Ouvrir le menu principal

Kourosh Yaghmaei

Guitariste iranien et compositeur et chanteur
Kourosh Yaghmaei
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
Kaveh Yaghmaei (d)
Kamil Yaghmaei (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instruments
Labels
Stones Throw Records, Caltex Records (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Site web

Kourosh Yaghmaei (persan : کورش یغمایی) est un musicien pop-rock iranien ayant commencé sa carrière dans les années 1970[1].

BiographieModifier

Né en 1946 au sein d'une famille aisée[2], il commence la musique à l'age de 10 ans en apprenant le santour[3], instrument traditionnel de la musique iranienne. Attiré par la musique occidentale, il cherche à mélanger ces deux influences comme font alors de nombreux musiciens iraniens à cette période[4]. Il apprend alors à jouer de la guitare, qui devient son instrument favori.

Son premier tube Gole Yakh, écrit par le poète Mehdi Akhavan Langeroudi[5], sort en 1974. Mais sa renommée reste limitée, comparée à celle des célébrités iraniennes de l'époque[4].

Son travail, comme toute la musique populaire, est censuré en Iran depuis la révolution iranienne en 1979[5],[6]. Il devient alors auteur de livres pour enfants[1] sans arrêter la musique pour autant.

En 1980, il enregistre clandestinement l'album Sib-e Noghreyi[4] qui ne sera autorisé qu'en 1994 suite aux réformes de Mohammad Khatami[2].

La sortie en 2011 de la compilation Back from the Brink par le label californien Now-Again Records (spécialisé dans la réédition d'anciens disques[1]) permet sa découverte par de nombreux occidentaux[6].

En 2016, il publie hors de l'Iran l'album Malek Jamshid, toujours chez Now-Again, enregistré entre 2003 et 2006[6].

DiscographieModifier

  • 1974 : Gole Yakh
  • 1975 : Hajm-e Khāli
  • 1977 : Sārāb-e To
  • 1979 : Sol-e 1 (album live)
  • 1980 : Sol-e 2 (album live)
  • 1980 : Ārāyesh-e Khorshid
  • 1987 : Didār
  • 1994 : Sib-e Noghreyi (signifie « la pomme d'argent »)
  • 1996 : Māh o Palang
  • 1997 : Kābus
  • 2001 : Tofang-e Dast-e Noghreh
  • 2011 : Back From the Brink, Pre-Revolution Psychedelic Rock from Iran 1973 – 79 (compilation)
  • 2016 : Malek Jamshid (signifie « le roi Jamshid »)

UtilisationModifier

La chanson Gole Yakh a notamment été utilisée dans le générique du film Tristesse Club[7] et une reprise est également présente dans la bande originale du film Persepolis[8].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Olivier Lamm, « Kourosh Yaghmaei, rock star iranienne », sur http://www.vogue.fr
  2. a et b (en-CA) « From National Star to Enemy of the State: Iranian Rock Pioneer Kourosh Yaghmaei Fights On », Noisey,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2018)
  3. (en) « The Attic: Kourosh Yaghmaei - Back From The Brink - Pre-Revolution Psychedelic Rock From Iran: 1973-1979 - Music Review », The Attic,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2018)
  4. a b et c « Rock around Téhéran », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2018)
  5. a et b « Back From The Brink », Fip Radio,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2018)
  6. a b et c Damien Besançon, « Toujours censuré dans son pays, l'Iranien Kourosh Yaghmaei sort un nouvel album », sur le-drone.com (consulté le 4 septembre 2018)
  7. « Tristesse Club », sur bandeoriginale.biz (consulté le 25 mars 2018)
  8. « Persepolis », sur cinezik.org (consulté le 25 mars 2018)

Voir aussiModifier