Kansai Electric Power Company

entreprise japonaise

Kansai Electric Power Company (KEPCO)
logo de Kansai Electric Power Company
illustration de Kansai Electric Power Company

Création 1951
Forme juridique Kabushiki gaishaVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Tokyo (9503)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Ōsaka
Drapeau du Japon Japon
Activité Fournisseur d'électricitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Puissance électriqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Optage (d)
Effectif 20 628Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.kepco.co.jp
Société précédente Kansai Haiden (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

La Compagnie électrique du Kansai (関西電力株式会社, Kansai denryoku kabushiki-gaisha?), en anglais The Kansai Electric Power Co., Inc. (KEPCO), également connue sous le nom abrégé de Kanden (関電?), est le principal fournisseur d'électricité dans la région du Kansai englobant la mégalopole Kobe-Osaka-Kyoto. C'est une des plus importantes sociétés de la région et un des leaders de l'industrie électrique japonaise.

Elle a été fondée en 1951. Son siège social est situé à Ōsaka, dans le Kansai.

InstallationsModifier

La compagnie possède 164 installations produisant en tout 35 760 MWe et en particulier :

  • 3 centrales nucléaires :
  • des centrales thermiques :
  • des centrales hydrauliques :
    • Kurobe 335 MWe,
    • et 147 autres installations pour 818 MWe.

AccidentsModifier

Accident du 9 août 2004Modifier

Cinq employés ont été tués et sept blessés par une fuite de vapeur à la Centrale nucléaire de Mihama[1]. L'explosion était due à la négligence vis-à-vis des inspections de sécurité et n'a pas occasionné de fuite radioactive[2].

Accident du 22 mars 2006Modifier

Deux employés ont été blessés par un feu qui s'est déclenché dans la zone de l'installation où les déchets sont compactés dans des barres d'aciers. Il n'y a eu aucune fuite en dehors du site.

En 2019, les réacteurs 1 & 2 sont définitivement mis à l’arrêt et l'opérateur prévoit de redémarrer le réacteur 3 en 2020[3],[4].

Scandale de corruptionModifier

En 2019, plusieurs directeurs de KEPCO ont admis avoir reçu de l'argent et des cadeaux d'une personnalité du bourg de Takahama en rapport avec la construction et le maintien des opérations de la centrale nucléaire installée dans la ville[5].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier