Keith Sonnier

artiste américain
Keith Sonnier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Hôpital Southampton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Jacqueline Winsor (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvements
Représenté par
Pace Gallery (en), Mary Boone Gallery (d), Artists Rights Society, Video Data Bank (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Keith Sonnier, né le à Mamou en Louisiane et mort le à Southampton (New York)[1], est un dessinateur, sculpteur, artiste et graveur américain.

BiographieModifier

Keith Sonnier fait ses études à l'université de Lafayette (1959-1963) puis à Rutgers University (1965-1966). Sa première exposition personnelle a lieu en 1966.

ŒuvreModifier

Pendant les années 1960, Keith Sonnier s'inspire du minimalisme, utilise différents matériaux comme le tissu, le métal, le verre, le néon, des objets trouvés, et réalise des « abstractions excentriques ». Il « érotise des objets inanimés ». De 1969 à 1977, il décline la série des bains de lumière ou Ba-O-Ba. Il installe des néons de couleur qui soulignent les volumes géométriques de grandes plaques de verre ou de métal. Il compose également des « œuvres interactives » (image et son), avec des satellites, des vidéos, des télévisions. Puis il s'intéresse à la calligraphie chinoise et développe des travaux de « Pictographe » avec des tubes de néon (séries Sel, 1978 et Pictogramme, 1980). il poursuit sa quête orientale en construisant des objets de bambou, d'aluminium et de lumière (série indienne des dom-Basor). Depuis 1987, il crée des structures pénétrables, les Kiosk Works que parcourent des tubes bleus, jaunes, rouges ou verts, accroche des signes courbes au néon sur les murs (Palm Blatt, 2000), intervient sur l'espace, le volume, qui reflètent la couleur, la lumière. Il réalise également des films et des vidéos.

Notes et référencesModifier

  1. (en) [1], sur news.artnet.com
  2. (en) Site 401contemporary.com, « 1994 : City of Rouen, France, Station Joffre-Mutualité, indoor installation », dans Keith SonnierSelected Exhibitions, 2011 lire (consulté le 20 juin 2013).
  3. Site liberation.fr, « Rouen, l'art prend le tram. En quinze interventions artistiques, voyage en «Métrobus» », par Rosen Miriam, Culture, article du 5 janvier 1996 lire (consulté le 19 juin 2013).

Liens externesModifier