Ouvrir le menu principal
Kebek
Fonction
Khan
depuis
Biographie
Décès
Activité
Famille
Père
Fratrie
Eljigidey (en)
Duwa Temür (en)
Kundjuk
Esen Buqa Ier (en)
TarmachirinVoir et modifier les données sur Wikidata

Kebek est un khan de la dynastie des Djaghataïdes, qui règne de 1309 à 1310 puis d'environ 1318 à sa mort vers 1325/1326.

Accès au pouvoirModifier

En 1309, le khan de Djaghataï Talikou est assassiné sur ordre de parents de Douwa. Le fils cadet de Douwa, Kebek, monte sur le trône.

PouvoirModifier

Djeper, dernier khan de la branche d’Ögödei, est battu par le khan Kebek et se réfugie à Pékin. Après la victoire de Kebek, le quriltay de 1309 décide de donner le trône à un autre fils de Douwa, Esen-bouqa, alors à Pékin. Kebek lui cède le trône de son plein gré. À la mort d'Esen-bouqa en 1318, un nouveau quriltay remet Kebek sur le trône.

PolitiqueModifier

SédentarisationModifier

Au Djaghataï, plus que partout peut-être, les nomades méprisent les sédentaires, les considérant comme des proies bonnes à dévorer. On voyait parfois des villes assaillies par des hordes. Pour faire cesser ces pratiques, Kebek, pourtant nomade dans l'âme, décide de se faire citadin tout en affirmant qu'il se rendrait tous les ans dans les tribus. C'était sage.

Code juridiqueModifier

De tous les khanats gengiskhanides, celui de Djaghataï demeure le plus fidèle au Yasaq (ou Yassak), code juridique de l'empire mongol compilé et mis en forme sous Gengis Khan et ses successeurs [1].

SuccesseursModifier

Ses frères Eldjigidei et Douwa-Timur lui succèdent à sa mort. Leur règne commun ne dure que quelques mois, et après leur mort, le troisième frère de Kebek, Tarmachirin, monte sur le trône (fin en 1333).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier