Kim In-sook

écrivaine sud-coréenne

Kim In-sook
Image illustrative de l’article Kim In-sook

Hangeul 김인숙
Romanisation révisée Kim Insuk
McCune-Reischauer Kim Insuk

Kim In-suk ou Kim In-sook (en coréen : 김인숙) est une écrivaine sud-coréenne née en 1963.

BiographieModifier

Kim In-suk est née en 1963[1], faisant partie de la "génération 386" en Corée -- génération de ceux qui sont nés dans les années 1960, ont fait leurs études universitaires dans les années 1980, et ont franchi la trentaine dans les années 1990, à l'époque où l'usage du PC version 386 est adopté justement par cette génération[2]. Elle fait partie, avec Kyung-sook Shin et Gong Ji-young, des principaux auteurs de la nouvelle génération coréenne. Elle a commencé tôt sa carrière d'écrivaine, en faisant ses premiers pas dans la littérature dès son entrée à l'université, à l'âge de 20 ans (période où elle remporte le prix littéraire Chosun Ilbo). Elle a ainsi remporté les trois principaux prix littéraires en Corée, le prix Yi Sang, le prix Dong-in et le prix Daesan[3] et compte plus de 30 livres publiés sous son nom. Elle a aussi vécu avec sa fille en Chine dans les années 2000 à Dalian, avant de revenir s'installer en Corée[2].

ŒuvreModifier

De manière peu habituelle, son œuvre se concentre sur la vie des expatriés coréens. Son livre La longue route (Meon gil), qui a remporté le prix Hankuk Ilbo l'année de sa publication, est une des seules œuvres d'expatrié coréen qui ait été traduite en langue étrangère. Ce roman a pour trame ses années d'expatriée en Australie dans les années 1990. En 2003, elle remporte le prix Yi Sang pour sa nouvelle Océan et papillon (Bada-wa nabi) et remporte en 2010 le prix littéraire Dong-in pour Au revoir Élena[3](Annyeong Elena). La publication de son dernier roman Pourrais-tu devenir fou de cette vie? (Michilsu itgenni, i salme) a été interrompue à sa demande : l'histoire met en scène notamment un tsunami ainsi qu'un tremblement de terre, et elle a estimé qu'il serait inapproprié de publier le roman après les tremblements de terre et le tsunami au Japon.

Bibliographie en coréen (partielle)Modifier

RomansModifier

  • 79-80 겨울에서 봄 사이, '79-'80 Entre l'hiver et le printemps (1987)
  • 그래서 너를 안는다, Alors je te serre contre moi (1994)
  • 먼길, La longue route (1995)
  • 꽃의 기억, La mémoire des fleurs (1999)
  • 그 여자의 자서전, Autobiographie d'une femme (2005)
  • 소현, Sohyeon (2010)
  • 미칠 수 있겠니, 이 삶에, Pourrais-tu devenir fou de cette vie? (2011)

Recueils de nouvellesModifier

  • 칼날과 사랑, Amour et lame de couteau (1993)
  • 유리구두, Chaussures de verre (1998)
  • 바다와 나비 Océan et papillon (2003)
  • 브라스밴드를 기다리며, En attendant la fanfare (2001)
  • 안녕 엘레나, Au revoir Elena (2009)

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. Changbi Publishers Author Page
  2. a et b MerwinAsia Emerges on the Translation Scene, List Magazine, Vol.11 Spring 2011, p. 41
  3. a b c d e et f (en) « The London Book Fair Korea Market Focus 2014 - Kim Insuk », sur British Council (consulté le 6 septembre 2014).
  4. (de) Moderne Literatur aus Korea, LITPROM, , 32 p. (lire en ligne), p. 30.