orhan Yilmaz, qui en a examiné dans la partie kurde de la Turquie, estime qu'ils ne dépassent pas 1,48 m[7]. La tête et l'encolure sont élégantes[7].

En Turquie, la race a bonne réputation, étant connue pour son endurance, sa robustesse et ses os solides[1].

UtilisationsModifier

 
Chevaux kurdes au travail de portage.

Il sert tant de cheval de selle que de cheval de bât[1].

Diffusion de l'élevageModifier

Sur le territoire appartenant à la Turquie, le cheval kurde n'est présent que dans la zone montagneuse à l'extrême est du pays[1]. Son élevage a fortement décliné ces dernières années, au profit du cheval arabe turc[1], si bien que la race est devenue très rare[7]. Sur le territoire de l'Iran, la race est cantonnée au Nord-Ouest du pays. 2 700 chevaux ont été comptabilisés en 2009[8]. Les effectifs présents en Irak ne sont pas connus[5]. L'étude menée par l'Université d'Uppsala pour la FAO en le signale comme race asiatique régionale transfrontière, dont le niveau de menace est inconnu[9].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Yilmaz et al. 2012, p. 10.
  2. Porter et al. 2016, p. 495.
  3. Aral 1974.
  4. [(en) Ernest Ayscoghe Floyer, Unexplored Baluchistan: A Survey, with Observations Astronomical, Geographical, Botanical, Etc., Goshae-Adab, , 507 p., p. 435-436.
  5. a et b DAD-IS - Irak.
  6. Porter et al. 2016, p. 481.
  7. a b et c Yılmaz 2012, p. 123.
  8. DAD-IS - Iran.
  9. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 62 ; 69.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • [Aral 1974] (tr) N. Aral, Türkiye’de Yetistirilen Hayvan Turleri, Yetistiricilik Tarihi ve Teknolojisi (1923-1931) [« Espèces et histoire de l'élevage des animaux de rente en Turquie (1923-1931) »], Ankara, Turkiye Jokey Kulubu Yayinlari,
  • [Güleç 2005] (tr) Ertuğrul Güleç, Türk at irklari [« Races de chevaux de Turquie »], Ankara, Anadolu At Irklarini Yasatma ve Gelistirme Dernegi Yayinlari. Elde basim, (ISBN 975-95931-0-6, lire en ligne)
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453) 
  • [Yılmaz 2012] (tr) Orhan Yılmaz, « Türkiye Yerli At Irkları ve Bir Koruma Çalışması », YYÜ TAR BİL DERG (YYU J. Agr. Sci.), Iğdır, Iğdır Üniversitesi, Ziraat Fakültesi, Zootekni Bölümü, vol. 22, no 2,‎ , p. 117-133 (lire en ligne)