Knud Ier de Danemark

Knút Gormsson
Gorm-the-old.jpg
Gorm apprenant la mort de son fis Knut, toile de August Carl Vilhelm Thomsen (1813-1886)
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Enfant
Parentèle

Knud Ier de Danemark, surnommé Dana-ast littéralement «  l'Amour des Danois » [1] (mort vers 940), prince de Danemark, fils aîné de Gorm de Danemark.

BiographieModifier

Selon la Jómsvíkinga saga, Knud est le fils ainé du roi Gorm et de la reine Thyra[2]On croit qu'il aurait été associé au trône par son père Gorm de 936 à 940[3] et qu'il meurt avant lui. C'est donc à tort qu'on le compte au nombre des rois titulaires. Selon Saxo Grammaticus, il est mortellement blessé d'un flèche dans la poitrine par un archer du « roi d'Irlande » alors qu'il assiste à des jeux nocturnes pendant le siège Dublin. Il demande à ses hommes de cacher son état, jusqu'à ce qu'ils se soient emparés du pays. Sa mort est annoncée indirectement à son père Gorm, aveugle et mourant, par Thyra qui ôte à son mari ses habits royaux pour le revêtir d'habit de deuil [4].

D'après Snorri Sturluson il est le père de Harald fils de Knut fils de Gorm, un viking qui avait longuement guerroyé et amassé de grandes richesses et qui était pour cela surnommé en vieux norrois; « Gull-Haraldr  », c'est-à-dire Harald le Doré et qui « paraissait destiné à devenir roi de Danemark » [5].

Notes et référencesModifier

  1. dans la Fagrskinna, chapitre XV
  2. (en) The Saga of the Jomsvikings, traduction de N.F. Blake Thomas Nelson and Sons Ltd 1962, chapitre 3 p. 4
  3. (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G Saur Münich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Denmark/Dänemark », p. 2811,
  4. Saxo Grammaticus La Geste des Danois traduite par Jean-Pierre Troadec présenté par François-Xavier Dillmann« L'aube des peuples » éditions Gallimard, Paris 1995, (ISBN 2070729036) Livres IX chapitre XI p. 414-415
  5. Snorri Sturluson, Histoire des rois de Norvège (tome I), traduite et présentée par François-Xavier Dillmann, Gallimard, Paris (2000) (ISBN 2070732118), « Histoire de Harald à la Pelisse grise », chapitre 16, p. 221, et note no 9, p. 511

SourceModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.