Ouvrir le menu principal

Julien Hébert

architecte et designer canadien
Julien Hébert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Œuvres principales

Julien Hébert, né à Rigaud le et mort à Montréal le à l'âge de 76 ans, est un dessinateur, peintre, sculpteur et designer ayant apporté une importante contribution au développement du design au Québec.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études au collège André-Grasset et à l’École des Beaux-Arts de Montréal (1936-1941), il reçoit un baccalauréat (1943) puis une licence (1944) de philosophie de l’Université de Montréal. Il est embauché comme professeur de sculpture et d’histoire de l’art à l’École des Beaux-Arts (1944-1946 et 1948-1958) et enseigne aussi à l’École du Meuble devenue par la suite Institut des Arts appliqués (1956-1966) puis à l’École d'architecture (1977) et enfin à l’École de design industriel (1978-1984) de l’Université de Montréal. Attiré très tôt par le dessin, il publie des bandes dessinées et des planches humoristiques dans la revue François de la Jeunesse étudiante catholique (Mouchette[1], L'As des Montagnes, Les Loups-Garous de Beauchâtel, Le Dernier des Saute-à-Pic et Yves l’Aventurier). Ayant reçu une bourse du gouvernement de la Province de Québec, il séjourne à Paris d’octobre 1946 à avril 1948 avec sa première épouse Louise Monette (1915-1960), où il étudie la sculpture avec Ossip Zadkine à l'Académie de la Grande Chaumière.

Très tôt dans sa carrière, il s’oriente vers le design, alors dénommé « esthétique industrielle », qu’il pratique et dont il promeut l’enseignement, notamment par un projet d’Institut du Design dès 1961. Ses chaises d’aluminium recouvertes de tissu, produites à Montréal par Siegmund Werner dès 1953, lui valent de nombreuses récompenses, notamment d’être exposées au Museum of Modern Art de New York et à la dixième Triennale de Milan (1954)[2]. À la même époque, il dessine des médailles, des lampes (pour la compagnie Electrolier), divers meubles qu’il produit en association avec Yves Groulx dans la compagnie Greber. Ses principales sculptures datent de cette époque : murales d’aluminium pour des immeubles de Bell Canada, murale en céramique pour l’école secondaire Saint-Thomas de Pointe-Claire et grande murale d’aluminium installée dans le foyer de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts à Montréal.

Son œuvre sans doute la plus connue du grand public est certainement le dessin du symbole de l’Exposition universelle de Montréal en 1967 (Expo 67). Réalisé par voie de concours en juillet-août 1963, dévoilé aux journalistes par le commissaire Pierre Dupuy le 7 octobre, le symbole illustrant le thème de la terre des hommes, inspiré de l’œuvre de Saint-Exupéry, fut cependant contesté à la Chambre des Communes d’Ottawa par le chef de l’opposition officielle, John Diefenbaker, à partir de décembre 1963, comme beatnick et bien peu canadien, car il ne portait ni l’Union Jack, ni la feuille d’érable du drapeau canadien qui, lui aussi, suscitait l’ire de Diefenbaker à la même époque. Une longue et pénible controverse s’ensuivit, largement relayée par les caricaturistes de la presse montréalaise, jusqu’à ce que le gouvernement de Lester Pearson refuse officiellement le 26 mars 1964 de renverser la décision du jury d’attribution[3]. Après l’exposition, le symbole est demeuré celui du site de Terre des hommes (devenu le parc Jean-Drapeau). Pendant les années 1960, Hébert fonde un bureau, Hébert & Lalonde, où il forme de jeunes designers (parmi lesquels Albert Leclerc, Marcel Girard et Michel Dallaire[4]) et remplit d’importantes commandes, notamment pour le pavillon du Canada à Expo 67 et celui du Québec à l’exposition universelle d’Osaka en 1970, tout en poursuivant dans la voie du design graphique et de la sculpture, souvent en association avec l'architecte Jean-Louis Lalonde. À partir des années 1970-1975, il prend un certain recul dans sa pratique et effectue de longs séjours d’étude et de réflexion d’abord à Rome (1969-1970, 1973) puis à La-Tour-de-Peilz en Suisse (1974) avec sa seconde épouse, Alice Guérin (1936-1985).

Le fonds d'archives de Julien Hébert est conservé au Musée national des beaux-arts du Québec[5].

Principales œuvresModifier

 
L'emblème de l'Expo 67
 
La station de métro Place-Saint-Henri immortalise le titre de cette œuvre par une murale en brique œuvre de Julien Hébert sur la mezzanine.

HonneursModifier

  • Prix du National Industrial Design Committee (1953, 1954, 1955, 1956, 1957)
  • Certificat d’excellence en design du Conseil national d’esthétique industrielle (1953, 1954, 1956, 1958)
  • Premier prix aux concours artistiques du Québec, section Esthétique industrielle (1957, 1963)
  • Médaille de l’Académie royale des arts du Canada (1968)
  • Boursier de l’Institut culturel canadien à Rome (1969)
  • Prix Paul-Émile-Borduas du gouvernement du Québec (1979)
  • Designer émérite de l’Association des designers industriels du Québec (1983)

Notes et référencesModifier

  1. “Le père de l’espiègle Mouchette est un sculpteur et philosophe”, Le Petit Journal, 15 octobre 1950, p. 50.
  2. Fulton, D., “Julien Hébert. 100 Ways to Fold a Chair”, Industrial Canada (août 1962), p. 23-25
  3. Sirard, Valérie, "La controverse autour du symbole de l’Expo 67 : arts et politique peuvent-ils faire bon ménage ?", Bulletin d’histoire politique, 8,1 (automne 1999), p. 145-151
  4. Dallaire, Michel, "Designer industriel, professeur, patron et ami", Liberté, 38,1, numéro 223 (février 1996), p. 5-8.
  5. Fonds Julien Hébert (P11) - Musée national des beaux-arts du Québec.
  6. a b c d et e Collections du Musée national des beaux-arts du Québec.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [entrevue avec Julien Hébert] dans Décormag, 48 (novembre 1976), p. 68-69.
  • Viau, René, « Julien Hébert. Le design, architecture de l’objet », Le Devoir, 20 octobre 1979, p. 21-22.
  • Hénault, Gilles, « L’homme derrière l’œuvre », Vie des Arts, 133 (décembre 1988), p. 51-53.
  • Bernatchez, Raymond, « Julien Hébert, l’un des pères du design québécois », La Presse, 15 mars 1990, p. C3.
  • Viau, Jacques, « Julien Hébert, designer émérite, sculpteur, homme de qualité », Image. Bulletin officiel du designer d’intérieurs, 6,2 (été 1991), p. 6-7.
  • [collectif] Sur le design : Julien Hébert 1917-1994, Liberté, 38,1, numéro 223 (février 1996), p. 1-99.
  • Racine, Martin, Le rôle de Julien Hébert (1917-1994) dans l'émergence du design au Québec, thèse de doctorat, Université de Montréal, 2007.
  • Racine, Martin et Alain Findeli, « Julien Hébert and the Emergence of Industrial Design in Canada », Design Issues, 19/4, automne 2003, p. 31-43 [en ligne, http://www.yorku.ca/wsywong/course/facs2900_04unit1/hebert.pdf]
  • Racine, Martin, Julien Hébert, fondateur du design moderne au Québec, Montréal, Éditions du Passage, 2016, 256 p., (ISBN 978-2-9243-9725-1)

Liens externesModifier