Koxinga

pirate et général chinois du XVIIème siècle

Zhèng Chénggōng, plus connu sous son nom en hokkien Koxinga (en chinois traditionnel : 國姓爺), né en 1624 à Hirado et mort en 1662 à Taïwan, est un pirate et général chinois.

Koxinga
The Portrait of Koxinga.jpg
Fonction
Monarque
Titre de noblesse
Prince de Yanping (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
鄭森 (Zhèng Sēn)Voir et modifier les données sur Wikidata
Surnoms
國姓爺 (Guó xìng yé)
鄭賜姓
鄭國姓
朱成功Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
明儼
大木
福松
開台尊王Voir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Formation
Activités
Famille
Maison Koxinga (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Tagawa Matsu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Zheng Xi (d)
Tagawa Shichizaemon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Reine Dong (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Zheng Jing
Zheng Cong (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle

BiographieModifier

Koxinga naît en 1624 à Hirado au Japon. Son père, Zheng Zhilong (鄭芝龍) est un pirate, un marin et un marchand originaire d'une famille de pêcheurs du Fujian. Il va souvent à Hirato pour faire du commerce et c'est là qu'il rencontre la mère de Koxinga, la Japonaise Tagawa Matsu (en) (田川松). Il est élevé jusqu'à ses sept ans par sa mère puis son père l'emmène à Nan'an, près de Quanzhou au Fujian pour son éducation. Il y reçoit l'enseignement des érudits confucéens afin de pouvoir passer l'examen impérial.

 
Détail d'un portrait de Koxinga habillé en lettré.

La dynastie Ming tombe en 1644 au profit des Mandchous venus du Nord qui fondent la dynastie Qing. Cependant les princes du Sud restent fidèles aux Ming et continuent la guerre afin de prolonger le pouvoir politique des Ming. Le prince Tang est un de ces princes combattants, très influents dans la région de Fuzhou. Il reçoit l'appui de Zheng Zhilong qui s'arrange pour que Zheng Chenggong serve à ses côtés. Le prince accorde alors à ce dernier le droit de porter le nom de la famille impériale Ming, Zhu (朱), ce qui vaudra à Zheng Chenggong son surnom populaire de Guó Xìng yé (國姓爺/国姓爷) soit « Grand père au nom national ». Approximativement transcrit par les Néerlandais, ce surnom devient Koxinga dans les pays occidentaux. La fidélité aux Ming n'est pas la seule raison qu'ont les pirates tels que Koxinga et Zheng Zhilong de combattre les Qing. Ceux-ci ont en effet restreint le commerce par différentes mesures défavorables et la situation des pirates marchands devient beaucoup plus délicate que sous les Ming.

En 1646, le prince Tang meurt, trahi par Zheng Zhilong qui s'était rendu compte que la lutte était sans espoir et que les Qing allaient l'emporter. Koxinga n'est pas de cet avis et continue le combat. Il prend comme base les deux cités de Xiamen et Jinmen et soutient le prince Gui (le futur empereur Yongli) par des raids dans les régions de Fujian, Guangdong et Zhejiang. Il reçoit de l'empereur Yongli le titre de prince et la préfecture de Yanping. Il pousse ses razzias jusqu'à Nankin mais est repoussé progressivement jusqu'à se sentir acculé.

 
Statue sur l'île Gulangyu, à Xiamen en Chine.

Il se rend compte qu'il lui faut une base plus solide pour assurer ses arrières. Il décide donc de prendre l'île de Taïwan et d'en chasser les Hollandais. Il débarque à Taïwan près de Tainan le avec 25 000 hommes, et entreprend le siège de Fort Zeelandia. Les Hollandais se rendent le , et Koxinga signe un traité avec le gouverneur hollandais Frederick Coyett[1]. Koxinga meurt quelques mois plus tard le , Son fils Zheng Jing lui succède.

Koxinga est considéré à Taïwan comme un héros national et le père de la nation taïwanaise[2].

Notes et référencesModifier

  1. texte du traité [lire en ligne].
  2. Brice Charton, La fin de la colonisation hollandaise par le pirate Koxinga dans Champs de Bataille, bimestriel no 52 de juillet 2013, p. 71.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier